The Prestige

De Christopher Priest. 1995. Roman. Bonne lecture. [360 p.]
prestigeRésumé : « In 1878, two young magicians clash in the dark during the course of a fraudulent seance.
From this moment on, their lives become webs of deceit and revelation. They continually vie to outwit and expose each other. This rivalry will take them to the peaks of their careers — with terrible consequences. In the course of pursuing each other’s ruin, they will deploy all the deception the magician’s craft can command — the highest misdirection and the darkest science.
Blood will be spilled, but even this will not be enough. In the end, their legacy will pass on for generations… to descendants who must, for sanity’s sake, untangle the puzzle left to them.« 
J’ai emprunté le livre un peu sur un coup de tête, je sais qu’il existe une adaptation en film (qui m’a valu cette mâââgnifique couverture) que je n’ai pas vue, j’ai récemment lu une actualité de bloggeurs qui en parlait, et le livre était en rayon alors que je passais dans le coin, donc voilà.
Je sors de ma lecture très mitigée ! Malheureusement le livre s’est achevé sur ce qui m’a le moins plu…
Ce livre est difficilement définissable : le résumé donne une bonne image du thème général – la querelle entre les deux magiciens, dégénérant de plus en plus – mais fait abstraction de tout un tas d’autres éléments également très présents dans le livre, et que personnellement je n’attendais pas forcément. Déjà, le livre est découpé en plusieurs parties : le journal de chacun des magiciens, se passant en gros entre 1870 et 1903 ; et, en ouverture, fermeture et interlude, les questionnements des héritiers de nos jours, écrits sous forme narrative classique. On passe donc d’un style littéraire à l’autre en faisant des sauts dans le temps, plusieurs fois. D’ailleurs je n’ose imaginer le casse-tête que ça a été pour le ou les réalisateurs du film ! (Ajoutez à ça qu’un journal ça compte plein de passages où il ne se passe « rien » d’autre que la vie quotidienne).
Ensuite, le genre : on démarre un peu sur le mode « thriller » : Nick Borden pense avoir un frère jumeau sans en avoir de preuves, et est en possession du journal de son aïeul, Kate Angier cherche à comprendre cette histoire de dispute ancestrale dépassant la simple rivalité professionnelle et donc le contacte. Ensuite une très grande partie du livre est consacrée entièrement aux journaux, dont une partie parle de magie, mais les deux magiciens racontent aussi leurs déboires, leurs pensées, leur vie, quoi – même si une grande partie est en relation étroite avec leur profession, leur obsession. Enfin, et ça je ne l’avais vraiment pas vu venir, les 100 dernières pages tombent dans le fantastique (avec un élément limite SF) de manière radicale, pour finir en plus sur une fin plutôt ouverte ! Bref, en termes d’illusions les miennes ont été brisées un peu brutalement. Je ne sais pas comment j’aurais souhaité que l’histoire se termine, ou plutôt j’aurais accepté beaucoup de choses, mais là ça ne me plaît pas, j’ai trouvé ça trop abusé (sans vous spoiler plus).
Néanmoins ce livre n’est pas à jeter, loin de là : j’ai trouvé que le style était très bon – ardu (j’ai un peu galéré à le lire en anglais par moments, mais de toutes façons le style n’est pas simple et je ne suis pas sûre que j’aurais plus vite fini le livre en VF) – mais très riche en vocabulaire, avec des tournures de phrases parfois vieillottes et alambiquées – je suppose pour nous mettre dans l’ambiance, donc pas un livre que je recommanderais à n’importe qui n’importe comment, mais qui a indéniablement une richesse de style, une qualité littéraire. Il y a des passages qui m’ont bluffée ou émerveillée – comme certains numéros décrits du point de vue du public, ou le passage sur les mains de Borden.
Je parlais d’ambiance, et d' »obsession » un paragraphe plus haut, et effectivement j’ai trouvé qu’on ressentait particulièrement la tension qui habite la vie et les pensées de ces deux hommes à la fois très ordinaires, exceptionnels, et terribles ! D’ailleurs, en me concentrant sur cet aspect : le portrait de ces deux hommes, en miroir, je pourrais en relation donner un peu de sens à cette fin bizarre qui ne m’a pas convaincue (je reste cependant accablée devant tant de théâtralisme de mauvais film alors que tout le reste du texte trouvait sa force dans les détails, la psychologie des personnages, et la subtilité !).
Un jour les auteurs cesseront de me scandaliser avec leurs fins à la WTF-je-sors-mon-artillerie-lourde. Un jour.

 

Chroniques d’ailleurs : Lectures Trollesques, Naufragés Volontaires

 

Le Protectorat de l’ombrelle, T.1 : Sans-Âme

De Gail Carriger. Orbit, 2011. Fantasy urbaine / Steampunk. Excellente lecture et coup de coeur. [313 p.]
Titre original : The Parasol Protectorate, Book the First : Soulless, 2009.
sans-ameRésumé : « Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, ne lui avait pas été présenté ! Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame -t-il réellement dans la bonne société londonienne ?« 
Ce livre m’a tuée plus d’une fois, et c’est tant mieux !
D’abord par son humour sans tache, systématique, portant sur tout, d’une délicatesse frisant la provocation, la dépassant souvent, se posant là sans détours ni fanfreluches. C’est un des gros gros points du roman, surtout ne vous en laissez pas conter si d’aventure quelqu’un tente de vous faire croire le contraire ! Je ne sais pas trop pourquoi, mais elle m’a rappelé plusieurs fois Naomi Novik (série Téméraire, thématique et histoire sans aucun rapport)

Lire la suite

The Woman in White

De Wilkie Collins. 1860. Roman (~thriller psychologique). Excellente lecture.
Titre français : La Dame en blanc.
womaninwhiteRésumé : « Dans la fournaise de l’été, en ce milieu du XIXe siècle, William Hartright, jeune professeur de dessin émérite, s’apprête à quitter Londres pour enseigner l’aquarelle à deux jeunes filles de l’aristocratie, dans le Cumberland. Il laisse derrière lui la vie trépidante de la ville et ses étranges incidents, comme cette rencontre en pleine nuit avec une jeune femme terrorisée, toute de blanc vêtue, semblant fuir un invisible danger… Mais la campagne anglaise, malgré ses charmes bucoliques, n’apaise pas le jeune William autant qu’il le souhaiterait. La demeure de Limmeridge recèle en effet de bien lourds secrets, et lorsque resurgit la mystérieuse Dame en blanc, il est bien difficile d’affirmer qu’il ne s’agit pas d’un présage funeste… »
Une des forces de ce roman est son mélange des genres : il commence avec un air fantastique, dont les codes vont être repris de temps en temps par l’auteur à l’intérieur de l’intrigue, qui elle appartiendrait plutôt au genre « thriller » victorien (enquête, résolution d’un problème tordu), additionnée de romance mais aussi de développements sociaux et psychologiques. En fait d’un roman véritablement « fantastique », les aspects fantastiques ne sont là qu’en renfort du suspense qui se dégage du livre. Ce procédé sonne je trouve très juste, et est tout à fait en accord avec le cadre de l’histoire (bords de lac, vieux village…).

Lire la suite

The Literary Fantastic

De Neil Cornwell. 1990. Essai littéraire. Très bonne lecture.
litfantasticRésumé : « This wide-ranging book examines the role and development of the fantastic in literature from the rise of the Gothic in the second half of the eighteenth century, through its heyday in the horror classics of the nineteenth century – from Frankenstein to Dracula – to its appearance in postmodernist fiction of the present.« 
Cet ouvrage s’ouvre sur une très bonne introduction à la fois chronologique et analytique: où, quand et comment est « né » le fantastique, de quoi découle-t-il, quelles sont ses grandes tendances et codes principaux. On retrouve, comme dans l’ouvrage de Françoise Dupeyron-Lafay les concepts de doute, de fracture, de rationnel vs irrationnel. Cornwell va cependant plus loin, il cite des critiques et explique en quoi le genre a eu du mal à se trouver des définitions, surtout quand il était jeune. Suivent des citations d’études portant sur le fantastique, de grands noms comme Todorov (qui paraît-il a d’abord été édité en français), et aussi des noms un peu moins illustres, mais qui ont aussi tenté d’expliciter et d’unifier le genre à leur époque et à leur manière.
Ce qui m’a beaucoup changé d’autres livres que j’ai lu à ce sujet, c’est la manière d’appréhender l’élément « fantastique » : souvent on parle de thèmes (cimetières, manoirs, vampires, fantômes…) ou d’auteurs, mais ici ça va un peu plus loin, même, que les structures narratives évoquées dans l’autre livre que j’ai lu il y a peu de temps et cité ci-dessus (ce qui était déjà très bien). L’auteur parle beaucoup de l’élément de « fantasy ». Il s’agit de ce qu’on pourrait traduire par « fantaisie », « irréel » – cet élément qui permet à la fiction de devenir non-réaliste, en partie ou totalité. De là, l’étude se focalise sur le fantastique, essentiellement, mais aborde aussi la high fantasy, les contes, et mêmes le nouveau roman (en ce qu’il « brise » les règles établies du roman, donc se positionne sur un autre plan de « rationalité »). Le livre s’achève sur Rushdie, Eco et quelques autres auteurs analogues, dont la présence dans l’ouvrage est justifiée parce qu’ils détournent les buts avoués du roman pour construire une narration illusoire : elle se veut rattachée à une certaine réalité, mais sert en fait à analyser/démontrer/dénoncer autre chose. (A ce que j’ai compris 😉 )
Une approche moins commune que d’autres sur la littérature de l’irréel, qui m’a ouvert de nouvelles perspectives.

Tess of the D’Urbervilles

De Thomas Hardy. 1891. Roman. Bonne lecture.
Sous-titré : A Pure Woman
Titre français : Tess d’Urberville
tessSummary :  « Tess is Hardy’s most striking and tragic heroine and the character who meant most to him.
In a novel full of poetry and mysteriously luminous settings, he unfolds the story of his beautiful, suffering Tess with peculiar and unforgettable tenderness and intensity. As A. Alvarez comments: ‘the plangent, heartbroken note of the great poems of loss and missed chances … is already present in Tess: in the continually roused, haunting descriptions of the landscape which crystallize intermittently into visionary states of mind, and above all in the power and beauty of the heroine whom he created and then, unwillingly, destroyed.« 
Un classique dont j’entendais parler depuis un moment, mais que je n’ai jamais étudié, ni lu d’extraits. J’ai choisi le livre dans le rayonnage en sachant que c’était centré sur une héroïne de basse extraction qui se trouvait élevée socialement (pas tout à fait juste, en fait), un vieux livre, et probablement pas très drôle*. Voilà pourquoi je l’ai emmené tout seul en week-end en laissant mon Pratchett à moitié fini derrière moi ! Les presque 500 pages y étaient aussi pour quelque chose. Finalement je l’ai lu assez vite, bien plus vite que je m’y attendais.
De façon générale j’avais une assez bonne approche du livre, renforcée par l’introduction de A. Alvarez (inconnu au bataillon…). En la lisant je me suis dévoilée une bonne partie de l’histoire – c’est courant dans les introductions – ce qui m’a permis de mieux entrer dedans et me concentrer sur toutes les facettes du livre au lieu de m’accrocher bêtement au fil narratif en laissant tomber le reste, comme cela m’arrivait très fréquemment dans les lectures scolaires obligatoires.
J’ai plutôt bien aimé le personnage de Tess, même si je ne me suis pas identifié à elle tout au long du livre, et que je l’ai beaucoup plainte ! L’histoire est en effet cristallisée autour de l’héroïne, son identité et ses déboires, et consiste donc en un « véritable » roman, au sens premier, originel du terme. Inutile de dire que je vous déconseille de continuer votre lecture si déjà ce personnage vous agace ou vous est indifférent dès le début de l’histoire. Cette figure féminine, ainsi que les quelques personnages qui gravitent autour (famille, amis, amants) constituent pour ainsi dire la totalité du roman, en parallèle avec les paysages et la vie de la campagne anglaise du temps de Hardy.
Dans l’ensemble je ne me suis identifiée à aucun personnage, ni n’en ai adoré aucun – ils ont tous leurs défauts, leurs petits travers ; de plus l’environnement a un air incontestablement vieillot ; j’y ai plus porté un regard contemporain et sociologique plutôt de de me laisser prendre à son charme, sans y être non plus indifférente. D’où une note « bonne », mais sans plus.
Néanmoins je me sens obligée, à cette lecture, de considérer Hardy comme un grand écrivain, que j’adore ou non ses autres œuvres, s’il me prenait l’envie d’en lire plus. Choix du vocabulaire, du phrasé, utilisation de mots de patois local, agencement des paragraphes descriptifs / psychologiques / explicatifs / narratifs, structure générale de l’histoire : je n’ai rien à y redire. En cela ça a été une lecture plaisir : écouter, sentir la cadence du livre et de ses éléments. Je l’ai trouvé très équilibré, tendu, précis, dans l’ensemble – on se sent sur une corde raide, à l’instar de Tess, et ça c’est juste tout bonnement fabuleux ! Plus que dans l’historiette des personnages – qui est somme toute très cliché, attendue au tournant, et en rien nouvelle en tous cas de notre point de vue de lecteurs du XXIe siècle, je me suis laissé bercer par les mots, l’écriture de Hardy et sa sensibilité. (Sinon la note aurait certainement été plus basse, parce que ce n’est pas vraiment mon style d’histoire !…)
Une romance classique, une héroïne peut-être un peu trop tragique, mais un grand classique d’un auteur talentueux.
* En fait c’est carrément : sortez vos mouchoirs ! :p

 

Chroniques d’ailleurs :  Le Chat du Cheshire
Challenge : les 100 livres à avoir lu

challenge-des-100-livres-chez-bianca

Les Portes de l’interdit

De F. R. Tallis. 2012. Fantastique. Bonne lecture.
Titre original : The Forbidden
/!\ Contient des scènes et idées choquantes
portesinterditRésumé : « De retour à Paris après un séjour scientifique dans les Caraïbes, Paul Clément, médecin psychiatre à la Salpêtrière, poursuit le travail entrepris par son mentor sur le système nerveux et la réanimation. Mais bientôt, les souvenirs de son initiation aux pratiques vaudoues refont surface. De sombres créatures aux visages de gargouille hantent ses nuits… et lui confèrent un étrange pouvoir. « 
Une des particularités de ce roman est d’être extrêmement proche des contes fantastiques du XIXe siècle, en termes de structure, de personnages, de thèmes et symbolique utilisés.

Lire la suite

Les Enquêtes d’Hector Krine, T.3

De Stéphane Tamaillon. 2012. S-F / historique jeunesse. Mauvais, et ne m’a même pas divertie.
krine3Résumé : « Hector Krine après la mort de son fils peine à reprendre le fil de sa vie. Une nouvelle enquête va pourtant le mener à la poursuite de celui qui pourrait bien être Jack l’éventreur. Aidé de son ami Jekyll et en compagnie de Rudyard Kipling lui-même il suit la piste d’un savant fou, le docteur Moreau, dont les travaux monstrueux ont repris clandestinement à Londres. Un peuple entier de mutants est en train d’envahir les bas-fonds de la cité. Il faudra beaucoup d’expérience et de chance à Krine pour se sortir de cette affaire dont le dénouement lui réservera une grosse surprise*. »
Je viens aujourd’hui d’atteindre mes limites de patience et de tolérance en ce qui concerne cette série. Je m’arrête donc page 197, victime d’un agacement sans bornes – de toutes façons plus j’ai plus ou moins perdu le fil, et franchement je me contrefiche de savoir ce qui se passera plus tard dans l’histoire tant le début n’a que peu d’intérêt.
Cela fait déjà deux critiques au cours desquelles j’ai le plaisir (mauvais) de vous expliquer en quoi je trouve cet auteur mauvais. J’ai malheureusement quelques anecdotes et détails supplémentaires à y ajouter :

Lire la suite

Parmi les tombes

De Tim Powers. 2013. Fantastique. Bonne lecture.
Titre original : Hide Me Among the Graves, 2012
1306-parmi-tombesRésumé : « Londres, 1862. Une ancienne prostituée nommée Adelaïde frappe à la porte de John Crawford, dont elle a croisé la route autrefois. La fillette née de leur brève union aurait survécu mais son âme est prisonnière d’un spectre vampirique. Ce monstre assoiffé de sang n’est autre que John Polidori, jadis médecin de Lord Byron. le scandaleux poète. Le passé de Crawford et d’Adelaïde est lié au monde des ombres, faisant de leur enfant un trophée convoité par l’esprit maléfique. Déterminé à sauver sa fille, le couple maudit s’allie à la poétesse Christina Rossetti et à son frère, le peintre Dante Gabriel Rossetti, eux aussi tourmentés par Polidori depuis l’enfance. Chacun devra choisir entre la banalité d’une existence humaine et l’immortalité sacrilège… Des splendeurs de la haute société londonienne jusqu’aux bas-fonds les plus vils, des élégants salons du West End aux catacombes de Saint-Paul, Parmi les tombes nous entraîne dans un tourbillon vertigineux où l’Histoire se mêle au fantastique : un récit surnaturel moderne à la sauce victorienne. »
Un auteur dont on parle un minimum en ce moment, sur la blogosphère et dans la presse.  J’ai globalement bien aimé, mais il m’a manqué ce petit quelque chose qui fait qu’un bon livre devient une lecture passionnante.

Lire la suite

Le Scarabée

De Richard Marsh. 2006 (réédition). Fantastique. Excellente lecture.
Titre original : The Beetle, 1897.
scarabéeRésumé : « À Londres, à la fin du XIXe siècle, une créature mystérieuse venue du fond de l’Egypte antique apporte l’épouvante et la mort. Quelle horrible vengeance poursuit-elle pour assouvir sa haine meurtrière ? Paul Lessingham, jeune politicien de talent, semble bien être au coeur de l’énigme. Rattrapé brutalement par son passé, il entraîne ses proches à son insu dans un cauchemar hors du temps.
Construit en forme de roman policier avant l’heure, Le scarabée invite le lecteur à assembler les éléments d’un puzzle démentiel où s’affrontent malédiction d’un autre âge et rationalité moderne. »
« Le scarabée est l’œuvre la plus célèbre de l’auteur anglais Richard Marsh (1857-1915). Cité par Lovecraft parmi les plus grands thrillers fantastiques, ce roman connut en son temps le même remarquable succès populaire que Dracula de Bram Stoker, paru lui aussi en 1897. »
Je découvre avec ce livre un auteur dont je n’avais pas encore entendu parler (ou je ne m’en souviens plus), et que pourtant j’aurais apparemment eu maintes occasions de croiser, que ce soit au cours de mes lectures ou de mes recherches ! Je l’ai d’ores et déjà classé dans ma liste de « Wanted » : les auteurs durs à trouver (dans les bibliothèques de France*…) mais néanmoins super intéressants d’un point de vue stylistique et historique.

Lire la suite

Le Magicien des morts

De F.E. Higgins. 2008. Roman jeunesse à tendance fantastique. Bonne lecture.
Titre original : The Bone Magician.
Autres livres tournant autour du même univers : Le Livre noir des secrets ; un autre publié après (?)
magicienmortsRésumé : « Pin Carpue découvrira-t-il la vérité sur la disparition de son père, accusé de meurtre ? Percera-t-il le secret de Bénédict Pantagus, l’homme qui fait parler les morts Et reverra-t-il bientôt Juno, cette mystérieuse jeune fille dont les parfums ensorcellent. Pour Pin, le temps presse. Car, sur les bords du Foedus qui traverse cette ville de cauchemar, rôde le tueur à la pomme d’argent, en quête de nouvelles victimes. Et s’il croisait le chemin de Pin Et si ce tueur était son père ? »

Lire la suite