Cthulhu !

De Patrick Marcel. Les moutons électriques, 2017. Docu-fiction. Très bonne lecture. [220 p.]

Première édition sous le titre Les Nombreuses vies de Cthulhu, 2009.

Illustré par Melchior Ascaride ; collection La bibliothèque des miroirs.

les moutons électriques cthulhu! marcelRésumé : « Cthulhu, nom chuchoté dans des chroniques obscures et réprimées, révéré par des sectes sanglantes et occultes, répété par des initiés rares et apeurés, hurlé par des témoins condamnés et terrifiés. Dieu démon effroyable, grand prêtre de la restauration d’un ordre ancien du monde, monstrueux titan venu d’ailleurs, envahisseur absolu qui s’insinue jusque dans les rêves… Par sa brève et terrible émersion de 1925, Cthulhu marque une date dans la prise de conscience par l’homme de sa fragilité dans l’univers, de sa vulnérabilité sur une planète dont il s’imaginait le maître. Hasard ou nécessité, Cthulhu, en laissant éclater au grand jour un danger qui n’appartenait qu’à la légende, devient le héraut d’un bouleversement général et radical des mentalités, du passage des mythes à la réalité, de la superstition à la pensée scientifique, du monde newtonien à l’univers einsteinien, d’une pensée assurée et globalisatrice au doute de la relativité.« 

Si je ne suis pas certaine d’être tout à fait comblée par cette couverture verdâtre et simpliste aux tentacules crénelés disparates, je note des bubons en relief sous mes doigts et je trouve ça cool !

Lire la suite

Publicités

My Favorite Fantasy Story

Ed. by Martin H. Greenberg. Daw, 2000. Recueil de nouvelles. Bonne lecture. [423 p.]

mffsRésumé : « Who do today’s top fantasy writers read–and why? This was the question posed to some of the most influential authors in the field today. This book is their answer. Here are seventeen of the most memorable stories in the genre, each one personally selected by a well-known writer, and each prefaced by that writer’s explanation of his or her choice. Here’s your chance to enjoy familiar favorites, and perhaps to discover some wonderful new treasures. In each case, you’ll have the opportunity to see the story from the perspective of a master of the field.« 

J’étais très enthousiaste à l’idée de lire cette anthologie, à la fois parce que je n’ai pas beaucoup lu de choses livres en anglais cette année et aussi parce que le thème et le principe me paraissaient très sympas. Cependant j’ai eu quelques difficultés à arriver au bout de ce livre.

Lire la suite

Janua Vera

De Jean-Philippe Jaworski. Folio SF, 2015. Nouvelles Fantasy. Excellent. [488 p.]

Première édition aux Moutons Électriques, 2007.

A 46426-Janu vera.inddRésumé : « Né du rêve d’un conquérant, le Vieux Royaume n’est plus que le souvenir de sa grandeur passée… Une poussière de fiefs, de bourgs et de cités a fleuri parmi ses ruines, une société féodale et chamarrée où des héros nobles ou humbles, brutaux ou érudits, se dressent contre leur destin. Ainsi Benvenuto l’assassin trempe dans un complot dont il risque d’être la première victime, Ædan le chevalier défend l’honneur des dames, Cecht le guerrier affronte ses fantômes au milieu des tueries… Ils plongent dans les intrigues, les cultes et les guerres du Vieux Royaume. Et dans ses mystères, dont les clefs se nichent au plus profond du cœur humain…
Jean-Philippe Jaworski met une langue finement ciselée au service d’un univers de fantasy médiévale d’une richesse rare. Entre rêves vaporeux et froide réalité, un moment de lecture unique. Janua vera a été récompensé par le prix du Cafard Cosmique 2008.« 

J’ai acheté ce recueil de nouvelles par curiosité au départ – c’est la première fois que je lis du Jaworski et, si l’on m’en a dit du plus grand bien ici et là j’avais surtout envie de découvrir son monde Fantasy celtique (ou est-ce ainsi que je me l’imagine sans avoir pour le moment mis le nez dedans) de sa saga Rois du Monde. L’univers de Gagner la Guerre, dans lesquelles ces nouvelles sont d’après ce que j’ai compris bien plus ancrées même si elles ne le sont peut-être pas toutes, je n’en sais trop rien, ne me tentait pas trop au départ.

Lire la suite

Contes de la fée verte

De Poppy Z. Brite. Folio SF, 1997. Recueil de nouvelles. Excellent. [265 p.] Coup de cœur.
Titre original : Swamp Foetus, 1994.
contesfeeverteRésumé : « Que se passe-t-il quand deux frères siamois séparés à la naissance n’ont qu’un seul souhait : redevenir un ? Quand chaque apparition d’un chanteur rock s’accompagne d’un drame ? Quand un entrepreneur de pompes funèbres du quartier de Chinatown vous charge de surveiller un cadavre ? Et quand vous perdez dans Calcutta livrée aux morts-vivants ? Tout le talent de Poppy Z. Brite se dévoile dans ces douze nouvelles à l’odeur de souffre [sic] et au goût d’absinthe, dont « Calcutta, seigneur des nerfs », récompensé par le Grand Prix de l’Imaginaire 1998.« 
WAOUH. C’est mon impression en refermant cet ouvrage, impression convoyée par le style et les idées de l’auteur tout au long de ces douze nouvelles, quasiment dès la première page, sans compter l’introduction par Dan Simmons qui m’a aussi comblée (« Prolégomènes à toute métaphysique future de Poppy« ).
Avant d’aller plus loin je préviendrai quand même que ce livre est je pense à réserver à un public averti : les idées et thèmes développés ne sont pas des plus légers ou rieurs et jouent très largement avec le dérangeant, et les descriptions de relations sexuelles (ou de comparaisons, atmosphères, etc. sulfureuses) ou de cadavres pourrissants ne sont pas rares. Quand il ne s’agit pas de scènes sensuelles impliquant un cadavre.
ça va, vous êtes toujours là ? :p

Lire la suite

La Dame pâle

D’Alexandre Dumas. Magnard, 2011. Nouvelle fantastique. Bonne lecture [71 p.]
Première parution en 1849.
damepaleRésumé : « Plongez dans ce conte et transportez-vous avec l’héroïne, Hedwige, dans un étrange château entre la Roumanie et la Pologne, au beau milieu des Carpates. Ici, tout est mystère et légendes, là, les morts viennent rendre visite aux vivants et parfois les hanter ou les rendre « pâles » de peur…« 
Je connais Dumas par ses récits de cape et d’épée mais je n’ai jamais trop cherché à savoir ce qu’il avait écrit d’autre. J’imaginais d’ailleurs ce titre comme un texte d’au moins 300 pages car je ne savais pas du tout qu’il avait rédigé des nouvelles.
Je n’ai pas énormément de choses à dire sur cette lecture – elle s’inscrit très étroitement dans le cadre narratif défini par la nouvelle fantastique du XIXe, avec son château isolé dans les montagnes, des personnages appartenant à la noblesse, et la figure du vampire, vue comme une menace à éliminer. Le texte est court mais plutôt efficace – les aficionados du genre risquent de ne pas avoir de très grande surprise quant au déroulement des faits, mais en même temps j’ai été convaincue par la logique choisie et explicitée par l’auteur, qui est assez concordante avec ce que l’on peut attendre de certains courants romantiques (je parle bien ici du mouvement littéraire et non pas de romance).
Un mot au sujet de l’édition : Je suis ravie de savoir ce livre au programme de collège, mais les nombreux synonymes ou définitions données en notes de bas de page ont quelque peu ralenti ma lecture (sans compter que je n’ai pas vraiment compris certaines décisions – certains mots définis n’étaient pas très archaïques ou rares tandis que d’autres l’étaient qui n’étaient pas définis). Je n’ai pas trouvé non plus de très grand intérêt au dossier post-texte, qui m’a semblé être surtout constitué de pistes de réflexion pour l’élève plus que d’informations bonus, jusqu’au groupement de textes final qui lui m’a beaucoup plu car permis de découvrir un extrait de conte d’Hoffmann et quelques extraits de poésie de la même époque / sur le même thème du vampire.
Chroniques d’ailleurs :  Lynnae
Parallectures :
In a Glass Darkly, de Sheridan le Fanu
Le Château des Carpathes, de Jules Verne

Drame de Troll

De Sir Terry Pratchett. L’Atalante, 2000*. Nouvelle. Très bonne lecture. [25 p.]
* petit livre gratuit (précision de la 4e)
Titre original :  Troll Bridge, 1992.
dramedetrollRésumé : « Le bon vieux temps… Tout était mieux autrefois, les hivers étaient plus froids, les forêts, plus lugubres, les gobelins, plus hargneux, les trolls, plus sanguinaires et sur les ponts. Le progrès est définitivement une mauvaise chose pour Cohen le barbare. Pris d’un élan nostalgique, il chevauche vers un pont, bien décidé à massacrer du troll, comme dans le bon vieux temps ! »
Cohen le Barbare et son cheval parcourent comme d’habitude le Disque-monde de consort. Pourtant aujourd’hui quelque chose est différent : Cohen a une quête personnelle à achever avant de mourir (ce qui n’est pas tout à fait pour tout de suite mais sait-on jamais).

Lire la suite

Le Château des Carpathes

De Jules Verne. Le Livre de Poche, 1966. Roman fantastique. Très bonne lecture. [241 p.]
Première édition : 1892
chateaujvJ’ai entamé ce roman sans avoir trop d’idées sur ce que j’allais trouver exactement puisque l’édition que j’avais en main ne comportait aucun résumé. Cependant il me semblait que je l’avais déjà lu une fois, et effectivement une fois lancée dans ma lecture beaucoup d’éléments me sont revenus en mémoire. L’histoire se situe dans un endroit reculé, rural, des Carpathes, dans un petit village peuplé de ses archétypes attendus : le docteur, le berger, les deux jeunes amoureux, l’aubergiste… Un jour Frik le berger remarque de la fumée au-dessus du vieux château à l’écart du village. Pourtant, l’endroit est censé être désert depuis des décennies. En mal de curiosité une expédition se forme, y va, revient amochée : c’est certain, le château est hanté ! D’autres personnages, des visiteurs venus de loin, font finalement irruption dans l’histoire en amenant leur propre passé et début de réponses.

Lire la suite

Les Lutins Urbains, T.2 : Le dossier Bug le Gnome

De Renaud Marhic. 2014. Roman jeunesse. Bonne lecture. [115 p.]
Résumé : « On les croyait disparus à jamais,
chassés de nos contrées par la modernité.
Erreur ! On peut bien avoir construit des villes à la campagne, les lutins se sont faits urbains !
Et ils n’ont rien perdu de leurs pouvoirs
d’agaceries, tracasseries, et espiègleries…
Le dossier Bug le Gnome-couvertureOrdinateurs en folie… smartphones ensorcelés… Quel est donc ce “virus” qui menace la Grosse Cité ? À peine remis de sa rencontre avec le Pizz’ Raptor, Gustave Flicman doit se rendre à l’évidence : un nouveau lutin menace la ville ! Comme par hasard, revoilà le Professeur B. Avec son aide, le jeune policier se lance sur la piste du redoutable Bug le Gnome. Vite ! Ça sent déjà le grillé… Gustave parviendra-t-il à ne pas péter les plombs ? Car voilà ses 5 sœurs à l’hôpital, victimes d’une mystérieuse intoxication… Tandis que Bug le Gnome s’est introduit dans le Laboratoire d’Étude et de Recherche Nucléaire de la Grosse Cité…« 
Renaud Marhic (que je remercie au passage), des Editions P’tit Louis, m’a recontactée pour me proposer la lecture de son deuxième opus. Comme le premier m’avait enchantée, j’ai bien sûr accepté de suivre à nouveau Gustave Flicman dans la suite de ses aventures urbano-lutines ! J’ai reçu le livre la semaine dernière, accompagné d’un marque-page en plus. 🙂

Lire la suite

Grimoire des loups-garous

« … Suivi d’autres traités fameux de lycanthropie ».
Par Édouard Brasey. 2010. Documentaire / Contes. Très bonne lecture. [431 p.]

 

Je note qu’il est dédicacé à Claude Seignolle ; il me semblait me souvenir que ce monsieur écrit de la littérature de terroir, mais apparemment c’est aussi (surtout ?) un folkloriste et écrivain fantastique. Je dois le confondre avec quelqu’un d’autre (Christian Signol peut-être ?), ce ne serait pas la première fois !
Grimoire-des-loups-garousRésumé : « Quelles sont les origines des loups-garous ? Comment les reconnaît-on ? Est-il possible de s’en débarrasser ?
C’est à ces questions que répond cet ouvrage de référence sur toutes les représentations des loups-garous à travers la littérature, le folklore et les légendes. Ce mythe fantastique très populaire qui remonte à l’Antiquité a traversé toutes les époques, marquant le Moyen Âge et la Renaissance avec les procès en garouage, où des hommes ont été condamnés pour sorcellerie et brûlés sur le bûcher.
D’anciens traités et contes abordent les diverses croyances et superstitions, comme Légendes rustiques de George Sand ou Littérature orale de l’Auvergne de Paul Sébillot.
Ce grimoire révélera tout ce qu’il est indispensable de savoir au sujet des loups-garous et les moyens de s’en préserver.« 
Ma première impression sur ce livre c’est que c’est un bel objet : relié, illustré, avec des pages de papier épais vaguement jauni et parfois mal coupé – tout ce qu’on pourrait attendre d’un grimoire ! (Même s’il faudrait sans doute, à des fins de peaufinage, le laisser quelques années dans un grenier plein de moisissures – mais il s’agit là d’un ouvrage emprunté à la médiathèque, je ne peux donc pas me permettre de le customiser).
L’ouvrage est divisé en grandes parties, elles-mêmes segmentées en chapitres. On peut donc choisir de lire les parties folkloriques, ou littéraires, ou médicinales comme on le souhaite, surtout que le sommaire est extrêmement pointu et donne même des titres d’extraits d’œuvres présents dans lesdits chapitres, ou les sujets précis qui vont être traités à chaque fois. Un très bon point donc, également, pour l’aspect usuel de ce livre, qui a été non seulement pensé comme tel mais réalisé en ce sens. 🙂
Je tombe aussi, malheureusement, sur des blancs entre parenthèses – décidément, je ne dirais jamais assez combien je trouve de coquilles ou erreurs chez le Pré aux Clercs, malgré le fait qu’ils éditent principalement des ouvrages sur des thèmes qui m’intéressent, et souvent de très beaux bouquins ! (voir ci-dessus) 😡 Je n’aurais pas d’explication supplémentaire sur le vrykolakas grec, qui « désigne tour à tour le loup-garou et le vampire ». Dommage. (Les recherches d’encre invisible n’ont rien donné non plus). Donc voilà, je fais comme d’habitude : je m’énerve sur la page incriminée, je soupire, et je poursuis quand même ma lecture avec intérêt !
Autrement le livre dans son ensemble est bien ce que je m’attendais à trouver : composé comme un essai, ou un documentaire sur le sujet, entrecoupé d’extraits de contes ou de contes entiers, avec sources citées (auteurs, dates parfois), et venant de différentes régions, « pays » ou villes de France aussi bien que de sources étrangères.
Je retrouve en passant une référence à Collin de Plancy. 🙂 George Sand est également citée, ainsi que d’autres auteurs qui ne me sont pas forcément familiers.
La partie historique est je trouve assez affreuse (en même temps qu’intéressante), il y a tout de même un bon nombre de gens qui soit se sont fait tuer de façon horrible*, prétendument par des loups-garous, mais également un certain nombre de personnes condamnées à mort car suspectées de lycanthropie (plutôt avant le XVIIe siècle, quand même).
On a aussi droit à un sympathique et détaillé lexique des différents garous recensés, où j’ai trouvé ça : « La barguest est un garou vivant dans le nord de l’Angleterre et de la Cornouailles [sic ?], qui prend l’apparence d’un grand chien noir pour hanter les campagnes du Lancashire où on la surnomme padfoot (pas feutré). » lol. Les lecteurs VO d’Harry Potter auront maintenant un début d’explication 😉 Et je ne trouve plus le surnom traduit de Sirius Black… Patmol ? Oui, peut-être. J’avais retenu que la bargeist (autre orthographe, mais je pense même créature) était un esprit, mais vu que le texte continue en disant qu’elle ne laisse pas d’empreintes, je suppose qu’elle appartient aux deux catégories selon les légendes et témoignages. Ah et puis tant qu’on y est vous (les mêmes) serez également aussi ravis d’apprendre que « les lubins et lupins sont des loups-garous charognards qui hantent les cimetières du centre de la France. »
Je remarque que beaucoup de légendes autour du garou évoquent un animal (humain transformé) qui ne dévore pas forcément sa victime, mais se perche sur son dos afin de la faire courir (d’où « courir la galipote / la birette / le varou »), de l’épuiser, de la torturer… et aussi souvent de l’étouffer sous son poids et ses maltraitances. Bon d’accord c’est pas mieux, mais c’est différent, non ? Encore une fois je vois là un lien avec certaines histoires d’esprits mauvais, qu’ils soient fantômes ou lutins (mais pas loups-garous).
La deuxième moitié du livre n’est pas de la plume de Brasey, mais regroupe d’autres documents, médicaux et littéraires.
En bref, une très bonne référence.
* J’ai passé un été de mon adolescence avec un journal local qu’une personne me passait après lecture pour que je puisse faire les jeux à la fin. Ben franchement, les faits divers locaux, ça ramène certains romans policiers à de la littérature terriblement réaliste ! (Oui, oui… Genre l’homme de 80 ans qui tue sa femme à coups de hache. Ou la femme qui empoisonne son mari. Ou le paysan qui chope son arme et déglingue quelqu’un. De quoi douter que les grands criminels soient vraiment un danger pour la population honnête et innocente – ahem. lol)

Les Lutins Urbains, T.1 : L’attaque du Pizz’Raptor

De Renaud Marhic. 2013. Roman jeunesse. Très bonne lecture.
romans.fiction-lutins.urbains.attaque.pizz.raptor-170-215Résumé : « On les croyait disparus à jamais,/ chassés de nos contrées par la modernité. / Erreur ! On peut bien avoir construit des villes à la campagne, les lutins se sont faits urbains ! / Et ils n’ont rien perdu de leurs pouvoirs / d’agaceries, tracasseries, et espiègleries… Quel est donc cet inconnu qui s’en prend aux livreurs de pizzas, leur dérobant leur chargement sans jamais faire main-basse sur l’argent ? Gustave Flicman, jeune policier de la Grosse Cité, croise un soir le voleur. Si ce n’est pas un lutin, ça y ressemble bien… Mais voilà le coupable arrêté : c’était un simple SDF. Affaire réglée. Pas pour Gustave ! Qui ne se doute pas que sa quête du Pizz’ Raptor va le mener jusqu’à l’Université d’Onirie. Là où les Lutins Urbains ont trouvé refuge. Sous la protection du mystérieux Professeur B., Docteur en Lutinologie…« 
Renaud Marhic (que je remercie au passage :D), des Editions P’tit Louis, m’a contacté récemment pour me proposer un partenariat. Je ne connaissais ni l’auteur, ni le livre, ni les éditions, mais au vu du résumé ça m’a semblé un livre drôle et distrayant, plein de jeux de mots à deux sous, des péripéties abracadabrantes, et de lutins taquins – bref, le type même de lecture que je n’ai pas tout à fait cessé de lire, et qui passe bien entre deux livres plus sérieux !

Lire la suite