Führer prime time

De Johan Heliot*. Éditions du Rocher, 2005. Novella SF. Bonne lecture. [119 p.]

*de son vrai nom Stéphane Boillot-Cousin. (Oui je suis comme ça, je dénonce)

 

fuhrerprimetimeRésumé : « Élixir ADN, l’émission phare de la chaîne NEVERSTOP, est régulièrement suivie par des milliards de téléspectateurs, partout sur la planète. Sa présentatrice, Shakira Miuy, a trouvé la recette du talk-show idéal, qui oppose sur les questions les plus diverses des Avatars historiques, en langage moins politiquement correct : des zombots. A savoir, les clones reconstitués des personnages les plus connus du XX° siècle, propriétés des États où reposent leurs corps et qui les louent aux riches médias pour renflouer leurs caisses vides. Ainsi le King, Elvis en personne, débat-il ce soir-là avec un certain Adolf Hitler… Tout aurait pu se passer normalement si un mystérieux commando terroriste, le Front de libération des avatars historiques, n’avait donné l’assaut des studios et enlevé le zombot d’Hitler. Cusco, l’assistant particulier de Shakira, va voir son existence basculer suite à ce rapt inédit, et plonger au cœur d’une machination où s’affrontent l’intérêt des vieilles nations et celui, bien entendu,du Citizen Kane de l’époque, Georges Bauer. Autant dire qu’éthique et déontologie sont des termes oubliés depuis belle lurette…« 

Lire la suite

Publicités

Who’s Horrible in History

De Terry Deary. Scholastic, 2009. Historique humoristique jeunesse. Bonne lecture. [80 p.]

Illustrations de Martin Brown.

whoshorribleRésumé : « The book you’ve all been waiting for – the Horrible Who’s Who! Discover the merciless miscreants and ruthless rogues who made the past such a perilous place! In his laugh-out-loud compendium, Terry Deary names and shames fifty of history’s all-time vilest villains, from gruesome grave-robbers to the beastly ‘Blood Countess’. The book is stuffed with colour pictures, putrid profiles, nasty newspaper articles, despicable diary entries and even some stomach-churning Sticky End fact files. BEWARE! You won’t find any nice, caring, boring people in here. Only awesomely evil, totally HORRIBLE ones! »

Je rempile avec un titre de Terry Deary et si vous me passez la rime I’m slightly getting weary. Attention, je ne dis pas que cette série se fatigue à la longue ou qu’elle perd en qualité, mais plutôt qu’à force de lire plusieurs titres de cette collection l’humour qui forcément ne se renouvelle pas tant que ça, formule oblige, ne m’amuse plus autant qu’au début.

Lire la suite

La Controverse de Valladolid

De Jean-Claude Carrière. Pocket, 1993. Roman historique. Très bonne lecture. [189 p.]

9782266054010Résumé : « En 1550, une question agite la chrétienté : qui sont les Indiens ? Des êtres inférieurs qu’il faut soumettre et convertir ? Ou des hommes, libres et égaux ? Un légat envoyé par le pape doit en décider. Pour l’aider, deux religieux espagnols. Ginès de Sepulveda, fin lettré, rompu à l’art de la polémique, et Bartolomé de Las Casas, prêtre ayant vécu de nombreuses années dans le Nouveau Monde. Le premier défend la guerre au nom de Dieu. Le second lutte contre l’esclavage des Indiens. Un face-à-face dramatique dont l’écho retentit encore.« 

J’ai entamé cette lecture par pure curiosité : l’amie qui me l’a recommandée l’a étudiée en 1ère, et m’a simplement dit que c’était sur un des tournants de l’Histoire, et que ça se lisait bien. J’aime bien l’Histoire mais ce n’est pas une passion non plus pour moi ; il y a tant à apprendre et à retenir que j’ai tendance à oublier des bouts par-ci et des bouts par-là qu’il faut mieux me rappeler de temps en temps ! Cependant ce livre paraissait court, le résumé pouvait tout autant vendre du barbant que de l’intéressant, alors je me suis dit pourquoi pas.

Lire la suite

Refuges

De Anne-Lise Heurtier. Casterman, 2015. Roman / société ado. Excellente lecture. [233 p.]

refugesRésumé : « Mila, une jeune italienne, revient sur l’île paradisiaque de son enfance, espérant y dissiper le mal-être qui l’assaille depuis un drame familial. Très vite, d’autres voix se mêlent à la sienne. Huit voix venues de l’autre côté de la Méditerranée qui crient leur détresse, leur rage et la force de leurs espérances.« 

J’ai lu ce roman dans le cadre d’un partenariat.

J’ai lu ce roman en deux fois, on pourrait dire en deux lampées – deux longues, lentes, prenantes bouffées d’air méditerranéen.

Quand on parle de Méditerranée on pense souvent, encouragés par les agences de voyage très certainement aussi, à ses airs de mer pépère pour qui a l’habitude de paresser sur ses plages courant juillet.

Lire la suite

Chihuahua, zébu et Cie : l’étonnante histoire des noms d’animaux

De Henriette Walter et Pierre Avenas. Robert Laffont (Points), 2007. Essai zoo-linguistique. Excellent. [315 p.]

chihuahuaRésumé : « Savez-vous que le loup a laissé sa griffe sous les termes lycée, Louvre et même lupanar ? Pourquoi le hot-dog porte-t-il un nom si étrange ? Et quels animaux se cachent derrière les mots butane et vaccin ? Quinze chapitres savants et malicieux débusquent les traces de nos animaux familiers au détour des conversations et des langues… Fourmillant d’illustrations et d’anecdotes, ce bestiaire fait escale aux portes de la mythologie et de la littérature. Un étonnant voyage dans les contrées animalières de notre langue. Amis des bêtes et amateurs de mots, ce livre est pour vous !« 

Voilà un documentaire au titre et au résumé aguicheurs de mon point de vue zoomaniaque et linguistiphile. (Non aucun de ces deux mots ne semble exister)

Lire la suite

La Dame pâle

D’Alexandre Dumas. Magnard, 2011. Nouvelle fantastique. Bonne lecture [71 p.]
Première parution en 1849.
damepaleRésumé : « Plongez dans ce conte et transportez-vous avec l’héroïne, Hedwige, dans un étrange château entre la Roumanie et la Pologne, au beau milieu des Carpates. Ici, tout est mystère et légendes, là, les morts viennent rendre visite aux vivants et parfois les hanter ou les rendre « pâles » de peur…« 
Je connais Dumas par ses récits de cape et d’épée mais je n’ai jamais trop cherché à savoir ce qu’il avait écrit d’autre. J’imaginais d’ailleurs ce titre comme un texte d’au moins 300 pages car je ne savais pas du tout qu’il avait rédigé des nouvelles.
Je n’ai pas énormément de choses à dire sur cette lecture – elle s’inscrit très étroitement dans le cadre narratif défini par la nouvelle fantastique du XIXe, avec son château isolé dans les montagnes, des personnages appartenant à la noblesse, et la figure du vampire, vue comme une menace à éliminer. Le texte est court mais plutôt efficace – les aficionados du genre risquent de ne pas avoir de très grande surprise quant au déroulement des faits, mais en même temps j’ai été convaincue par la logique choisie et explicitée par l’auteur, qui est assez concordante avec ce que l’on peut attendre de certains courants romantiques (je parle bien ici du mouvement littéraire et non pas de romance).
Un mot au sujet de l’édition : Je suis ravie de savoir ce livre au programme de collège, mais les nombreux synonymes ou définitions données en notes de bas de page ont quelque peu ralenti ma lecture (sans compter que je n’ai pas vraiment compris certaines décisions – certains mots définis n’étaient pas très archaïques ou rares tandis que d’autres l’étaient qui n’étaient pas définis). Je n’ai pas trouvé non plus de très grand intérêt au dossier post-texte, qui m’a semblé être surtout constitué de pistes de réflexion pour l’élève plus que d’informations bonus, jusqu’au groupement de textes final qui lui m’a beaucoup plu car permis de découvrir un extrait de conte d’Hoffmann et quelques extraits de poésie de la même époque / sur le même thème du vampire.
Chroniques d’ailleurs :  Lynnae
Parallectures :
In a Glass Darkly, de Sheridan le Fanu
Le Château des Carpathes, de Jules Verne

Grimoire des loups-garous

« … Suivi d’autres traités fameux de lycanthropie ».
Par Édouard Brasey. 2010. Documentaire / Contes. Très bonne lecture. [431 p.]

 

Je note qu’il est dédicacé à Claude Seignolle ; il me semblait me souvenir que ce monsieur écrit de la littérature de terroir, mais apparemment c’est aussi (surtout ?) un folkloriste et écrivain fantastique. Je dois le confondre avec quelqu’un d’autre (Christian Signol peut-être ?), ce ne serait pas la première fois !
Grimoire-des-loups-garousRésumé : « Quelles sont les origines des loups-garous ? Comment les reconnaît-on ? Est-il possible de s’en débarrasser ?
C’est à ces questions que répond cet ouvrage de référence sur toutes les représentations des loups-garous à travers la littérature, le folklore et les légendes. Ce mythe fantastique très populaire qui remonte à l’Antiquité a traversé toutes les époques, marquant le Moyen Âge et la Renaissance avec les procès en garouage, où des hommes ont été condamnés pour sorcellerie et brûlés sur le bûcher.
D’anciens traités et contes abordent les diverses croyances et superstitions, comme Légendes rustiques de George Sand ou Littérature orale de l’Auvergne de Paul Sébillot.
Ce grimoire révélera tout ce qu’il est indispensable de savoir au sujet des loups-garous et les moyens de s’en préserver.« 
Ma première impression sur ce livre c’est que c’est un bel objet : relié, illustré, avec des pages de papier épais vaguement jauni et parfois mal coupé – tout ce qu’on pourrait attendre d’un grimoire ! (Même s’il faudrait sans doute, à des fins de peaufinage, le laisser quelques années dans un grenier plein de moisissures – mais il s’agit là d’un ouvrage emprunté à la médiathèque, je ne peux donc pas me permettre de le customiser).
L’ouvrage est divisé en grandes parties, elles-mêmes segmentées en chapitres. On peut donc choisir de lire les parties folkloriques, ou littéraires, ou médicinales comme on le souhaite, surtout que le sommaire est extrêmement pointu et donne même des titres d’extraits d’œuvres présents dans lesdits chapitres, ou les sujets précis qui vont être traités à chaque fois. Un très bon point donc, également, pour l’aspect usuel de ce livre, qui a été non seulement pensé comme tel mais réalisé en ce sens. 🙂
Je tombe aussi, malheureusement, sur des blancs entre parenthèses – décidément, je ne dirais jamais assez combien je trouve de coquilles ou erreurs chez le Pré aux Clercs, malgré le fait qu’ils éditent principalement des ouvrages sur des thèmes qui m’intéressent, et souvent de très beaux bouquins ! (voir ci-dessus) 😡 Je n’aurais pas d’explication supplémentaire sur le vrykolakas grec, qui « désigne tour à tour le loup-garou et le vampire ». Dommage. (Les recherches d’encre invisible n’ont rien donné non plus). Donc voilà, je fais comme d’habitude : je m’énerve sur la page incriminée, je soupire, et je poursuis quand même ma lecture avec intérêt !
Autrement le livre dans son ensemble est bien ce que je m’attendais à trouver : composé comme un essai, ou un documentaire sur le sujet, entrecoupé d’extraits de contes ou de contes entiers, avec sources citées (auteurs, dates parfois), et venant de différentes régions, « pays » ou villes de France aussi bien que de sources étrangères.
Je retrouve en passant une référence à Collin de Plancy. 🙂 George Sand est également citée, ainsi que d’autres auteurs qui ne me sont pas forcément familiers.
La partie historique est je trouve assez affreuse (en même temps qu’intéressante), il y a tout de même un bon nombre de gens qui soit se sont fait tuer de façon horrible*, prétendument par des loups-garous, mais également un certain nombre de personnes condamnées à mort car suspectées de lycanthropie (plutôt avant le XVIIe siècle, quand même).
On a aussi droit à un sympathique et détaillé lexique des différents garous recensés, où j’ai trouvé ça : « La barguest est un garou vivant dans le nord de l’Angleterre et de la Cornouailles [sic ?], qui prend l’apparence d’un grand chien noir pour hanter les campagnes du Lancashire où on la surnomme padfoot (pas feutré). » lol. Les lecteurs VO d’Harry Potter auront maintenant un début d’explication 😉 Et je ne trouve plus le surnom traduit de Sirius Black… Patmol ? Oui, peut-être. J’avais retenu que la bargeist (autre orthographe, mais je pense même créature) était un esprit, mais vu que le texte continue en disant qu’elle ne laisse pas d’empreintes, je suppose qu’elle appartient aux deux catégories selon les légendes et témoignages. Ah et puis tant qu’on y est vous (les mêmes) serez également aussi ravis d’apprendre que « les lubins et lupins sont des loups-garous charognards qui hantent les cimetières du centre de la France. »
Je remarque que beaucoup de légendes autour du garou évoquent un animal (humain transformé) qui ne dévore pas forcément sa victime, mais se perche sur son dos afin de la faire courir (d’où « courir la galipote / la birette / le varou »), de l’épuiser, de la torturer… et aussi souvent de l’étouffer sous son poids et ses maltraitances. Bon d’accord c’est pas mieux, mais c’est différent, non ? Encore une fois je vois là un lien avec certaines histoires d’esprits mauvais, qu’ils soient fantômes ou lutins (mais pas loups-garous).
La deuxième moitié du livre n’est pas de la plume de Brasey, mais regroupe d’autres documents, médicaux et littéraires.
En bref, une très bonne référence.
* J’ai passé un été de mon adolescence avec un journal local qu’une personne me passait après lecture pour que je puisse faire les jeux à la fin. Ben franchement, les faits divers locaux, ça ramène certains romans policiers à de la littérature terriblement réaliste ! (Oui, oui… Genre l’homme de 80 ans qui tue sa femme à coups de hache. Ou la femme qui empoisonne son mari. Ou le paysan qui chope son arme et déglingue quelqu’un. De quoi douter que les grands criminels soient vraiment un danger pour la population honnête et innocente – ahem. lol)

The Night Circus

D’Erin Morgenstern. 2011. Roman merveilleux jeunesse. Coup de cœur. [490 p.]
Titre français : Le Cirque des rêves.
nightcircusRésumé :
Ceci n’est pas un livre, c’est un spectacle.
Munis de votre billet d’entrée, laissez-vous tenter par un chocolat chaud accompagné de beignets à la crème chantilly, choisissez une des nombreuses tentes rayées de noir et blanc qui vous entourent, comme autant d’îlots mystérieux au milieu d’odeurs de pop-corn et de caramel chaud, et savourez le spectacle quel qu’il soit : entrez dans l’atmosphère en deux tons du Cirque des Rêves*…
Ce livre a été une claque comme je n’en ai pas eu depuis un bail, et sur un thème qui m’a ramené presque 15 ans en arrière, à l’époque où je découvrais avec fascination les aventures d’un petit sorcier dans un monde plein de magie étrange à tous les tournants… La même année, ou la suivante, suivant toujours le filon Gallimard Folio Junior du CDI, je suis tombée sur les Mondes de Crestomanci (+ Ma soeur est une sorcière, Les Magiciens de Caprona, et heu, au moins un autre dont j’oublie toujours le titre il me semble), de Diana Wynne Jones – et même si c’était pas autant une claque j’ai également apprécié trouver, dans ces livres, une magie en même temps douce et violente, présente un peu partout, et dévoilée petit à petit. Pensez aussi Contes de Terremer d’Ursula le Guin, ou simplement la poésie subtile et détaillée de la plupart de films de Miyazaki, et vous aurez peut-être une idée pas trop fausse de l’endroit où cette histoire peut vous emmener, et de quelle manière. J’ai aussi pensé à Philip Pullman (A la croisée des mondes, Sally Lockhart) pour la manière dont la romance est amenée et utilisée à l’intérieur de l’intrigue, et aussi d’autres détails, personnages ou concepts.
Quand je lis ce genre de livre l’émerveillement est presque toujours au rendez-vous, j’aime sentir l’auteur développer son monde petit à petit devant les yeux du lecteur, m’identifier aux personnages eux-mêmes en proie à la surprise, à la joie, au doute selon les situations. Ici, c’est exactement ce qui s’est passé, selon les axes majeurs de l’histoire, ou plutôt de l’univers : plusieurs histoires, destins ou rencontres qui viennent finalement s’entremêler, comme par magie ! Deux magiciens adversaires préparant leurs pions pour une compétition mortelle ; lesdits compétiteurs, ignorant exactement ce que l’on attend d’eux ; un gamin de la campagne rêvant d’évasion – ainsi que les divers personnages peut-être pas si secondaires que ça (d’autres lecteurs n’auront probablement pas le même point de vue sur qui sont les personnages « principaux »), qui gravitent autour des premiers cités, et également autour d’eux-mêmes dans certains cas.

Lire la suite

100 animaux mythiques de l’Histoire

De Caroline Triaud. 2011. Synthèse mythologique et culturelle. Livre mal fichu.
100animauxRésumé : « Depuis la préhistoire, l’animal a toujours accompagné l’homme, et nourri les imaginaires. Cet ouvrage regroupe 100 animaux mythiques, symboles d’une période historique ou d’une région du monde. Le Minotaure, le Sphinx, mais aussi la bête du Gévaudan, le Chat Botté, Idéfix ou Sophie la Girafe… tous sont témoins des relations entre l’homme et l’animal et de l’histoire des hommes et de leur imaginaire.« 
Ce livre présente toutes sortes de bestioles (le terme « animal » me semble peu approprié lorsqu’il s’agit de créatures qui prennent des formes multiples, et hybrides). Chaque créature a une page recto-verso dédiée, ni plus ni moins.
Déjà, à ce niveau, j’ai constaté des déséquilibres : en effet certains sont mieux connues que d’autres, ont une histoire plus étoffée ou plus de légendes dans lesquelles elles apparaissent que d’autres, ce qui entraîne tantôt une impression d’étirage en longueur, tantôt une accumulation de détails compressés et non explicités. Je souhaite bon courage par exemple à ceux qui n’auraient pas lu son histoire, pour suivre l’histoire de Pégase, parce qu’elle est farcie de références à plein d’autres personnages de la Grèce mythologique, qui sont eux très peu explicités (voire pas du tout).
Une petite chose qui m’énerve un peu aussi, c’est que l’auteur aime bien préciser que certaines créatures apparaissent dans « des mangas, des films, des jeux vidéos » – qu’elle ne cite pas – mais elle arrive toujours à caser des exemples de Pokémon ! Ok, Simiabraz est peut-être inspiré de Sun Wukong, mais d’après ce que je lis un peu partout s’il fallait citer des dérivations de ce personnage et de son mythe les séries Saiyuki ou Dragonball auraient sans doute été tout aussi pertinentes, et auraient surtout permis au lecteur de se diriger vers d’autres sources d’information… (fiche d’un Pokémon = 10 lignes pour ceux qui ne verraient pas de quoi je parle !)
En fait autant lorsqu’elle parle de mythologie et de vieux textes elle a l’air de bien respecter les détails et les noms, autant les parties « culture populaire » ont l’air d’avoir été ajoutées « parce qu’il le fallait », ne sont pas toujours pertinentes, et comportent des à-peu-près : « [Fenrir] est un personnage de la saga Harry Potter, où il est figuré sous la forme d’un loup-garou des Mangemorts de Valdemort. » (sic) On ajoutera Walt Disney comme troisième référence majeure destinée au grand public qui n’aurait pas lu les textes anciens… Ou peut-être plutôt aux érudits qui ne mettraient pas le nez hors des ouvrages universitaires !
Parfois il y a également des petites problèmes dans la rédaction, par exemple plus d’une fois un nom est parachuté ; en relisant je comprends qu’il s’agit d’une personne introduite dans le paragraphe précédent – mais pas nommée. J’aurais appris, en passant, que les hiboux ont « une aigrette sur le front » (sic).
Je regrette enfin l’absence d’illu- pardon, il y a en fait de toutes petites vignettes à moitié mangées par le bord de la page, à côté de chaque titre. Autant vous dire qu’elles sont en noir et blanc, et si petites qu’on ne voit en gros rien.
Faut-il pour autant jeter ce livre aux orties ? Peut-être pas. Les mythes sont quelque chose à quoi je m’intéresse depuis très jeune, j’ai donc accumulé suffisamment de lectures pour me montrer plutôt critique sur ce point. Je ne conseille pas spécialement cet ouvrage aux gens dans la même situation, mais je pense qu’il pourrait être attrayant aux yeux d’un novice en contes et légendes, ou quelqu’un qui cherche des sources sur le sujet, car les textes sacrés ou mythiques d’où sont issus les « animaux » sont dans l’ensemble cités.

Les Cornes d’Ivoire, T.2 : Septentrion

De Lorris Murail (frère de Marie-Aude et d’Elvire). 2012. Uchronie jeunesse. Bonne lecture.
cornesdivoire2Résumé : « A seize ans, Mari, esclave blanche née sous le soleil de l’Afirik, part à la découverte du Septentrion, le continent qui a vu naître les siens. Menée par l’ingénieur Penda et le capitaine Diaker, l’expédition s’aventure dans les terres sauvages du Nord. Très vite, le rêve des explorateurs s’effondre : dévasté par la Peste, pillé par les colons afirikains, le pays franche est loin de ce que Mari avait imaginé… Et l’hiver approche…« 
Un peu déçue de ce tome 2 (attention, il y a au moins un tome 3 derrière, donc ça « rattrapera » peut-être), sans la découverte du monde comme dans le tome 1, forcément, et avec je trouve beaucoup plus de temps creux, où il ne se passe vraiment pas grand’chose, ni aventures, ni évolution des personnages. De plus, l’héroïne prend un certain nombre de décisions un peu égoïstes voire carrément irrespectueuses, et je m’y suis largement moins attachée que dans le premier tome, quand elle était une enfant plus qu’une ado – je sais que j’avais alors dit que j’aimais l’humanité des personnages, mais là je sais pas pourquoi ce n’est pas aussi bien passé. J’apprécie par contre toujours autant les personnages secondaires et la richesse de l’univers, le nôtre mais étrangement déformé sous la plume de Lorris Murail. J’ai beaucoup aimé trouver des noms de peuples comme les Franches, les Angles, les Portugues, les Itales… et tout plein d’allusions à notre propre histoire.
Une bonne lecture dans l’ensemble, même si je l’ai moins aimé que le premier tome, que j’avais trouvé vraiment excellent !
Le tome 3, Mauretania, est annoncé pour 2013.