L’Apothicaire

De Henri Lœvenbruck. 2011. Roman d’aventures historico-ésotérique. Excellente lecture. [600 p.]
apothicaireRésumé : « « Il vécut à Paris en l’an 1313 un homme qui allait du nom d’Andreas Saint-Loup, mais que d’aucuns appelaient l’Apothicaire, car il était le plus illustre et le plus mystérieux des préparateurs de potions, onguents, drogues et remèdes… »
Un matin de janvier, cet homme découvre dans sa boutique une pièce qu’il avait oubliée… Il comprend alors que jadis vivait ici une personne qui a soudainement disparu de toutes les mémoires. L’Apothicaire, poursuivi par d’obscurs ennemis, accusé d’hérésie par le roi Philippe le Bel et l’Inquisiteur de France, décide de partir jusqu’au mont Sinaï. Entre conte philosophique et suspense ésotérique, L’Apothicaire est une plongée vertigineuse dans les mystères du Moyen Age et les tréfonds de l’âme humaine.« 
Ce livre m’a très fortement fait penser à l’Alchimiste de Coelho, même si cette lecture remonte à plus de 10 ans, et que les deux ouvrages restent très différents par bien des aspects ! Pourtant j’y ai retrouvé un profond humanisme, des questionnements et réflexions sur le sacré de manière générale, le sens de la vie, le respect de soi-même et des autres. C’est d’ailleurs vaguement prématuré car le roman se situe en 1300 et des bananes, autrement dit bien avant le courant humaniste et la Renaissance ; mais j’imagine sans peine que, quelque soit l’époque, il y eut toujours des personnes en désaccord avec le mode de pensée du présent, alors pourquoi pas ?

Lire la suite

Publicités

Le Trésor du Temple

D’Éliette Abécassis. 2001. Roman théologique. Encore un raté. Il était pourtant rangé dans « thriller/policier »…
trésortempleRésumé : « Avril 2000, désert de Judée. Un archéologue sacrifié sur un autel, près des grottes de Qumrân. Les services secrets israéliens en état d’alerte. Ary, le héros de Qumrân, est à nouveau plongé au cœur d’une des plus extraordinaires énigmes de l’Histoire, qui unit, au fil des siècles, les Esséniens, les Templiers et la secte des Assassins. Et, remontant du fond des âges, le mystère du trésor du Temple. Un thriller messianique où Eliette Abécassis, renouant avec l’univers romanesque qui a fait le succès international de Qumrân, allie avec virtuosité l’érudition historique et théologique au roman d’aventures. »
Alors, oui, le résumé présage un thriller, ou au moins un roman à mystère, mais en fait ceci n’est que 15% de l’histoire tout au plus. Les énigmes sont assez peu soutenus par du suspense, et en fait 80% du livre concerne Israël, son histoire (surtout religieuse), la secte des Esséniens, les manuscrits de Qumran et la signification des lettres hébraïques. Ajoutez à cela les Templiers modernes et anciens, version hardcore (les gens qui font des cérémonies en habit d’époque et grosse épée, les complots sournoisement ourdis il y a des siècles, le lien avec les Assassins) – cette partie-là m’a parue nettement moins subtile que la partie hébraïque, je dois le dire ! – en bref, pour ce que j’en sais, peut-être un bon bouquin sur la Kabbale et ses dérivés, mais certainement pas un thriller. Du coup je me suis encore une fois pas mal ennuyée, pas parce que c’est mauvais en soi, mais parce que ça ne me correspond pas ! Encore que ce ne soit pas un documentaire non plus, et que je n’ai pas réussi à accrocher les thèmes, ce qui aurait pourtant pu se passer…
Note : il faut quand même mieux s’intéresser aux mystères religieux et symboliques, sinon c’est vraiment imbuvable. Y’en a juste partout, partout.
NB : Après avoir lu les critiques des lecteurs sur Fnac.com, il semblerait que oui, d’habitude cette auteur fait des thrillers – et là bah elle a juste un peu changé de style, partant plus dans la description, et laissant de côté le suspense… Le souci c’est que c’est la suite d’un livre qui est apparemment un « vrai » thriller – bref je plains les bibliothécaires, et je comprends mieux pourquoi ce livre était rangé dans la section polars.