L’Effet Domino

De François Baranger. Bragelonne, 2017. Thriller. Très bonne lecture. [570 p.]

l-effet-domino-794457Résumé : « Paris, 1907. Un mystérieux « tueur à répétition » fait trembler la capitale en s’attaquant à l’entourage de personnalités célèbres et aux policiers qui enquêtent sur son cas. En plus de la terreur, il sème derrière lui de curieux symboles ésotériques et, dans la gorge de ses victimes, un domino double. La presse accuse « Double Six », un ancien bagnard au torse tatoué, dont la rumeur dit qu’il aurait plusieurs vies. Le préfet Lépine confie l’affaire à l’inspecteur Lacinière, un Rennais sans attaches ni famille, qui monte une petite équipe constituée d’une jeune femme noble aux élans féministes et d’un jeune agent qui n’a pas froid aux yeux. Lacinière est convaincu que Double Six n’est pas le coupable. Pour le prouver, il doit retrouver sa trace entre chien et loup, dans le Paris du début du XXe siècle, et résoudre les énigmes que le véritable tueur élabore à son intention.« 

J’avais croisé François Baranger aux Imaginales 2015 et j’avais un peu discuté avec cet illustrateur-auteur qui se trouvait aussi jouer à Diablo III. Je n’ai pas lu son dyptique Dominium Mundi (le space-op ou assimilé n’est pas spécialement ma tasse de thé, mais il a d’excellentes critiques donc je me lancerai peut-être un jour) mais en tant qu’illustrateur, notamment de couvertures de livres et de concept-art (films, jeux vidéos), j’ai déjà pu apprécier son travail. C’est d’ailleurs lui qui illustre ses propres livres.

Lire la suite

Un coupable presque parfait

De Robin Stevens. Flammarion Jeunesse, 2016. Policier. Excellente lecture. [356 p.]

Titre original : Murder Most Unladylike, 2014 ; trad. par Faustina Fiore.

coupableRésumé : « Lorsque Daisy Wells et Hazel Wong fondent leur agence de détectives privés, elles espèrent débusquer une enquête digne de ce nom. Tout bascule subitement le jour où Hazel découvre la prof de sciences étendue dans le gymnase. Le temps d’aller chercher Daisy, le corps a disparu. Dès lors, il ne s’agit plus seulement d’un crime à résoudre mais d’un crime à prouver, et ce, avant que le coupable ne frappe de nouveau.« 

Lu dans le cadre d’un partenariat avec Flammarion Jeunesse

En introduction je dirais que je choisis mes livres de partenariat selon deux axes : ce qui correspond à mes lectures habituelles, ma zone de confort, et ce qui au contraire me permet de m’en détacher un peu. J’essaie d’alterner, et en fait comme je reste quelqu’un de curieux ce n’est pas très compliqué.

Lire la suite

10 Nouvelles fantastiques de l’Antiquité à nos jours

Prés. par Alain Grousset. Flammarion Jeunesse. Nouvelles. Très bonne lecture. [132 p.]

nouvellesfantRésumé : « De Pline le Jeune à Stephen King, en passant par Edgar Poe ou Guy de Maupassant, on retrouve ce même goût du frisson. Depuis l’Antiquité, les hommes aiment se raconter des histoires pour se faire peur. Des récits de fantômes, de diables, mais aussi de téléphones portables machiavéliques ! Ces dix nouvelles nous font trembler et découvrir toutes les facettes du Fantastique…« 

J’ai tout de suite beaucoup aimé le principe de faire découvrir au lecteur les racines du fantastique, même sous forme aussi réduite, puisque pensée pour la jeunesse.

Lire la suite

Le Sang du temps

De Maxime Chattam. Michel Lafon, 2005. Thriller historique. Très bonne lecture. [369 p.]

chattam-tempsRésumé : « Automne 2005. Marion doit fuir Paris dans l’urgence. Il y va de sa vie. Des hommes de la DST la déposent au Mont-Saint-Michel, où l’accueille une communauté religieuse. Très vite, Marion se sent espionnée…// Mars 1928. Au Caire, des enfants disparaissent en pleine nuit, on retrouve leurs corps meurtris dans les nécropoles environnantes. Une rumeur se propage : le monstre des Mille et Une Nuits, la terrible Goule, serait de retour. Le détective Matheson n’y croit pas…« 

Chattam ne m’a pas toujours convaincue par ses intrigues ou développement – même si je ne le déconseille pas non plus dans l’ensemble – mais il a là pour une fois signé un roman qui m’a beaucoup plu.

Lire la suite

Night Ocean et autres nouvelles

De H. P. Lovecraft. Éditions J’ai Lu, 2005. Recueil de nouvelles. Excellente lecture [250 p.]
Titre original : The Night Ocean, 1936 (pour la nouvelle éponyme ; 1919-193? pour les autres)
nightoceanRésumé : « Océans qui ne sont pas de ce monde, eaux maudites par la lune, lugubres rivages et, dans le mystère des profondeurs, l’innommable… Pourtant, réduire Lovecraft aux indicibles horreurs qui hantent les nouvelles liées au mythe de Cthulhu -dont certaines sont incluses dans le présent recueil – serait erroné. Car Lovecraft fut aussi un maître de l’onirisme poétique, influença les œuvres de nombreux écrivains en herbe, collabora avec plusieurs de ses contemporains publiés, tout comme lui, dans les  » pulps « , ne rechigna pas à écrire des textes empreints d’un humour absurde, pour le moins étonnant sous sa plume, et fut un essayiste au sens critique et à l’esprit analytique des plus affûtés. Découvrez ici toutes ces facettes peu connues de son talent…« 
De tous les recueils que j’ai pu trouver ou lire sur le Rêveur de Providence, en voilà un à la fois très bon, très intéressant et très varié ! Je suis tout à fait d’accord avec le résumé de l’éditeur, Lovecraft ne se résume pas plus à Cthulhu* que Tolkien aux Elfes, même si on les aborde souvent par ces deux points respectifs. J’ai ce recueil dans ma bibliothèque depuis assez longtemps pour ne plus savoir avec certitude d’où je le tiens (Imaginales 2011 ? Stand du village du Livre de Fontenoy-la-Joute ? ou pas), c’est je crois le seul livre de Lovecraft que je détiens en français – malgré le titre trompeur au premier abord – et d’ailleurs je ne peux m’empêcher de « lire l’anglais derrière » à certains passages (certains verront de quoi je parle), étant une habituée du style et du vocabulaire de l’auteur. Plusieurs des textes présents ici ont également été écrits à quatre mains, ou plus (avec R. H. Barlow surtout), et certains sont de véritables exercices de style.

Lire la suite

Morwenna

De Jo Walton. Denoël, 2014. Fantastique. Coup de cœur pour ce bon bouquin. [334 p.]
Titre original : Among Others, 2010.
COUV_morwenna.inddRésumé : « Morwenna Phelps, qui préfère qu’on l’appelle Mori, est placée par son père dans l’école privée d’Arlinghurst, où elle se remet du terrible accident qui l’a laissée handicapée et l’a privée à jamais de sa sœur jumelle, Morganna. Là, Mori pourrait dépérir, mais elle découvre le pouvoir des livres de science-fiction. Delany, Zelazny, Le Guin et Silverberg peuplent ses journées, la passionnent.
Un jour, elle reçoit par la poste une photo qui la bouleverse, où sa silhouette a été brûlée. Que peut faire une adolescente de seize ans quand son pire ennemi, potentiellement mortel, est une sorcière, sa propre mère qui plus est? Elle peut chercher dans les livres le courage de combattre.« 
Je me suis sentie très proche de cette jeune fille un peu solitaire, bibliophile convaincue et passionnée de science-fiction. Dans ce livre il y a énormément de choses que j’aurais moi-même aimé exprimer, ou exprimer plus souvent, ou mieux, ou plus tôt.
Est-ce que ce livre est excellent ? Peut-être pas non plus ; même si je ne me suis pas ennuyée une seule fois dessus j’imagine qu’on peut en attendre plus, le style n’est pas extraordinaire bien que tout à fait correct, j’ai relevé quelques typos, et le fantastique est exploité de manière irrégulière selon l’avancement des évènements, et pas tout à fait dans la direction que nous indique le résumé, ou pas seulement. J’imagine très bien que certains lecteurs ne vont peut-être pas trop se retrouver dans le personnage principal ou vont attendre qu’elle entame un combat contre sa mère au bout de 30 pages, mais non, en fait le fantastique est bien là mais de façon assez limitée, c’est un élément du livre, certes, mais il est surtout présenté comme un moyen de plus pour Morwenna, 15 ans, dont on suit le journal intime, de comprendre le monde et de l’associer avec des analyses et conclusions plus générales, même si il y a quelques passages clairement merveilleux. A ce sujet j’ai beaucoup aimé la notion de magie et de fées chez Jo Walton, on revient à quelque chose de proche du folklore, avec les incompréhensions entre les deux mondes, les dangers, le côté « brut » sans tomber dans l’horreur non plus !
Cependant si l’on se penche sur la vie de cette jeune fille et son rapport au monde, j’ai trouvé qu’il sonnait vrai. Enfin une adolescente pas nunuche, consciente de son potentiel de manière générale malgré ses hésitations, qui a la tête sur les épaules et se pose de bonnes questions. Enfin un point de vue qui ne tourne pas seulement autour de sa petite personne mais qui englobe le vaste monde, la société, des concepts comme la religion, le sexe, le temps, l’espace, les relations aux autres. Qui ne s’est jamais posé ces questions à cet âge ? Morwenna cherche à comprendre ce qui l’entoure, tout ce qui l’entoure, et aussi elle-même, et j’ai trouvé cet axe extrêmement intéressant et juste, peut-être parce que je faisais exactement pareil à son âge, et que je me suis également beaucoup servi de mes lectures pour m’aider à définir quantité de choses, même si je suis loin d’avoir lu autant de SF qu’elle.
En fait, et c’est là un autre point particulièrement fort de ce roman, Jo Walton réhabilite la science-fiction (mais pas que, on parle aussi beaucoup d’autres auteurs et titres qui n’en sont pas du tout), genre souvent considéré soit comme futile soit comme élitiste. Morwenna dévore quantité de Heinlein, Asimov, Delany, Zelazny et plein d’autres dont je ne connais pas toujours ni les noms ni les titres, et nous en donne ses ressentis, ou certaines clés. Je ne suis probablement pas la seule lectrice à sortir de cette lecture avec des envie de livres de poche argentés, de replonger dans les tribulations de savants ou d’aventuriers curieux, observateurs, pionniers, ou d’auteurs qui présentent d’autres alternatives et grilles de lecture à ce monde-ci, ou en se servant d’autres. Après avoir lu Morwenna je suis convaincue (ou je me rappelle avoir ressenti cette conviction) que de ne pas lire (assez) de science-fiction c’est se priver d’une source presque inépuisable (puisqu’on continue d’en écrire) d’idées, d’hypothèses, d’analyses possibles sur à peu près tout et n’importe quoi, et que cette lacune devrait être comblée pour le plus grand bien, le plus vite possible, et de la façon la plus variée possible.
On pourrait penser que la science-fiction et la magie, ça ne va pas ensemble, et si vous le pensez c’est peut-être justement une excellente raison de vous plonger dans ce livre, qui discute ce point ainsi que bien d’autre, parfois en passant, mine de rien.
Citations et ressentis particuliers :
« (…) quand je regarde les autres, les autres filles de l’école, et que je vois ce qu’elles aiment, de quoi elles se contentent et ce qu’elles veulent, je n’ai pas l’impression d’appartenir à la même espèce. »
« Ce qu’il y a avec Tolkien, avec le Seigneur des Anneaux, c’est que c’est parfait. Tout cet univers, ce processus d’immersion, ce voyage. Ce n’est pas, j’en suis sûre, vraiment vrai, mais c’est d’autant plus étonnant que quelqu’un ait pu tout inventer. »
Merci pour les deux majuscules à « Seigneur des Anneaux. » A chaque fois que je lis « Seigneur des anneaux » (sic) je me demande si la personne a lu le même livre que moi : ce sont les Anneaux de Pouvoir, pas n’importe quoi ! Tolkien est quelqu’un de tellement précis, attentionné en ce qui concerne quantité de détails. Ce n’est pas lui rendre justice que d’encenser son œuvre en faisant preuve d’une telle inexactitude, d’une telle désinvolture.
Je suis absolument d’accord avec sa vision de Narnia : une fois l’allégorie découverte (dans ma première lecture, pour moi, aidée par un prologue qui disait explicitement que Lewis voulait faire de la propagande religieuse), le côté « magique » semble être une espèce de vernis un peu faux, craquelé, et c’est vraiment très dommage. J’aime bien l’auteur tout de même, mais franchement là il s’est un peu moqué du monde.
« Bibliotrope »- ah celui-ci je l’aime bien, je vais l’adopter. Pourquoi seuls les scientifiques et académiciens auraient le droit d’inventer de nouveaux mots en grec de cuisine ?
« 1980 sonne plus rond, et marron. C’est drôle comme la sonorité des mots évoque des couleurs. Personne sauf Mor ne l’a jamais compris. » C’est ce que l’on appelle la synesthésie phonème-couleur, j’imagine, vu que quand les lettres écrites évoquent des couleurs c’est « graphie-couleur ».
Je n’arrive pas à déterminer si j' »ai » celle-ci aussi ou pas, mais la fois où une amie est venue me demander si « moi je voyais les lettres en couleur » j’ai réalisé que beaucoup de gens les percevaient « sans », j’ai vaguement imaginé un océan de lettres désespérément grises ou noires sur blanc, et je me suis sentie désolée pour tous ces gens, quelque part. J’ai également discuté avec un ami qui nous racontait qu’une fille de sa promo ne pouvait pas finir ses calculs si le hasard des chiffres donnait des résultats esthétiquement horribles, je n’en suis heureusement pas à ce point-là mais je comprends très bien le principe. C’est une info en plus que le cerveau nous fournit, on ne peut pas en faire totalement abstraction.
« J’ai vu quelques fées se grouper. (…) On ne peut les voir que quand on y croit déjà, ce qui explique pourquoi les enfants sont plus susceptibles d’y arriver. Les gens comme moi ne cessent pas de les voir. Il serait idiot de ma part d’arrêter de croire en elles. »
Un super bonus pour les notions de karass et de grandfalloon. Vonnegut est désormais sur ma liste de lecture. J’aurais tout de même apprécié qu’on en sache plus sur ce mot plus tôt, j’ai passé 200 pages à m’en poser, des questions !
Ces histoires de passé et présent comme corollaires de la fantasy et de la science-fiction… c’était pas dans Of Fairy-stories que j’avais lu ça ?
Chroniques d’ailleurs :  Naufragés Volontaires, Blog-O-Livre, Livresse des Mots, Les Lectures de Xapur, Les lectures de Bouch’, Livrement, Avides Lectures, Bazar de la Littérature, Voyage au bout de la page, La tête dans les livres, l’Aléthiomètre, Let’s Be Extravagant
Ce livre est à l’origine du challenge Morwenna’s List.

Morwenna Jo Walton challenge

Anno Dracula 1918 : Le Baron rouge sang

De Kim Newman. Bragelonne, 2013. Fantasy uchronique. Très bonne lecture. [518 p.]
Titre original : The Bloody Red Baron, 2012
baronrougeRésumé : « 1918. L’Europe est aux mains des vampires. Commandant en chef des armées d’Allemagne et d’Autriche-Hongrie, le comte Dracula a juré d’anéantir l’Angleterre. Mais le conflit opposant les grandes puissances est aussi une guerre entre les sang-chauds et les non-morts. Pris dans la mêlée, Charles Beauregard, ennemi de longue date de Dracula, son protégé Edwin Winthrop et l’intrépide journaliste vampire Kate Reed se mesurent à la terrible menace volante qu’est le Baron rouge sang…« 
Le roman « Le Baron rouge sang » ne fait en fait que 362 pages. Les 156 restantes sont consacrées à une histoire postérieure, « Anno Dracula 1923 : une romance vampire », mettant en scène certains personnages des deux romans précédents.
J’ai dans l’ensemble beaucoup aimé le Baron rouge sang – le roman et le personnage, ce à quoi je ne m’attendais pas (je ne vous en dit pas plus…) ! Le style d’écriture est bien entendu le même qu’Anno Dracula, qu’il vaut carrément mieux que vous ayiez lu avant sous peine de vous spoiler la moitié. L’environnement fantastico-historique est également toujours présent, avec de petits décrochages ou décalages, des personnages célèbres qui sont là où ils n’ont peut-être jamais mis les pieds, apportant donc un (plus que) certain intérêt historique et culturel, mais à prendre avec des pincettes puisque l’irruption des vampires dans la société a forcément créé des différences avec notre jambe du Pantalon du Temps* !
(En lisant les notes de fin je me rends compte que le Baron et son entourage sont aussi des « célébrités historiques » – je ne les connaissais pas du tout, même pas de nom. J’ai donc dû rater une tonne de références !)
Le thème de la Grande Guerre est particulièrement d’actualité, mais ce n’était pas un choix volontaire de ma part car je ne suis pas spécialement férue de cette époque du point de vue militaire. Pourtant je ne me suis pas du tout ennuyée sur le livre, la narration dynamique alterne toujours avec des dialogues entraînants et des descriptions loin d’être ennuyeuses, et encore une fois je suis arrivée à la fin très rapidement.
J’ai eu plus de mal avec la novella, ou le court roman, présent à la fin du volume. Geneviève, ok, c’est un personnage que j’adore. Winthrop, pourquoi pas. Mais qu’est-ce que c’est que cette pimbêche d’adolescente hormonisante de série girly ??? Mais qu’est-ce qu’elle fout là ??? Passé cette première surprise je me suis rendue compte qu’elle servait justement de parodie du genre (elle et son environnement), et j’ai pu tant bien que mal m’accrocher entre les chapitres sur les « adultes » (oh, cool, une histoire à la Agatha Christie finalement), et les tribulations de miss Lydia avec son vampire. J’avoue que je n’ai pas vu venir le dénouement, ni l’autre dénouement. C’était quand même plutôt bien trouvé, même si j’ai beaucoup moins accroché à l’atmosphère de cette deuxième histoire, toute entrecoupée qu’elle était, et un peu longuette à se mettre en place.
J’aime toujours plutôt bien les notes de fin de volume qui recensent les références, quoique j’apprécierais que certaines soient plus élaborées (par exemple celle sur le titre de chapitre qui emprunte à deux œuvres japonaises… mais encore ? D’accord, je googlerai les titres.) Je remarque aussi que les notes sont à rapprocher d’un contexte anglo-saxon : l’explication des mots Poilu et Boche m’a fait sourire, tant ils nous sont familiers ! Et encore une fois je suis un peu perdues dans toutes ces références de cinéma, que d’autres trouveront certainement plus intéressantes (parce qu’il y en a énormément et elles semblent toucher à des genres divers)! 🙂 Dans ma tête j’ai imaginé une autre référence, qui n’est pas relevée par l’auteur, et peut-être (probablement, vu qu’elle n’apparaît pas avec le reste) même qu’il n’a pas fait exprès : un jeune soldat gisant sur le front français, ramené par une infirmière, appelant « Edith » – vu le contexte uchronique s’autorisant de légers décalages de temps et de lieu sans tomber dans l’excès, il aurait pu s’agir du tout jeune John « Ronald » Tolkien, qui n’avait encore rien publié de connu à l’époque. 😉 Bon, ok, je rêve. :p Je suis allée vérifier dans ses Lettres et je n’ai rien trouvé de plus (en tous cas pas la phrase que le soldat du livre prononce : « C’est la plaine de l’enfer ».) Tant pis ! J’aurais rigolé toute seule sur un détail imaginaire.
* Pratchett : en résumé toutes les possibilités temporelles s’expliquent par la théorie du Pantalon du Temps : soit vous prenez une jambe, soit l’autre.

 

The Prestige

De Christopher Priest. 1995. Roman. Bonne lecture. [360 p.]
prestigeRésumé : « In 1878, two young magicians clash in the dark during the course of a fraudulent seance.
From this moment on, their lives become webs of deceit and revelation. They continually vie to outwit and expose each other. This rivalry will take them to the peaks of their careers — with terrible consequences. In the course of pursuing each other’s ruin, they will deploy all the deception the magician’s craft can command — the highest misdirection and the darkest science.
Blood will be spilled, but even this will not be enough. In the end, their legacy will pass on for generations… to descendants who must, for sanity’s sake, untangle the puzzle left to them.« 
J’ai emprunté le livre un peu sur un coup de tête, je sais qu’il existe une adaptation en film (qui m’a valu cette mâââgnifique couverture) que je n’ai pas vue, j’ai récemment lu une actualité de bloggeurs qui en parlait, et le livre était en rayon alors que je passais dans le coin, donc voilà.
Je sors de ma lecture très mitigée ! Malheureusement le livre s’est achevé sur ce qui m’a le moins plu…
Ce livre est difficilement définissable : le résumé donne une bonne image du thème général – la querelle entre les deux magiciens, dégénérant de plus en plus – mais fait abstraction de tout un tas d’autres éléments également très présents dans le livre, et que personnellement je n’attendais pas forcément. Déjà, le livre est découpé en plusieurs parties : le journal de chacun des magiciens, se passant en gros entre 1870 et 1903 ; et, en ouverture, fermeture et interlude, les questionnements des héritiers de nos jours, écrits sous forme narrative classique. On passe donc d’un style littéraire à l’autre en faisant des sauts dans le temps, plusieurs fois. D’ailleurs je n’ose imaginer le casse-tête que ça a été pour le ou les réalisateurs du film ! (Ajoutez à ça qu’un journal ça compte plein de passages où il ne se passe « rien » d’autre que la vie quotidienne).
Ensuite, le genre : on démarre un peu sur le mode « thriller » : Nick Borden pense avoir un frère jumeau sans en avoir de preuves, et est en possession du journal de son aïeul, Kate Angier cherche à comprendre cette histoire de dispute ancestrale dépassant la simple rivalité professionnelle et donc le contacte. Ensuite une très grande partie du livre est consacrée entièrement aux journaux, dont une partie parle de magie, mais les deux magiciens racontent aussi leurs déboires, leurs pensées, leur vie, quoi – même si une grande partie est en relation étroite avec leur profession, leur obsession. Enfin, et ça je ne l’avais vraiment pas vu venir, les 100 dernières pages tombent dans le fantastique (avec un élément limite SF) de manière radicale, pour finir en plus sur une fin plutôt ouverte ! Bref, en termes d’illusions les miennes ont été brisées un peu brutalement. Je ne sais pas comment j’aurais souhaité que l’histoire se termine, ou plutôt j’aurais accepté beaucoup de choses, mais là ça ne me plaît pas, j’ai trouvé ça trop abusé (sans vous spoiler plus).
Néanmoins ce livre n’est pas à jeter, loin de là : j’ai trouvé que le style était très bon – ardu (j’ai un peu galéré à le lire en anglais par moments, mais de toutes façons le style n’est pas simple et je ne suis pas sûre que j’aurais plus vite fini le livre en VF) – mais très riche en vocabulaire, avec des tournures de phrases parfois vieillottes et alambiquées – je suppose pour nous mettre dans l’ambiance, donc pas un livre que je recommanderais à n’importe qui n’importe comment, mais qui a indéniablement une richesse de style, une qualité littéraire. Il y a des passages qui m’ont bluffée ou émerveillée – comme certains numéros décrits du point de vue du public, ou le passage sur les mains de Borden.
Je parlais d’ambiance, et d' »obsession » un paragraphe plus haut, et effectivement j’ai trouvé qu’on ressentait particulièrement la tension qui habite la vie et les pensées de ces deux hommes à la fois très ordinaires, exceptionnels, et terribles ! D’ailleurs, en me concentrant sur cet aspect : le portrait de ces deux hommes, en miroir, je pourrais en relation donner un peu de sens à cette fin bizarre qui ne m’a pas convaincue (je reste cependant accablée devant tant de théâtralisme de mauvais film alors que tout le reste du texte trouvait sa force dans les détails, la psychologie des personnages, et la subtilité !).
Un jour les auteurs cesseront de me scandaliser avec leurs fins à la WTF-je-sors-mon-artillerie-lourde. Un jour.

 

Chroniques d’ailleurs : Lectures Trollesques, Naufragés Volontaires

 

Journey to the River Sea

D’Eva Ibbotson. 2001. Roman aventure jeunesse. Excellente lecture. [295 p.]
Titre français : Reine du fleuve
Résumé : « The girls in Maia’s class told her what to expect when she reached the Brazilian jungle.’There are huge mosquitoes which bite you. »You turn as yellow as a lemon and then you die.’ But Maia, an orphan, can’t wait to start the long sea voyage. She is to begin a new life with relatives she has never met, a thousand miles up the Amazon river. And Maia’s classmates could never, even in their wildest dreams, imagine the adventures that await her on the shores of the River Sea. »
Waouh. Eva Ibbotson vient de rejoindre Morpurgo et Ruiz Zafon sur l’étagère des Fabuleux Auteurs Jeunesse (parmi ceux que j’ai lu suffisamment récemment pour que je me souvienne à quel point ils sont génialissimes – je suis probablement tombée sur des perles entre mes 7 et 10 ans sans me souvenir des auteurs).

Lire la suite

The Literary Fantastic

De Neil Cornwell. 1990. Essai littéraire. Très bonne lecture.
litfantasticRésumé : « This wide-ranging book examines the role and development of the fantastic in literature from the rise of the Gothic in the second half of the eighteenth century, through its heyday in the horror classics of the nineteenth century – from Frankenstein to Dracula – to its appearance in postmodernist fiction of the present.« 
Cet ouvrage s’ouvre sur une très bonne introduction à la fois chronologique et analytique: où, quand et comment est « né » le fantastique, de quoi découle-t-il, quelles sont ses grandes tendances et codes principaux. On retrouve, comme dans l’ouvrage de Françoise Dupeyron-Lafay les concepts de doute, de fracture, de rationnel vs irrationnel. Cornwell va cependant plus loin, il cite des critiques et explique en quoi le genre a eu du mal à se trouver des définitions, surtout quand il était jeune. Suivent des citations d’études portant sur le fantastique, de grands noms comme Todorov (qui paraît-il a d’abord été édité en français), et aussi des noms un peu moins illustres, mais qui ont aussi tenté d’expliciter et d’unifier le genre à leur époque et à leur manière.
Ce qui m’a beaucoup changé d’autres livres que j’ai lu à ce sujet, c’est la manière d’appréhender l’élément « fantastique » : souvent on parle de thèmes (cimetières, manoirs, vampires, fantômes…) ou d’auteurs, mais ici ça va un peu plus loin, même, que les structures narratives évoquées dans l’autre livre que j’ai lu il y a peu de temps et cité ci-dessus (ce qui était déjà très bien). L’auteur parle beaucoup de l’élément de « fantasy ». Il s’agit de ce qu’on pourrait traduire par « fantaisie », « irréel » – cet élément qui permet à la fiction de devenir non-réaliste, en partie ou totalité. De là, l’étude se focalise sur le fantastique, essentiellement, mais aborde aussi la high fantasy, les contes, et mêmes le nouveau roman (en ce qu’il « brise » les règles établies du roman, donc se positionne sur un autre plan de « rationalité »). Le livre s’achève sur Rushdie, Eco et quelques autres auteurs analogues, dont la présence dans l’ouvrage est justifiée parce qu’ils détournent les buts avoués du roman pour construire une narration illusoire : elle se veut rattachée à une certaine réalité, mais sert en fait à analyser/démontrer/dénoncer autre chose. (A ce que j’ai compris 😉 )
Une approche moins commune que d’autres sur la littérature de l’irréel, qui m’a ouvert de nouvelles perspectives.