Merde Actually

De Stephen Clarke. 2006. Roman contemporain humoristique. Lu en anglais. Pas mal.
     Titre Fr : God save les Françaises (je sais rien à voir, mais tout aussi approprié)
     Titre US : In the Merde for Love.
Deuxième opus de la série après A Year in the Merde, qui était emprunté à la BAN le jour où j’y suis passée.
merdeactuallySum up : « A year after arriving in France, Englishman Paul West is still struggling with some fundamental questions:
What is the best way to scare a gendarme? Why are there no health warnings on French nudist beaches? And is it really polite to sleep with your boss’s mistress?
Paul opens his English tea room, and mutates (temporarily) into a Parisian waiter; samples the pleasures of typically French hotel-room afternoons; and, on a return visit to the UK, sees the full horror of a British office party through Parisian eyes.
Meanwhile, he continues his search for the perfect French mademoiselle. But will Paul find l’amour éternel, or will it all end in merde? »
Résumé : « Paul West a trouvé la Française de ses rêves. Elle n’a qu’un défaut : ses parents. Et même s’il jure ses grands dieux que l’empoisonnement de sa belle-mère n’était pas prémédité, sa fiancée, depuis, ne le regarde plus tout à fait du même œil… Sinon, entre deux siestes crapuleuses, Paul West n’a pas renoncé à ouvrir son salon de thé typiquement british. Mais il prend du retard car il se débat parallèlement avec quelques questions existentielles : les bureaucrates français sont-ils tous pervers? y a-t-il une manière de cuisiner les courgettes qui les rendrait comestibles ? comment une Française peut-elle décemment préférer un french lover à un sujet de Sa Majesté? »
NB : tiens c’est marrant avec les deux résumés (VO et FR), on a à peu près toutes les « séquences » d’action.
Première chose à savoir, ce n’est pas du tout le type de livre que je lis d’habitude. L’humour, parfois ; le roman contemporain, non. Il y a eu tout un moment pas spécialement drôlesque (à moins de trouver les histoires de cul drôles en soi), où je me suis rappelée pourquoi je ne lisais pas de romans modernes : je trouve ça chiant. Mais bon, les pages sont quand même vite passées, et finalement j’ai rattrapé avec bonheur la critique franco-anglaise.

Je suis assez mitigée : j’ai apprécié la lecture en elle-même, je ne me suis pas véritablement forcée à finir le livre, même si le genre reste un frein pour moi. L’auteur a une très bonne plume, dynamique et caustique – j’ai appris un certain nombre de mots anglais qu’on n’a pas trop l’occasion de croiser, disons, dans des livres type high fantasy ou jeunesse – des mots très modernes, familiers, ou vulgaires. J’ai aussi pas mal ri à certains moments, et me suis posée beaucoup de questions sur la culture française, nos mœurs, et tout. J’espère vaguement que si un jour je traverse le Channel on ne me prendra pas pour une chaudasse juste parce que je suis française [stéréotype fréquemment abordé dans le bouquin]. En même temps peut-être que les 99% de la population féminine française que je ne connais pas correspondent à cette description ? (ou pas…) Le livre reste il me semble tout de même pas trop mal basé sur des stéréotypes, ou ne les casse pas assez à mon goût, ou alors c’est moi qui ne vit pas sur la même planète que tout le monde (encore une fois je n’en sais rien). Je me suis reconnue dans certaines critiques, j’ai aussi reconnu des stéréotypes (parfois attestés) plus parisiens que français – souvent remis dans leur contexte parisien, d’ailleurs. Le fond culturel du livre n’est pas mal présenté et développé dans l’ensemble ; la vraie difficulté c’est de reconnaître ce qui relève de l’humour caustique, et ce qui concerne vraiment une grosse part de la population, peut faire partie d’une certaine identité, etc.
Je me dis que j’ai bien envie de remettre le nez dans du Stephen Clarke, mais pas forcément de lire toutes les mésaventures de Paul West, qui, bien que sympathique, risque je pense de me fatiguer à la longue. A moins qu’il ne se mette à chasser le dragon ou découvre un monde caché 😉
Publicités

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s