Liberté surveillée

De Oisín McGann. 2006. S-F anticipation jeunesse. Lecture très sympa.
Titre original : Small Minded Giants
libertesurveilleeRésumé : « XXIIIe siècle, la Terre est recouverte par les glaces. Quelque part dans le Pacifique Sud, un vaste dôme abrite la ville de Ash-Harbour. La Machine, gigantesque construction de fer et d’acier, y fournit aux hommes la chaleur vitale. A 16 ans, Sal a toujours entendu dire que les Horlogers, impitoyables gardiens de la Machine, n’existaient pas. Jusqu’au jour où sa vie de lycéen tranquille bascule : son père, accusé de meurtre, disparaît. Traqué, l’adolescent part à sa recherche dans les dédales de la cité. Une quête qui le conduit aux portes de la Machine où il découvre enfin la vérité. Mais à quel prix ? »
Une très bonne lecture S-F, plutôt complexe et bien rôdé pour un livre catégorie « jeunesse ». Les personnages sont tous plutôt bien développés (psychologie, caractère, place dans l’histoire), les intrigues et histoires entremêlées avec habileté, le ton juste. J’aurais juste voulu avoir quelques explications de plus sur l’univers, mais celles qui étaient données m’ont tout de même suffi à suivre l’histoire jusqu’au bout.

Invisible

De Fabrice Colin. 2009. Science-fiction (anticipation) jeunesse. Je n’ai pas encore lu grand-chose (en S-F) sur les nanotechnologies, et ce livre m’a plutôt bien plu.
invisibleRésumé :  » Rio de Janeiro, horizon 2020. Tiago a quinze ans ; il vit dans les bidonvilles misérables qui surplombent la ville. Au cours d’une attaque de fourgon blindé commanditée par son gang, lui et son ami Douglas entrent en possession d’un tube mystérieux appartenant à l’armée. Ce qu’ils ignorent — comment le sauraient-ils ? — , c’est que cette éprouvette contient des milliards de nanorobots : des machines infiniment petites, capables de se multiplier, de s’infiltrer dans n’importe quel organisme et de le transformer à leur guise. A l’instant où le tube se casse, il est déjà trop tard : comment se défendre contre une menace invisible ? »
Par quoi commencer ? Jeunesse, oui, mais du genre qui peut plaire à tous. Sujet pas vraiment enfantin, personnages ados / adultes, ton sérieux, style sobre. Fabrice Colin* a une écriture très agréable, vive mais organisée, structurée, et sait varier ses sujets avec – de ce que j’ai lu – toujours une bonne maîtrise de sa plume.
Sur le même sujet, cf. La proie, de Michael Crichton.
* Du même auteur, j’ai beaucoup aimé Le Maître des Dragons / La malédiction d’Old Haven (dyptique historico-fantasy cette fois-ci 😉 ), et également Bal de Givre à New York (même genre que les deux autres), et aussi les Etranges Soeurs Wilcox (franchement jubilatoire ! J’attends la suite, n’ai pas tout lu 😦 C’est avec des vampires, mais en drôle, et avec Sherlock Holmes en personnage 🙂 ) – eh bien je vois que j’ai encore de la réserve sur cet auteur, il a déjà une longue biblio 🙂 Pour le moment, il ne m’a pas déçu.
Et là en cherchant sa bio j’apprends qu’il a commencé dans les jeux de rôle, entres (beaucoup d’)autres. Décidément le domaine brasse pas mal de monde…

Six jours pour (sur)vivre

De Philip Webb. 2011. Science-fiction jeunesse, cadre post-cataclysmique. Lecture distrayante.
sixjourspwebbRésumé : « Dans un monde post-apocalyptique, quatre adolescents partent en quête d’une mystérieuse relique très puissante, sur laquelle repose l’avenir de l’humanité. Ils ont six jours pour combattre les forces du mal…« 
 J’ai trouvé les évènements parfois un peu trop prévisibles, je ne me suis pas plus attachée aux personnages que ça, mais juste suffisamment pour arriver au bout de ma lecture sans m’ennuyer non plus. Je conseille aux amateurs de fiction jeunesse, ou à un public pas trop regardant. On peut trouver un certain nombre de réflexions sur la vie, la mort, le temps, la famille, l’humanité et tout, mais encore une fois pas de manière très profonde. La navigation dans Londres est assez sympathique toutefois, et certains éléments de S-F assez originaux, et pas trop mal développés.
J’ai plutôt bien aimé le style, plutôt très dynamique et familier, bourré d’expressions ou de mots qu’on croise rarement à l’écrit.