Prodigieuses créatures

De Tracy Chevalier. 2010. Une très bonne lecture, grand public, plutôt axé scientifico-historique.
prodigieusesRésumé : « « La foudre m’a frappée toute ma vie. Mais une seule fois pour de vrai ». Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces « prodigieuses créatures » qui remettent en question les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d’un milieu modeste se heurte à la communauté scientifique, exclusivement composée d’hommes. Elle trouve une alliée inattendue en Elizabeth Philpot, vieille fille intelligente et acerbe qui l’accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double de rivalité, elle reste, face à l’hostilité générale, leur meilleure arme. Avec une finesse qui rappelle Jane Austen, Tracy Chevalier raconte, dans Prodigieuses Créatures, l’histoire d’une femme qui, bravant sa condition et sa classe sociale, fait l’une des plus grandes découvertes du XIXe siècle. »
Quand j’ai vu le titre, je me suis dit que ça pouvait être intéressant, ou pas. Quand j’ai lu le résumé (la fiche lecture de la médiathèque, en l’occurrence), je me suis dit que j’avais eu du flair ! Le nom de Mary Anning m’est connu depuis pas mal d’années, c’est une figure emblématique de la paléontologie car c’est une des pionnières du milieu, en plus d’être une femme (ce qui est encore aujourd’hui rare dans le domaine). De plus elle a fait plusieurs découvertes « majeures » : fossiles entiers, bien conservés, espèces non connues à l’époque mais aujourd’hui stéréotypes du grand public, etc.
Le livre est plutôt sympathique à lire, il mêle réalité et fiction, ou dérivés de réalité (dates non conformes, personnages dérivés de personnes ayant réellement existé…). J’ai bien peut de ne pas être très objective question critique, puisque je connaissais déjà l’histoire en elle-même (romance non comprise, car justement c’est un des bouts non attestés), plusieurs scientifiques cités, etc. Cependant l’auteur a un style très fluide, et je pense que ça reste accessible même pour des lecteurs non avertis paléontologiquement parlant, encore qu’un intérêt pour ce milieu reste il me semble indispensable pour suivre tout ce qui se passe et apprécier totalement le livre. Il y a aussi beaucoup d’incursions dans la vie quotidienne des femmes de l’époque, et surtout leur position dans la société.
Il me semblait que Tracy Chevalier était une auteur féministe. Apparemment pas spécialement, j’ai du confondre son nom avec un autre. Elle semble se concentrer sur des figures féminines, certes, mais surtout historiques.

 

Chroniques d’ailleurs : Des livres, des livres !
Publicités

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s