Compote poire-coing

Petite envie du jour alimentée par un choix de fruits sympa au marché !
En fait il y a un maraîcher qui fait des fruits et légumes à 1€ le kilo lorsqu’ils sont un peu moches, talés, abîmés, pas parfaits, trop mûrs, non politiquement corrects… Du coup le choix change tous les jours ou presque, et j’aime beaucoup fouiner dedans à la recherche de la perle rare, du fruit inconnu, du truc dont je ne me souviens plus du goût, ou des associations bienvenues. C’est comme chez un bouquiniste sauf que les produits sont comestibles.
compotecoingpoire

Citation : « ça a une drôle de couleur ton truc » (Réponse : « c’est le coing c’est normal ») En parlant de coin les Bleach ne sont pas à moi – partage d’espace oblige livres partout autour de la pièce – mais j’ai lu une grosse partie de la série et je conseille même si ça traîne en longueur sur la fin

La trouvaille du jour c’était un kilo de poires qui avaient l’air sympa, de deux sortes d’après ce que j’ai vu (des rondes jaune/brun, et des longues gris/vert), et un ENORME coing.
Ingrédients :
– 1 kilo de poires
– 500 g de coing (environ)(n’en mettez pas trop non plus le goût est très prononcé et ça peut cacher les autres fruits)
-1 sachet de sucre vanillé
– 1 cc d’extrait de vanille
– un peu de 4 épices
– un peu de gingembre moulu
1. Épluchez et coupez le coing, et mettez-le à cuire avant car il lui faut une bonne vingtaine de minutes pour devenir un tantinet mou. (J’ai compté 45 minutes de cuisson en tout , y compris une fois les poires ajoutées). Avertissement : le coing c’est très dur (même si celui-ci en particulier était peut-être pire que d’autres), très chiant à éplucher, et le mien était si résistant que j’ai fini par couper des bouts autour du trognon au lieu de l’enlever comme pour une pomme, car impossible de couper le machin en deux avec mon petit couteau.
2. Pelez et coupez les poires en morceaux pendant que le coing cuit.
3. Quand le coing commence à devenir rosé, à sentir bon le coing, et à avoir une texture à peu près correcte (pour le manger), ajoutez les poires. Là c’est l’inverse si les poires sont bien mûres ça peut cuire très vite, en 15 minutes maximum.
4. Ajoutez le sucre (à votre convenance, j’ai mis du sucre vanillé et un peu de vanille car je trouvais que ça ajoutais un petit goût sympa), les épices que vous voulez (il y a déjà du gingembre dans les quatre épices, j’ai fait ce choix d’assaisonnement aujourd’hui mais je pense qu’avec plus de cannelle que de gingembre ça peut être bien aussi, et la muscade ou la girofle sont certainement des options aussi), écrasez ou pas.

 

Publicités

Clafoutis aux cerises

Dans la famille des desserts dits inratables (je ne sais pas vous, mais moi j’ai quand même toujours un doute !). Mon premier essai.

clafoutis

Ingrédients :
  • 600/700 g de cerises
  • 40 g de beurre
  • 3 ou 4 oeufs
  • 1/4 de litre de lait
  • 100 g de farine
  • 80 g de sucre
Préparation :
Mélangez le sucre avec les œufs. Ajoutez la farine puis le lait puis le beurre fondu. Versez le mélange sur votre tas de cerises que vous aurez placées dans un moule beurré (sauf s’il est en silicone). Cuisez au four 10 minutes à T.7 (210°) + 30 minutes à 180°.
Remarques : Je n’ai pas mesuré mes cerises, j’ai juste rempli le moule, ce qui devait faire à peu près la quantité notée. Je les ai dénoyautées car je trouve ça assez peu pratique de devoir cracher des noyaux toutes les deux secondes, même si je sais que c’est Mal Agir Envers la Recette Traditionnelle. J’ai mis un sachet de sucre vanillé. J’ai ajouté 20 minutes de cuisson car mon clafoutis paraissait très liquide (il parait que dénoyauter les fruits ça peut ne pas aider à ce niveau).