La Chambre des curiosités

De Preston & Child. J’ai lu, 2003. Thriller. Très bonne lecture. [700 p.]

Titre original : The Cabinet of Curiosities, 2002.

la_chambre_des_curiositesRésumé : « Manhattan. Les ouvriers d’un chantier de démolition s’affairent parmi les gravats, lorsque le bulldozer se fige soudainement devant l’horreur du spectacle qui apparaît ; des ossements humains. L’enquête menée par Pendergast, du FBI, l’archéologue Nora Kelly et le journaliste William Smithback établit qu’il s’agit des restes de trente-six adolescents, victimes d’un tueur en série, le Dr Leng, ayant sévi à New York vers 1880. Les jours suivants, plusieurs meurtres sont commis selon le mode opératoire de Leng. Se peut-il que ce dingue soit toujours vivant ? Ou aurait-il fait des émules ?« 

Quelqu’un, je ne sais plus qui, m’a convaincu sur un blog ou l’autre que cette série valait vraiment le coup d’être testée pour n’importe quel lecteur un tant soit peu friand de polars.

C’est désormais à mon tour de relayer le message : si le reste de leurs œuvres sont de cet acabit, vous pouvez foncer sans hésitation !

Lire la suite

Publicités

Coup de tabac

De (Sir) Terry Pratchett. 2012. Fantasy humoristique. Coup de cœur, relecture, Pratchett, toussa toussa. Excellent roman dans son ensemble.
Titre original : Snuff, 2011. Traduit de l’anglais par le non moins bon Patrick Couton.
coupdetabacRésumé : « Blousé, Vimaire. Dame Sybil, son épouse aimante, lui impose quinze jours de congés à la campagne dans le manoir familial. La vie de hobereau, rien de folichon pour le commissaire divisionnaire du Guet d’Ankh-Morpork, non plus que la déférence servile qu’on lui témoigne, à lui qui tient pour article de foi que les hommes sont tous les mêmes le pantalon baissé. La tradition le veut, le flic en vacances n’a pas ouvert sa valise que le premier cadavre lui saute à la figure. Mais ce n’est pas un meurtre ordinaire qui attend Vimaire, c’est un crime contre l’existence et la dignité d’une espèce entière. Qu’importe s’il est hors de sa juridiction, si les repères lui manquent dans le monde rural et si l’on s’acharne à le mener en bateau, la justice doit passer. »
Que dire, que dire ? Ce 34e tome des Annales du Disque-Monde, je l’attendais comme à peu près les 5 ou 10 autres avant, je ne me souviens plus exactement du moment où j’ai rattrapé l’édition de la série. Je l’avais déjà lu en anglais avant, il y a un peu plus d’un an, puisque la bibliothèque américaine de Nancy a toute la collection ou presque (toutes les Annales en tous cas, j’en suis presque sûre). Comme d’habitude j’aime les relire en français, pour profiter de la merveilleuse traduction de M. Couton, qui me permet de me plonger une deuxième nouvelle fois dans l’histoire, grâce à des jeux de mots légèrement différents que je découvre à chaque fois avec bonheur.
Ce tome, à l’image de Jeu de Nains qui en est la préquelle directe, continue à faire évoluer non seulement le désormais commissaire Vimaire mais également son environnement vers des sujets toujours plus sombres, plus graves, plus sérieux – dans ce paradoxe littéraire qu’est souvent un ouvrage de Pratchett, mêlant humour parfois potache, politique, intrigues, et sujets de société.
Dans l’ensemble si vous ne voyez pas de quoi je parle, je vous conseille fortement de commencer à lire Pratchett en ouvrant ses premiers livres, ou au moins le premier de la « saga du Guet », qui est le Guet des orfèvres, ou Au guet !, je ne m’en souviens jamais, et de lire ses ouvrages dans l’ordre, car les personnages et leur environnement ont tendance à évoluer (Au moins les sorcières, le Guet, Tiphaine Patraque / les Nac Mac Feegle [« romans jeunes adultes » ci-dessous], la Mort – la série mettant en scène Rincevent est je trouve la moins aboutie, et de loin, et donc plus facile à lire dans le désordre).

french-discworld-reading-order-guide-1-5

Note : le tag « Jane Austen n’est pas une erreur ! Mais ce livre n’est pas à proprement parler austenien non plus :p

Jake Djones, Gardien du temps, T.1

Intitulé : Mission Venise. De Damian Dibben. Fantasy-S-F-aventure jeunesse. Pas mal, mais manque d’originalité.
VO : The History Keepers : The Storm Begins.
damiandibbenRésumé : « Tandis qu’il rentre du collège en un jour londonien pluvieux, Jake Djones, 14 ans, est enlevé par des ravisseurs peu communs. Ils prétendent agir pour sa propre sécurité et l’emmènent au quartier général de leur organisation, en Normandie au XIXe siècle! Ils connaissent bien les parents de Jake, et veulent comme lui les retrouver. Mais ça ne va pas être facile : ces derniers sont perdus… quelque part dans le passé.
Aux côtés d’agents truculents, embarquez pour un périple qui vous mènera aux quatre coins du monde et du temps, jusqu’à Venise, en plein cœur de la Renaissance. Espionnage et humour pour le premier tome des aventures de Jake Djones. »
Si vous souhaitez une lecture facile et pas ennuyeuse, c’est pas mal. Le style n’est pas mauvais, un minimum humoristique, le scénario n’a pas vraiment de temps morts, comme dans beaucoup d’aventures jeunesse. Il y a aussi quelques personnages assez drôles, ou qui se démarquent un peu de leurs congénères.
Par contre je déplore beaucoup de stéréotypes, d’abord pour le thème, qui a déjà été sur-utilisé, y compris dans les séries jeunesse (Tom Cox me vient en tête, ainsi que la série de Dale Peck avec l’Océan du Temps (bien meilleure à mon avis), mais il y en a d’autres, dont plusieurs que je n’ai pas pris la peine de lire) ; les personnages ensuite dont une bonne moitié ne sont que des fantoches, certes sympathiques mais pas vraiment creusés ! Enfin ce n’est qu’un détail mais pourquoi le méchant a-t-il encore un nom qui commence par un Z ?? ça devient lassant. (Trop lu de Spirou entre autres ? peut-être 😉 ). On passera aussi très vite sur les pièges et embuscades qui sont présentés vite fait, et exécutés de même.
En conclusion je conseille à tout le monde, mais surtout en lecture « détente ».