Bonne résolution du jour

Aujourd’hui est le jour-ultime d’emprunt, prolongation comprise, de Dorian Gray. Deux mois que je l’ai arraché à la médiathèque, deux bonnes semaines que je l’ai commencé, lu page par page (quasiment, par moments !!), principalement dans le bus, moins à la maison où m’attendent Internet (Facebook-la blogosphère-les liens rigolos-les news-les liens avec des zanimaux tout mignons), Diablo III et Diablo II.
(Même si souvent je me jette surtout sur le frigo parce que je rentre rarement avant 13h et que, en commençant tôt le matin, j’ai LA DALLE avant toute autre envie.)
En plus, donc disais-je (pas encore, mais ça allait venir), c’est un livre du challenge des 100 livres à avoir lus lancé par Bianca ; et j’ai de toutes façons envie de lire ce livre depuis un bail, c’est juste qu’en ce moment j’ai plutôt envie de lectures légères et faciles, et même si j’aime beaucoup Wilde, lire un livre du XIXe en anglais c’est un peu plus fatigant que de dévorer un mauvais* polar moderne (ou même un bon).
* Enfin p’têt’ pas non plus un mauvais mauvais, mais un juste assez cliché pour suivre l’histoire d’un œil et pas réveillée.
Je vais donc de ce pas m’exiler à la médiathèque et achever les 80 dernières pages.

lirelibre

Oui, je sais, vous rigolez déjà en vous disant que ce post sera suivi d’un article désolé sur l’amplification soudaine du volume de ma PàL, assorti d’émerveillement quant à la qualité esthétique et les promesses des nouveaux venus. Je vais tâcher d’éviter.
Ou pas plus de deux. Ou uniquement des faciles à lire.
(Comment ça j’ai aucune volonté ? Mais il ne s’agit aucunement de volonté, c’est le destin qui place les titres sur mon chemin)
Ou les bibliothécaires.
J’ai aussi l’option de contournement du problème qui consiste à emmener un deuxième livre à lire pour faire d’autant plus baisser la vieille PàL. 😀
Bref, si vous ne voyez pas de critique sur Dorian Gray dans les deux jours, c’est que ma manœuvre hyper-stratégique aura échoué >>.

Publicités

Les Francs-maçons : une société secrète

De Marco Carini. 2013. Documentaire. Très bonne lecture.
fmsociétéRésumé : « Tout au long de son histoire, la franc-maçonnerie a suscité les interrogations et alimenté les fantasmes les plus divers. Du secret maçonnique aux multiples théories du grand complot, les idées reçues sur cette société secrète sont innombrables. Qui sont les Francs-maçons et d’où viennent-ils ? Ont-ils de l’influence et quelles relations entretiennent-ils avec l’Etat et avec l’Eglise ? Quelles personnalités célèbres sont ou ont été membres des loges maçonniques ? Les Francs-maçons, une société secrète retrace l’histoire de cette confrérie, de ses origines à nos jours, étudie ses symboles et ses rituels mystérieux, et apporte un éclairage sur ses objectifs, ses structures, ses modes de fonctionnement et ses obédiences. En levant le voile sur ce qui constitue les fondements de cette organisation, implantée dans le monde entier, cet ouvrage dresse le portrait d’un monde fascinant. »
Entre la série de Giacometti & Ravenne et quelques autres ouvrages, pas mal de livres traitant du sujet de près ou de loin me sont passés dans les mains ces quelques derniers mois. C’est donc plus ou moins naturellement que j’ai emprunté ce beau livre qui était exposé dans le présentoir « nouveautés » de la médiathèque. Il fait moins de 100 pages, est illustré, et aborde le sujet de manière à la fois synthétique et anecdotique, ce qui en fait une lecture que je conseille. J’ai aussi bien aimé le ton relativement neutre et les différents points de vue abordés. En bref, un bon documentaire à la hauteur de mes espérances vu son format.
NB : Je classe cet ouvrage dans « sujet sensibles », car ce peut en être un pour certaines personnes. Pour ma part, je suis simplement une petite curieuse qui aime lire et me documenter sur plein de sujets, sans pour autant prendre position de manière systématique. 😉