Le Testament des siècles

De Henri Lœvenbruck. 2003. Thriller ésotérique. Très bonne lecture.
testamentRésumé : « Installé aux États-Unis depuis la mort de sa mère, Damien Louvel, scénariste d’une série télévisée à succès, doit rentrer en France à la suite du décès tragique de son père. Il découvre que celui-ci menait des recherches autour d’un mystérieux objet – la pierre de Iorden -, qui semblent lui avoir coûté la vie. Aidé de Sophie, une journaliste dont il tombe amoureux, Damien décide de poursuivre les étranges investigations de son père, et se lance dans une course effrénée, de bibliothèques en sociétés secrètes, de Gordes à Londres et au cœur de Paris. Traqués, menacés, Sophie et Damien n’auront de cesse de mettre au jour le plus vieux secret de l’Humanité : le dernier message laissé par le Christ. Mais à quel prix…« 
Difficile de chroniquer ce livre, avec lequel j’ai passé un très bon moment de lecture, sans très bons ni très mauvais points pourtant !
En fait, bien que ce ne soit pas un coup de cœur, je ne lui ai pas non plus trouvé d’incohérences (je ne veux pas dire qu’il n’y en a aucune, mais en tous cas je n’en ai pas remarqué au cours de ma lecture), de moments longuets, de failles structurelles… Rien de rien, tout m’a plu ! J’ai lu le livre très rapidement, sans m’ennuyer, ni être agacée à aucun moment.
Les personnages sont amusants, je m’y suis attachée juste ce qu’il faut (après tout c’est un thriller, c’est rare que je m’attache beaucoup aux héros de ce genre), je les ai trouvés justement dosés en nombre, caractère et actions. De plus j’ai dans l’ensemble eu l’impression de dialogues et d’évènements plutôt logiques et réalistes (je déteste voir l’auteur manipuler son petit monde en coulisses, mais ce n’était pas du tout le cas ici !)
Je ne m’attendais pas trop au dernier retournement de situation de l’enquête, ça m’a un peu attristée mais encore une fois l’auteur a réussi à me le faire « passer » sans trop de souci. Quant à la conclusion du livre, je me doutais bien de quelque chose du genre ! 😀
Dans l’ensemble j’ai eu l’impression que Lœvenbruck ne se prenait pas trop la tête – excepté dans les moments où il parlait de la relation entre le héros et son père – je me suis demandé s’il n’y avait pas une part de vécu ! Si non, alors chapeau. (Si oui, c’est tout de même bien écrit ! :p). Je veux dire par là que la relative insouciance des héros face à leur quête, les situations parfois un peu ridicules, contribuent à relâcher l’atmosphère et aider le lecteur à ne pas trop en attendre questions révélation finales ! Autrement dit l’aspect divertissant du livre est autant assumé que l’aspect politico-ésotérico-complotiste.

 

Publicités

À tombeau ouvert

De Kathy Reichs. 2007. Thriller / policier. Bonne lecture.
Titre original : Cross Bones, 2005.

Série : Temperance Brennan, #8

atombeauouvert1Résumé : « Alors que l’anthropologue judiciaire Tempe Brennan est chargée d’examiner le corps d’un homme tué d’une balle dans la tête, un inconnu lui remet la photo d’un squelette. «Voici la clé du meurtre», dit-il. Ses premières recherches révèlent à Tempe que cette ossature est un vestige archéologique retrouvé lors d’un chantier mené à Massada, en Israël. Pourquoi toute trace de la découverte a-t-elle été effacée des rapports de fouilles ? Pourquoi assassine-t-on ceux qui y ont été mêlés ? Et qui était cet homme ? Certains prononcent le nom de Jésus de Nazareth… Tempe va suivre la piste jusqu’au bout, au risque de sa vie. »
Je finis ma lecture plus ou moins dans le même état d’esprit qu’après Les os du Diable : je ne trouve ça ni excellent ni mauvais, du bon polar à lire de temps en temps, quoi. Je continue à apprécier le personnage de Tempérance Brennan, à regretter la cohorte de personnages secondaires qui gravitent autour d’elle dans la série TV (Bones), et j’aime toujours autant les nombreux détails scientifiques semés tout au long de l’enquête – plus nombreux il me semble que dans la plupart des romans policiers que j’ai lus. J’apprends des trucs en passant, c’est assez sympathique.
Le petit plus qui m’a bien plu dans l’intrigue c’est la manière dont elle (l’auteur, le personnage – parfois indissociables l’une de l’autre de mon point de vue, car je ne connais que peu l’auteur !) alterne entre hypothèses religieuses et raisons plus terre-à-terre – ça c’était vraiment sympa, cette impression de ne plus très bien savoir où on en est. J’avais trouvé un peu la même atmosphère dans l’autre livre (le premier que j’avais lu de K. Reichs), et je dois dire que je ne peux m’empêcher de me demander ce que penseraient certaines personnes assez religieuses de l’ensemble du livre…
Je me sens au vu de l’intrigue un peu obligée de faire une comparaison avec le Da Vinci Code, qui va tenir en trois mots : bien plus travaillé.
Bon, après les deux auteurs sont assez différents, Dan Brown écrit vraiment des romans distrayants s’appuyant fortement sur le côté religieux / ésotérique / mythes à forte résonance, alors que Kathy Reichs est, comme Crichton (qui lui n’écrit pas de trucs ésotériques, mais aussi auteur de romans policiers / thrillers), une scientifique.