Techno Faerie

De Sara Doke. Les Moutons électriques, 2016. Recueil de textes + encyclopédie. Excellente lecture. [346 p.]

Illustration de couverture de Melchior Ascaride.

technofaerieRésumé : « Les fées existent, bien sûr, et elles sont de retour ! Les fées ont cessé de se cacher des hommes : elles sont revenues et bon an mal an l’univers de la Faerie s’est intégré à la société technologique. Depuis les premiers contacts d’enfants-fae avec la civilisation de l’automobile jusqu’aux premiers voyages spatiaux, ce livre conte l’histoire d’une évolution différente de notre monde. L’auteur, Sara Doke, vit à Bruxelles et est traductrice. La poésie puissante de son inspiration, l’originalité de sa vision d’un monde soudain enrichi des faes, sont saisissantes. Avec des documents, des fiches couleur sur les 88 principales faes et de nombreuses illustrations, par Bigot, Booth, Calvo, Cardinet, Caza, Ellyum, Fructus, Gestin, Jozelon, Larme, Malvesin, Mandy, Muylle, Nuncq, Tag, Verbooren, Zandr et Zariel.« 

Lu dans le cadre d’un partenariat

Je suis largement sortie des sentiers battus au cours de cette lecture, ai parcouru le livre un peu dans tous les sens – revenant en arrière, goûtant une citation ici, une phrase là avant de reprendre ma lecture, l’entrecoupant de coups d’œil vers l’encyclopédie en piochant des pages au hasard. Je me suis aussi assez éloignée de ce que j’ai l’habitude de lire sur les Fées/Faes, les (Daoine) Sidhe, le Peuple ou quelque soit l’appellation qu’on utilise pour les nommer, et c’était formidable.

Lire la suite

Publicités

Langues et lecture

Il va falloir, je le sens, que je vous explique une petite chose à propos de mon rapport à la lecture. En tous cas j’en ai bien envie. 🙂
Du fait de mon environnement familial et social, j’ai commencé par lire en français, et continué sur cette lancée pendant un sacré nombre d’années. Au fil des mes lectures, avant même de commencer l’enseignement des langues vivantes à l’école, j’ai commencé à repérer des choses, ici et là, qui titillaient mon cerveau et commençaient à construire des petites catégories chacune dans leur coin, et pourtant tous reliés quelque part : parfois, dans les livres, se glissent des mots voyageurs, des mots venus d’ailleurs, d’autres temps ou d’autres lieux. Je me suis mise à les « collectionner », et je suis à ce jour toujours ravie d’en trouver dans n’importe quel texte (surtout lorsqu’une traduction ou explication me permet d’en saisir le sens). Je ne les retiens pas tous, naturellement, mais j’ai comme une constellation de termes trouvés ici et là que je peux parfois reconnaître, sans parler aucune de ces langues. ^^

Lire la suite

Une planète dans la tête

De Sally Gardner. 2013. Science-fiction (dystopie) jeunesse. Excellente lecture. [254 p.]
Titre original : Maggot Moon, 2011.
Une planète dans la tête de Sally GardnerRésumé : « Depuis que ses parents ont dû fuir la répression d’un gouvernement brutal, Standish vit avec son grand-père dans la « zone 7 », celle des impurs, privés de tout, surveillés en permanence… Dyslexique, il subit à l’école brimades et humiliations jusqu’au jour où il se lit d’amitié avec son nouveau voisin, Hector. Ensemble, ils rêvent de s’évader sur Juniper, la planète qu’ils ont inventée. Mais Hector et ses parents disparaissent sans laisser de trace… Ont-ils été supprimés ?« 
« Un livre coup de poing » promettait la 4e de couverture – et, une fois n’est pas coutume, je suis d’accord avec cette affirmation. Je ne pense pas qu’on puisse rester indifférent à ce livre, ni en ressortir indemne.
Je repensais à 1984, puis aux « nouvelles dystopies » comme Hunger Games, et je me disais que la focalisation n’est en fait pas du tout la même, et que c’est peut-être bien un des éléments qui font toute la différence, qui font qu’il y a malgré tout deux lectorats, même si le mot « dystopie » est également utilisé pour les… néo-dystopies (allez hop ! adopté 🙂 ). Je n’ai pas tourné la dernière page triste d’abandonner le héros, je n’ai pas été impatiente de connaître la suite au fil du livre – ou en tous cas pas la même impatience qu’en lisant les aventures de Katniss. Ce livre me laisse un sentiment d’horreur, une sensation d’angoisse, et absolument aucun frisson de plaisir même coupable. Bienvenue dans un monde qui ne marche pas (dys-topie), qui écrase les gens, qui leur rend la vie dure et n’est en rien sauvé par des éléments narratifs « mignons ». Pas de petite sœur adorable à protéger, pas d’amourettes qui font battre nos petits cœurs d’artichauts, pas même d’espoir clairement affiché – ou si peu (j’ai pourtant aimé Hunger Games, mais les deux romans n’ont juste rien à voir) ! Inutile de préciser que la fin sera très loin d’être hollywoodienne, on s’en doute assez vite. Et pourtant, c’est bien du « jeunesse/ado », dans la forme et les codes ;).

Lire la suite

Projets autour du blog (2)

Bonjour tout le monde,

pelleteuse

 

Vous avez peut-être remarqué que j’avais ajouté une page recensant mes (mon seul et unique pour le moment) challenges en cours.
Je compte également ajouter une rubrique pour les partenariats et LC (un de chaque à rétro-publier pour le moment), mais je n’ai pas encore décidé comment je les organisais. C’est quelque chose qui me tient à cœur : des gens me donnent de leur temps ou même plus, je souhaite les remercier en les rendant un minimum visibles sur le blog, au lieu de les laisser s’enterrer dans les archives générales avec les autres billets. 😮
Dans un autre domaine j’ai toujours aussi en tête une vague idée de rubrique « lexicale », où je regrouperais des mots que je ne connais pas, ou mal, ou que je trouve rigolos ou intéressants, rencontrés lors de mes lectures.
Je voudrais aussi me débarrasser des pages « Sentiers sans issue », si vous avez remarqué c’est en fait la poubelle du blog ! >< – donc supprimer définitivement le début de blog anglais, ou au moins le lien (sait-on jamais, que je me trouve un binôme anglophone…), et faire des « u-chroniques » de vraies chroniques (quand c’est possible), à caser dans les « ratés ».
J’ai enfin la vague impression que ma classification pourrait être améliorée (« Embranchements » (avec globalement les « grands genres ») et « Variations et compagnons » (avec le reste, les classements qui me sont plus propres)). Je ne veux pas forcément m’aligner sur tout le monde, juste que ça puisse sembler logique et qu’on s’y retrouve. Hm – en regardant à nouveau je pense qu’il faudrait que je remonte « Humour », « Bulles » et « Docu/essais » avec les autres.
Si vous avez des remarques ou suggestions, je suis preneuse. 🙂

 

Ah, et puis un jour il faudrait que je trouve une photo ou image d’un panneau indicateur (en bois, j’insiste 😉 ), que je customiserais pour l’adapter au contexte, à mettre sur la bannière-qui-n’en-n’-est-pas-vraiment-une.

 

Je bosse d’après-midi cette semaine (13h-19h), je ne sais pas si je consacrerais beaucoup de temps au blog hors chroniques de lectures. C’est juste un bilan des principales choses que j’ai en tête.