Psychose

De Robert Bloch. Éditions Gérard, 1960. Thriller. Bonne lecture. [248 p.]

Collection : Marabout géant

Titre original : Psycho, 1959.

psychoseRésumé : « Mary vient de dérober 40 000 dollars à son patron. Partie retrouver son fiancé, elle s’arrête pour la nuit dans un motel isolé. Le propriétaire, un grand garçon à l’air timide, finit, par accepter de lui donner une chambre. Épuisée par dix-huit heures de route, elle décide de s’accorder une douche bien méritée… « 

Mention spéciale à l’auteur du résumé sur Babelio – ou bien un certain éditeur, je ne sais pas, qui avant d’écrire ces quelques lignes qui correspondent effectivement au début de l’intrigue, nous spoile tout le fun du bouquin ! 😡

Entre l’adaptation du livre par Hitchcock en 1960, la réputation du bouquin comme un grand classique de policier horrifique et le fait que l’auteur ait été un ami de Lovecraft et écrive également des choses qualifiées de fantastique il y avait toutes les chances du monde pour que ce livre se retrouve un jour ou l’autre dans ma PàL.

L’intrigue s’ouvre sur deux personnages : Norman Bates, un célibataire plus tout jeune qui tient avec sa mère un motel vieillot sur une route désertée, dans lequel le lecteur devine très vite qu’il se passe des choses horribles ou au moins suspectes ; et Mary Crane, une employée de bureau très ordinaire, qui sur un coup de tête et face à une occasion en or va dérober une grosse somme d’argent appartenant à son patron, dans le but d’aider son petit ami. Bien entendu son chemin la mène vers le petit motel, et les ennuis…

J’ai trouvé le texte en même temps très classique et très efficace. Le lecteur du XXIe siècle averti reconnaît très vite la structure du roman ou film d’épouvante, les personnages qui s’isolent, les détails sordides ou dérangeants, l’atmosphère tendue, et quelques stéréotypes. On devine qui va mourir au fur et à mesure du déroulement de l’action, et si le lieu des meurtres est immédiatement dévoilé l’auteur s’amuse à nous faire douter de l’identité du tueur pendant une bonne partie du livre – en tous cas personnellement j’ai douté ! Il nous manquera aussi le mobile, ou du moins l’histoire de l’assassin, jusqu’à la fin ou presque.

Par conséquent, et malgré un style un peu vieux malgré tout, je trouve que c’est un bon livre – classé en fantastique alors que seulement l’atmosphère s’y prête, je le qualifierais plutôt de « thriller », usant un mot certes trop moderne mais qui je trouve colle un peu plus au genre, qui se situe véritablement entre le conte morbide, l’épouvante et le policier. Les deux cents et quelques pages s’avalent vite et bien, car le lecteur est nourri de pas mal de petits détails qui complètent l’histoire et son petit univers au fil du texte, et l’écriture est très fluide. Moi qui n’aime pas spécialement qu’on me raconte le quotidien j’ai cherché à comprendre, à savoir, à attendre de nouveaux évènements autour des personnages, et c’était très distrayant.

Un classique que je vous recommande et qui vous fera peut-être frissonner…

 

 

Publicités

5 réflexions au sujet de « Psychose »

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s