Comme un roman

De Daniel Pennac. Folio Gallimard, 1992. Essai. Très bonne lecture. [198 p.]

commeunroman.jpgLes droits imprescriptibles du lecteur

1. Le droit de ne pas lire.
2. Le droit de sauter des pages.
3. Le droit de ne pas finir un livre.
4. Le droit de relire.
5. Le droit de lire n’importe quoi.
6. Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible).
7. Le droit de lire n’importe où.
8. Le droit de grappiller.
9. Le droit de lire à haute voix.
10. Le droit de nous taire.

Ah ! Quel lecteur exilé de l’éducation moderne n’est encore pas tombé sur cette charte, placardée sur la porte du CDI, affichée dans une salle de cours, référencée dans un ouvrage scolaire ?… On nous les répète, ces lignes, tout le monde a l’air de les connaître, c’est une Référence avec un grand R, on nous le pompe, l’air, avec, et moi ça faisait un peu plus de 15 ans que j’avais ce titre dans la tête, et ces quelques lignes, et enfin j’ai ouvert le Graal, la Déclaration Universelle des Droits du Lecteur, et qu’y ai-je trouvé ?

Lire la suite

Publicités

Un coupable presque parfait

De Robin Stevens. Flammarion Jeunesse, 2016. Policier. Excellente lecture. [356 p.]

Titre original : Murder Most Unladylike, 2014 ; trad. par Faustina Fiore.

coupableRésumé : « Lorsque Daisy Wells et Hazel Wong fondent leur agence de détectives privés, elles espèrent débusquer une enquête digne de ce nom. Tout bascule subitement le jour où Hazel découvre la prof de sciences étendue dans le gymnase. Le temps d’aller chercher Daisy, le corps a disparu. Dès lors, il ne s’agit plus seulement d’un crime à résoudre mais d’un crime à prouver, et ce, avant que le coupable ne frappe de nouveau.« 

Lu dans le cadre d’un partenariat avec Flammarion Jeunesse

En introduction je dirais que je choisis mes livres de partenariat selon deux axes : ce qui correspond à mes lectures habituelles, ma zone de confort, et ce qui au contraire me permet de m’en détacher un peu. J’essaie d’alterner, et en fait comme je reste quelqu’un de curieux ce n’est pas très compliqué.

Lire la suite

The Curious Incident of the Dog in the Night-time

De Mark Haddon. Vintage, 2004. Roman jeunesse. Très bonne lecture. [272 p.]

Titre français : le Bizarre incident du chien pendant la nuit, 2005.

curiousincident

Résumé : « Qui a tué Wellington, le grand caniche noir de Mme Shears, la voisine? Christopher Boone, « quinze ans, trois mois et deux jours », décide de mener l’enquête. Christopher aime les listes, les plans, la vérité. Il comprend les mathématiques et la théorie de la relativité. Mais Christopher ne s’est jamais aventuré plus loin que le bout de la rue. Il ne supporte pas qu’on le touche, et trouve les autres êtres humains… déconcertants. » (Source : Babelio, édition Pocket)

 

J’avais repéré depuis un bon moment ce livre, qui est sorti lorsque j’étais en début d’études universitaires et qui a tout de suite été encensé par les critiques. J’aurais été plus jeune peut-être serait-je allée le piocher dans le CDI par curiosité. La médiathèque de la ville, où j’allais à ce moment, offrant largement plus de possibilités de lectures, notamment en termes d’imaginaire – ce qui m’intéressait plus – j’ai délaissé ce roman « pour ados » (naaan désolée c’est pas du YA :p), qui parlait en plus d’un gamin un peu dérangé (j’en vois un qui rigole dans le fond !). Bref, pas ma tasse de thé de prime abord.

Lire la suite

Le Monde secret de Sombreterre, T1 : le Clan perdu

De Cassandra O’Donnell. Flammarion, 2016. Fantasy jeunesse. Bonne lecture. [202 p.]

Illustrations de Jérémie Fleury.

sombreterre1Résumé : « Orphelin, Victor n’est pas un garçon comme les autres. Il parle avec les fantômes et voit des choses que personne d’autre ne perçoit. Quand la jolie et captivante Alina fait irruption dans sa classe avec son horrible monstre invisible sur son épaule, le monde de Victor est bouleversé. Qui est-elle ? D’où lui viennent ses étranges et terribles pouvoirs ? Et surtout, pourquoi a-t-il l’impression de la connaître et qu’un lien ancien et magique les relie l’un à l’autre ?« 

Lu dans le cadre d’un partenariat avec Flammarion jeunesse.

Si je connaissais Cassandra O’Donnell de nom et que je l’avais même croisée un jour sur un salon je n’avais encore rien lu d’elle. Lorsque les éditions Flammarion, que je remercie, m’ont proposé de découvrir cette saga jeunesse qui avait l’air tout à fait sympathique je me suis dit que c’était l’occasion.

Lire la suite

Langues et lecture

Il va falloir, je le sens, que je vous explique une petite chose à propos de mon rapport à la lecture. En tous cas j’en ai bien envie. 🙂
Du fait de mon environnement familial et social, j’ai commencé par lire en français, et continué sur cette lancée pendant un sacré nombre d’années. Au fil des mes lectures, avant même de commencer l’enseignement des langues vivantes à l’école, j’ai commencé à repérer des choses, ici et là, qui titillaient mon cerveau et commençaient à construire des petites catégories chacune dans leur coin, et pourtant tous reliés quelque part : parfois, dans les livres, se glissent des mots voyageurs, des mots venus d’ailleurs, d’autres temps ou d’autres lieux. Je me suis mise à les « collectionner », et je suis à ce jour toujours ravie d’en trouver dans n’importe quel texte (surtout lorsqu’une traduction ou explication me permet d’en saisir le sens). Je ne les retiens pas tous, naturellement, mais j’ai comme une constellation de termes trouvés ici et là que je peux parfois reconnaître, sans parler aucune de ces langues. ^^

Lire la suite

Anne… la maison aux pignons verts

De Lucy Maud Montgomery. France Loisirs (Julliard), 1987. Très bonne lecture. [278 p.]
Titre original : Anne of the Green Gables, 1908
annegreengablesRésumé : « Dans l’île du Prince-Edouard près du golfe du Saint-Laurent, Marilla,— une vieille fille un peu acariâtre, —vit avec son frère Matthew. Ils décident d’adopter un orphelin pour les aider à la ferme. Sur le quai de la gare, le petit garçon attendu se présente sous les traits d’une fillette à la chevelure flamboyante, au visage constellé de taches de rousseur et aux grands yeux verts pétillants. Anne,— cette enfant douée d’une imagination poétique exceptionnelle,— est d’abord accueillie à contrecœur par Marilla. Mais, peu à peu, elle va réussir à capter l’affection de ces deux célibataires endurcis. Ils apprendront avec elle à s’émerveiller devant la nature, à jouir de la magie des mots, à rire de leurs propres manies… et tout simplement à vivre.« 
J’ai découvert avec Lucy Maud Montgomery un classique à côté duquel j’ai pourtant bien failli passer ! Il aura fallu une fois de plus des bavardages avec Lynnae pour que j’attrape ce livre alors que je passais devant lors d’un don public de livres (chose rare s’expliquant par le surplus d’une association dédiée à la lecture), un peu par hasard.
Ce roman se présente comme beaucoup d’autres plus ou moins classiques de la fin du XIXe / mi-XXe : les aventures familiales, parfois extra-familiales (pas trop ici), d’enfants dans un environnement socio-culturel particulier, raconté de façon optimiste et humoristique, avec quelques accents dramatiques selon les livres et auteurs. C’est assez différent de la littérature jeunesse actuelle, entre autres à cause du temps qui nous sépare et donc également du langage et des codes utilisés.

Lire la suite

Morwenna

De Jo Walton. Denoël, 2014. Fantastique. Coup de cœur pour ce bon bouquin. [334 p.]
Titre original : Among Others, 2010.
COUV_morwenna.inddRésumé : « Morwenna Phelps, qui préfère qu’on l’appelle Mori, est placée par son père dans l’école privée d’Arlinghurst, où elle se remet du terrible accident qui l’a laissée handicapée et l’a privée à jamais de sa sœur jumelle, Morganna. Là, Mori pourrait dépérir, mais elle découvre le pouvoir des livres de science-fiction. Delany, Zelazny, Le Guin et Silverberg peuplent ses journées, la passionnent.
Un jour, elle reçoit par la poste une photo qui la bouleverse, où sa silhouette a été brûlée. Que peut faire une adolescente de seize ans quand son pire ennemi, potentiellement mortel, est une sorcière, sa propre mère qui plus est? Elle peut chercher dans les livres le courage de combattre.« 
Je me suis sentie très proche de cette jeune fille un peu solitaire, bibliophile convaincue et passionnée de science-fiction. Dans ce livre il y a énormément de choses que j’aurais moi-même aimé exprimer, ou exprimer plus souvent, ou mieux, ou plus tôt.

Lire la suite

Une planète dans la tête

De Sally Gardner. 2013. Science-fiction (dystopie) jeunesse. Excellente lecture. [254 p.]
Titre original : Maggot Moon, 2011.
Une planète dans la tête de Sally GardnerRésumé : « Depuis que ses parents ont dû fuir la répression d’un gouvernement brutal, Standish vit avec son grand-père dans la « zone 7 », celle des impurs, privés de tout, surveillés en permanence… Dyslexique, il subit à l’école brimades et humiliations jusqu’au jour où il se lit d’amitié avec son nouveau voisin, Hector. Ensemble, ils rêvent de s’évader sur Juniper, la planète qu’ils ont inventée. Mais Hector et ses parents disparaissent sans laisser de trace… Ont-ils été supprimés ?« 
« Un livre coup de poing » promettait la 4e de couverture – et, une fois n’est pas coutume, je suis d’accord avec cette affirmation. Je ne pense pas qu’on puisse rester indifférent à ce livre, ni en ressortir indemne.
Je repensais à 1984, puis aux « nouvelles dystopies » comme Hunger Games, et je me disais que la focalisation n’est en fait pas du tout la même, et que c’est peut-être bien un des éléments qui font toute la différence, qui font qu’il y a malgré tout deux lectorats, même si le mot « dystopie » est également utilisé pour les… néo-dystopies (allez hop ! adopté 🙂 ). Je n’ai pas tourné la dernière page triste d’abandonner le héros, je n’ai pas été impatiente de connaître la suite au fil du livre – ou en tous cas pas la même impatience qu’en lisant les aventures de Katniss. Ce livre me laisse un sentiment d’horreur, une sensation d’angoisse, et absolument aucun frisson de plaisir même coupable. Bienvenue dans un monde qui ne marche pas (dys-topie), qui écrase les gens, qui leur rend la vie dure et n’est en rien sauvé par des éléments narratifs « mignons ». Pas de petite sœur adorable à protéger, pas d’amourettes qui font battre nos petits cœurs d’artichauts, pas même d’espoir clairement affiché – ou si peu (j’ai pourtant aimé Hunger Games, mais les deux romans n’ont juste rien à voir) ! Inutile de préciser que la fin sera très loin d’être hollywoodienne, on s’en doute assez vite. Et pourtant, c’est bien du « jeunesse/ado », dans la forme et les codes ;).

Lire la suite

Camelot

De Fabrice Colin. 2007. Excellent moment de lecture.
camelotRésumé : « Institut Saint-James de B… Nathan a 17 ans. Il doit passer l’été à préparer son diplôme de fin d’études dans cet établissement prestigieux réservé à quelques privilégiés. Avec Eric, David et Mathis, ils forment un groupe d’amis fidèles, solidaires, dans cet univers de garçons où les rivalités sont parfois violentes. Un soir, arrive un nouvel élève : Arthur. Il exerce une fascination troublante sur chacun. Bientôt, les trois amis de Nathan disparaissent des nuits entières, sans qu’il ne puisse rien savoir de leurs escapades nocturnes. C’est avec Arthur qu’ils partent, Nathan en est persuadé. Il décide d’aller lui parler. Arthur lui propose alors de devenir à son tour un chevalier de la table ronde… »
    Difficile d’en dire beaucoup sans spoiler. Au bout de peu de pages, l’intrigue était lancée, plus ou moins en huis clos (très petite zone géographique, peu de repères et d’éléments), et moins j’étais scotchée, en mode : « Maintenant que tu as monté la mayonnaise, Fabrice, ne la laisse pas retomber s’il te plaît ! ». A ce moment je me disais qu’il était potentiellement (parce que c’est difficile d’être sûre à la page 20) classable dans le top 3 des meilleurs Fabrice Colin. Le souci c’est que j’ai déjà passé de très bon moments de lecture avec lui, donc le top 3 va devoir s’agrandir en top 5. En tous cas celui-ci m’a beaucoup plus happée, beaucoup plus parlé, que les 3 ou 4 autres que j’ai lu juste avant, en gros les deux mois derniers. Narration toujours impeccable, peu de personnages mais tous plutôt bien développés, intrigue multiple. A peu près au moment opportun, c’est -à-dire pas trop tôt dans l’histoire mais pas dans les toutes dernières pages non plus, j’ai commencé à comprendre, au moins le gros de la fin, et donc aussi de la solution. Et là…
Là est mon seul petit bémol, que je vous conseille très vivement de ne pas lire avant d’avoir lu le livre, sous peine de vous pourrir un bon tas de pages et de techniques narratives. La fiction en soi est très bien, quasiment irréprochable si on aime ce genre de livre. Cependant j’aimerais corriger, parce que ça me touche d’assez près, le point de vue exploité dans l’histoire : les gens atteints de schizophrénie ont très (très très très) rarement un réel « dédoublement » de personnalité. Oui, ils ont des « crises ». Oui, ils ont des troubles du comportement et de l’humeur. Oui, ils sont sujets à trouver des symboles là où personne n’en voit, et aussi à se monter la tête, comme le font parfois les gens (surtout les ados) bien portants, mais en pire, ce qui rend parfois la maladie très difficile à diagnostiquer, surtout qu’elle se déclare souvent à la fin de l’adolescence, la période où beaucoup de gens sains dépriment, ont des comportements à risque, et méritent fréquemment des baffes, autant de traits qui rappellent certains symptômes chez pas mal de patients.  Mais Arthur/Mordred n’est pas un cas clinique courant, comme le dit fugacement un médecin à un moment (p.160-161). Heureusement pour les malades aujourd’hui, il existe toute une gamme de médicaments (neuroleptiques, régulateurs d’humeur, etc.) qui peuvent parfois leur permettre de vivre presque normalement, sans passer automatiquement comme autrefois par les électrochocs. Sans traitement (et même avec, mais en moins pire), leur esprit a tendance à vagabonder, à se perdre, à ne plus avoir de repères, à être dissocié de la réalité ou du contexte, à se fractionner (focalisations sur certaines choses en particulier, perte de sensations, émotions etc.). Les personnes à personnalités multiples, à noms multiples, etc. comme on en voit fréquemment dans les films n’auraient existé qu’en très peu d’exemplaires, principalement aux États-Unis, dans les années 70s, et n’auraient même pas été tous schizophrènes. Les psychiatres sont aujourd’hui à peu près d’accord pour ne plus les (les personnes à personnalités multiples) classer dans le même tiroir que les schizophrènes « classiques » (qui seraient en fait assez nombreux en France aujourd’hui).
Sachant cela, je continue tout de même à employer « schizophrène » pour parler de personnalité dédoublée ou d’avis contradictoires, pour plaisanter, car je considère que l’expression fait plus ou moins partie du langage populaire à présent.
N.B. : il y a quelques sites pas trop mal faits à propos du sujet sur Internet, mais aussi une masse monstrueuse d’idioties comme : « la schizophrénie c’est le dédoublement de la personnalité » (sic) /Réponse : « mais non ça c’est être bipolaire » (sic)
. Le mieux c’est d’aller vers les sites d’associations médicales/de patients, parfois c’est un peu beaucoup concentré sur un cas ou un type de maladie, mais au moins ça évite les erreurs vraiment grossières.
Vu ma digression je n’ai plus qu’à classer l’article également en « Société », et bien choisir mes mots-clés pour ne pas (trop) vous spoiler.