Mes mots [lexique]

/!\ EN CHANTIER / A REVOIR
Cette catégorie est consacrée au vocabulaire qui peut être ambigu ou méconnu que je risque d’employer régulièrement, pour que vous puissiez vous y retrouver, et tout simplement comprendre ce que je raconte 🙂 J’ajouterais aussi des petites choses amusantes, des curiosités de la langue.
Ma référence principale pour le français est le Trésor de la Langue Française en version informatisée (TLFi ; adresse http://atilf.atilf.fr/)
  • ANIME (prononcer : anim’) : dessin animé japonais, tous genres confondus.
  •  FANTASTIQUE : Celui-là, c’est ma bête noire. Ou plutôt l’utilisation qu’en font certaines personnes me hérisse. Je suis carrément puriste sur ce coup, je l’avoue, et je l’assume. Et je continuerai de râler contre les gens à son sujet.
1. adj. signifiant fabuleux, génial, super… « C’est fantastique. » => tout va bien pour ce sens, que je pourrais utiliser de temps à autre, sans ambiguïté.
2. Genre littéraire – et c’est là que ça se corse. Quand j’étais en 4e nous avons eu de la part d’élèves plus âgés un exposé sur le fantastique. Nous avons eu des extraits du Horla, de Maupassant (Résumé : un gars se croit poursuivi par un tueur. En fait, il est paranoïaque, mais il subsiste un doute à la fin de l’histoire), aussi de Docteur Jekyll et Mister Hyde, de R.L. Stevenson, et quelques autres dont je ne me rappelle plus. De plus amples recherches, et lectures car j’adore ce genre, m’ont appris que OUI, le fantastique est au départ un genre qui se caractérise par un environnement, une intrigue qui se situe aux limites de la raison et du surnaturel. Autrement dit, le surnaturel doit être là seulement en filigrane, ou le lecteur ne doit pas pouvoir être sûr d’avoir vraiment affaire à du surnaturel, ou l’élément surnaturel ne doit être dévoilé qu’à la fin de l’histoire.
Donc, ne sont pas du fantastique au sens strict du terme : Harry Potter, le Seigneur des Anneaux, les Chroniques de Narnia, Twilight (que je n’ai pas lu, mais qui ne me semble pas non plus rentrer dans la catégorie), etc, etc. [insérez ici la moitié de l’ensemble de la littérature de l’imaginaire jamais écrite]
Sont donc du domaine du fantastique, ou proches de l’être : la plupart des nouvelles de H.P. Lovecraft, plusieurs ouvrages d’Edgar Allan Poe, la quasi-totalité de Maupassant, William H. Hodgson, Bram Stoker… Oui, on sait assez vite que le comte Dracula est un vampire, mais 1. Les personnages n’en sont pas sûrs avant très longtemps (même s’ils se doutent qu’il est dangereux) 2. L’histoire ne tourne pas autour de la vie quotidienne du vampire –‘. Cette subtilité est aussi un des traits dominants du fantastique, avec aussi souvent un cadre limité (pour provoquer la tension, le suspense), peu de personnages (pour en développer les aspects psychologiques), et souvent des thèmes ou oppositions philosophiques comme l’humanité/inhumanité, la vertu/le vice, la lumière/les ténèbres, le bien/le mal, en tous cas dans les travaux fantastiques classiques. [Note : faire une page « catégories »][définition susceptible d’être améliorée, affinée, transformée suite à des recherches focalisée]
  • MANGA (nom masc.) : bande dessinée japonaise. [« Les espèces de petites BD japonaises qui se lisent à l’envers » dixit une mère de famille.] De plus en plus sont aujourd’hui traduits en français, car la demande a tout simplement explosé ces dernières décennies. Publiés souvent en petits formats, ils se lisent originellement de droite à gauche (pages ET cases ET bulles), sauf quand certaines éditions décident de tout inverser pour reprendre l’ordre français, perturbant le lecteur qui avait déjà pris ses repères ! Le manga est un format, tout comme la BD franco-belge, ou le comic américain si je ne me trompe pas. Chacun d’entre eux a ses codes culturels et ses thèmes majeurs, mais il existe des mangas tout aussi différents que Bécassine, Largo Winch, ou des BD « pour adultes » très modernes le sont. Du coup, il existe des sous-catégories de mangas, dont je ne parlerai pas ici parce que je ne suis pas une spécialiste et que je ne les trouve pas toujours très pertinentes par rapport à ce que j’aime ou pas lire. NB : on trouve aussi le terme manwa, qui est le même principe mais coréen, donc encore distinct.
  • PHOSPHENE : Directement du grec phos- ( «lumière») et -phène ( «faire briller») Le TLF donne comme définition : « Sensation lumineuse due à une réaction de la rétine sous l’effet d’un agent autre que la lumière (compression externe ou interne du globe oculaire, choc, excitation électrique, etc.). » Plus simplement ce sont les taches de lumières qu’on a l’impression de voir quand on est fatigué, ou que l’œil a reçu trop de lumière d’un coup.
  • SPOILER : 1. Verbe, prononcé « spoy-lé » : gâcher le plaisir de découvrir une œuvre en en dévoilant des éléments de l’intrigue. 2. Nom, prononcé « Spoy-leur », élément dévoilé, dont vous vous seriez bien passé (ou pas :p). Ces deux termes sont directement dérivés de l’anglais « to spoil », gâcher. Ils sont aujourd’hui fréquemment entendus et lus sur Internet, voire au-dehors du monde strictement virtuel.
  • TGCM : jargon rôlistique signifiant mot à mot « Ta G** C’est Magique », autrement dit « ne pose pas de question et accepte ce qui arrive même si tu sais pas comment ça arrive » – si l’origine du mot est très familière, l’acronyme est utilisé sans complexes.
Publicités

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s