L’Enfant des cimetières

De Sire Cédric. Le Pré au Clercs, 2009. Thriller gothique. Bof. [525 p.]

Enfant_des_cimetieres_Ed_FLRésumé : « Lorsque sa collègue Aurore l’appelle en pleine nuit pour couvrir avec elle un meurtre atroce, David, photographe de presse, se rend sur les lieux du drame. Un fossoyeur pris d’une folie hallucinatoire vient de massacrer sa femme et ses enfants avec un fusil à pompe, avant de se donner la mort. 
Le lendemain, un adolescent, se croyant poursuivi par des ombres, menace de son arme les patients d’un hôpital et tue Kristel, la compagne de David. Mais qui est à l’origine de cette épidémie meurtrière? 
Est-ce un homme ou un démon? Le journaliste, qui n’a plus rien à perdre, va se lancer à la poursuite de Nathaniel, l’enfant des cimetières, jusqu’aux confins de l’inimaginable… « 

Quand j’ai vu ce livre je ne sais plus où en occasion j’ai sauté dessus : chouette, du Sire Cédric, auteur largement vanté parmi les fans de thrillers, et chouette un résumé qui en promet !

Lire la suite

Publicités

La Manade du centaure

De Louise Perrot. Flammarion, 1999. Jeunesse fantastique. Moyen. [182 p.]

Collection : Castor Poche

manadecentaureRésumé : « Dans le train qui l’emporte vers la Camargue et vers Laurence, Antoine trouve un bien étrange grimoire, clé de cette région fière et sauvage qu’il va découvrir. Pourquoi le baye-gardian de la manade porte-t-il le même nom que son cheval  ? Quel secret cachent les ruines interdites, et pourquoi attirent-elles irrésistiblement un jeune cavalier qui porte, lui aussi, le même nom que son cheval  ?« 

J’ai pioché ce titre dans la boite à livres de la Vieille Ville, où j’ai déjà déniché Psychose et un ou deux autres titres prometteurs. Un petit jeunesse avec de la mythologie dedans, pas trop de risques, non ? En fait j’ai été assez déçue globalement.

Lire la suite

The Walking Dead – L’Ascension du Gouverneur

De Robert Kirkman et Joe Bonansinga. Le Livre de Poche, 2012. Roman post-apocalyptique / horreur. Bonne lecture. [350 p.]
Titre original : The Walking Dead – Rise of the Governor, 2011
ascensionRésumé : « Dans le monde de The Walking Dead, envahi par les morts-vivants où quelques-uns tentent de survivre, il n’y a pas plus redoutable que le Gouverneur. Ce tyran sanguinaire qui dirige la ville retranchée de Woodbury a son propre sens de la justice, qu’il organise des combats de prisonniers contre des zombies dans une arène pour divertir les habitants, ou qu’il tronçonne les extrémités de ceux qui le contrarient. Mais pourquoi est-il si méchant ? Dans L’Ascension du Gouverneur, le lecteur découvre pour la première fois comment et pourquoi Philip Blake est ce qu’il est, ce qui l’a conduit à devenir… le Gouverneur.« 
Je me rends compte que je mets « bonne lecture » à des œuvres qui m’affectent de manière très diverse, du divertissement agréable et bien tourné à des choses qui auraient pu être excellentes mais qui souffrent de trop nombreux défauts. Celle-ci appartient plutôt à la première catégorie : je n’ai pas réussi à passer de moments euphoriques sur ma lecture, mais je la trouve très équilibrée et assez cohérente de façon interne.
Mon attrait pour The Walking Dead, très bonne voire excellente (avis de non-spécialiste du genre, je précise :p) série sur le thème de l’invasion zombie menant à l’écroulement de la civilisation (américaine, précisons encore !), est quelque peu atténué par la dureté du thème, la violence et la perversité qui se dégage de l’univers créé. Je suis consciente d’une certaine justesse dans le choix du point de vue, des réactions des personnages et des intrigues menées, mais cela ne me rend pas la lecture plus agréable pour autant. (Bien sûr, vous tombez toujours sur les planches ou passages les plus rudes ou trash juste avant de manger.) Néanmoins j’aime bien le concept général, j’arrive à m’attacher à un certain nombre de personnages, et je suis assez curieuse de connaître la fin de la série. Je surmonte donc mon dégoût passager et/ou l’ambiance malsaine, et je continue.
Ce roman, co-écrit par les deux auteurs du comics, reprend sans surprise le ton et le genre d’idées développées dans l’autre support (au cas où vous auriez des doutes :p). En fait je m’attendais à avoir un « manque » d’images au début de ma lecture, et il n’en a rien été : les auteurs ont parfaitement réussi à nous replonger dans l’univers en deux pages – au milieu d’une action, tant qu’à faire, de sorte que je n’ai pas eu du tout l’impression d’être dépaysée. La psychologie des différents personnages est toujours autant développée (sauf les quelques-uns qui vont mourir vite :p)
J’ai aussi remarqué que, bien que cette histoire se déroule en parallèle et aussi avant la série principale, elle n’en dévoile rien, sinon l’existence et les habitudes des morts-vivants. Autrement dit, vous pouvez la lire avant, après, ou en même temps que les comics (ou que la série TV – je n’ai aucune idée quant à savoir s’ils en ont intégré des bouts ou pas). J’étais assez curieuse de connaître le passé du Gouverneur, personnage phare de quelques chapitres de la série – et cette préquelle a en même temps répondu à mes interrogations et en a créé d’autres. En effet on suit la chute psychologique d’un personnage SPOILER , pour se rendre compte au bout que ce n’est pas lui le Gouverneur, ce que j’ai trouvé à la fois génial et extrêmement frustrantSECOND SPOILER le retournement de situation final ne me semble juste pas crédible. Le coup de reprendre la psyché entière de quelqu’un… heu, en plus de la part d’un perso qui semble n’avoir rien suivi ou presque ? Non. Pas comme ça, pas aussi facilement (ou alors c’est moi qui ai raté quelque chose ?). En fait si jamais il y a un autre bouquin derrière ils arriveront peut-être à l’expliquer, mais pour moi là c’est le « Retournement de situation gratuit » type « haha, ami lecteur, on t’a bien eu ». En tous cas ce point m’a paru très superficiel par rapport au « sérieux » qui se dégage de toute la série. Cependant, cela pourrait expliquer une différence entre les deux personnages : Philip, bien qu’ayant dépassé les limites de l’humainement acceptable, cherche toujours malgré tout à protéger ou à venger ses amis et sa famille ; le Gouverneur lui paraît simplement sadique de manière universelle.
Je ne vois pas trop quoi vous dire de plus – le genre contient pas mal de codes convenus, d’où plein d’évènements dont on attend très vite la venue tout en étant certains qu’ils vont se produire – je vous laisse donc découvrir les premières pages par vous-mêmes (si vous souhaitez lire le roman) puisque c’est à peu près le seul moment du livre où vous aurez quelques vraies surprises. 😉 Néanmoins l’atmosphère glauque et oppressante est toujours bien présente, et les auteurs nous offrent une nouvelle brochette de personnages intéressants et variés.

 

Ce livre m’a été prêté, ce qui est suffisamment rare pour que je le note ! 🙂 Non pas que je déteste emprunter des livres, c’est juste que j’ai une médiathèque municipale à ma disposition et je n’en n’a lu que 2,51 % approximativement, donc je n’ai pas l’habitude ni le besoin compulsif de courir après les gens pour leur kidnapper leurs possessions*. J’ai prêté un ouvrage qui parlait déjà de zombies à quelqu’un de passage à la maison** ; s’est ensuivi un échange de bouquins en rapport avec le genre de manière très large (les deux autres sont de la S-F, mais peut-être pas sur le thème des zombies).
* mais je ne vais pas  refuser non plus quand on me propose, hein.
** dit comme ça on a l’impression que c’était un plombier*** ou un vendeur d’assurances, mais en fait il s’agissait d’un ami de mon homme. (C’est bien aussi de savoir que vous avez une chance de récupérer vos prêts / de rendre les emprunts)
*** ceci dit si un jour je  deviens pote avec un plombier électricien témoin de Jéhovah représentant Coca-Cola**** (fi des stéréotypes !) je ne serais pas contre lui prêter des bouquins non plus.
**** cet exemple fortuit n’a strictement rien à voir avec certaines affiliations familiales.

 

Chroniques d’ailleurs :  La biblio de Gaby, Inspirer et partager