À tombeau ouvert

De Kathy Reichs. 2007. Thriller / policier. Bonne lecture.
Titre original : Cross Bones, 2005.

Série : Temperance Brennan, #8

atombeauouvert1Résumé : « Alors que l’anthropologue judiciaire Tempe Brennan est chargée d’examiner le corps d’un homme tué d’une balle dans la tête, un inconnu lui remet la photo d’un squelette. «Voici la clé du meurtre», dit-il. Ses premières recherches révèlent à Tempe que cette ossature est un vestige archéologique retrouvé lors d’un chantier mené à Massada, en Israël. Pourquoi toute trace de la découverte a-t-elle été effacée des rapports de fouilles ? Pourquoi assassine-t-on ceux qui y ont été mêlés ? Et qui était cet homme ? Certains prononcent le nom de Jésus de Nazareth… Tempe va suivre la piste jusqu’au bout, au risque de sa vie. »
Je finis ma lecture plus ou moins dans le même état d’esprit qu’après Les os du Diable : je ne trouve ça ni excellent ni mauvais, du bon polar à lire de temps en temps, quoi. Je continue à apprécier le personnage de Tempérance Brennan, à regretter la cohorte de personnages secondaires qui gravitent autour d’elle dans la série TV (Bones), et j’aime toujours autant les nombreux détails scientifiques semés tout au long de l’enquête – plus nombreux il me semble que dans la plupart des romans policiers que j’ai lus. J’apprends des trucs en passant, c’est assez sympathique.
Le petit plus qui m’a bien plu dans l’intrigue c’est la manière dont elle (l’auteur, le personnage – parfois indissociables l’une de l’autre de mon point de vue, car je ne connais que peu l’auteur !) alterne entre hypothèses religieuses et raisons plus terre-à-terre – ça c’était vraiment sympa, cette impression de ne plus très bien savoir où on en est. J’avais trouvé un peu la même atmosphère dans l’autre livre (le premier que j’avais lu de K. Reichs), et je dois dire que je ne peux m’empêcher de me demander ce que penseraient certaines personnes assez religieuses de l’ensemble du livre…
Je me sens au vu de l’intrigue un peu obligée de faire une comparaison avec le Da Vinci Code, qui va tenir en trois mots : bien plus travaillé.
Bon, après les deux auteurs sont assez différents, Dan Brown écrit vraiment des romans distrayants s’appuyant fortement sur le côté religieux / ésotérique / mythes à forte résonance, alors que Kathy Reichs est, comme Crichton (qui lui n’écrit pas de trucs ésotériques, mais aussi auteur de romans policiers / thrillers), une scientifique.
Publicités

Ceux qui osent

De Pierre Bordage. Uchronie (S-F) jeunesse. Très bonne lecture.
T.3 de la série. Autres titres : Ceux qui rêvent, Ceux qui sauront.
ceuxquiRésumé : « J’ai envie de pleurer sur cette humanité qui refuse d’être humaine, pleurer sur ces malheureux prêts à défier tous les dangers, toutes les souffrances pour goûter quelques miettes de bonheur. Pleurer sur les fous qui refusent de partager les richesses, les terres et le savoir. Ni les possessions ni le pouvoir ne rendent heureux.
La guerre fait rage entre les royaumes coalisés des Amériques et l’Arcanecout, dernière terre libre pour Jean et Clara. Jean est parti sur le front et se bat auprès des troupes alliées, avec son ami indien Elan-Gris.
Il a laissé Clara seule, dans les hauteurs de San Francisco. La ville est délabrée, la population meurt de faim. Mais la jeune femme se bat avec ses compagnes d’infortune pour survivre.
Jean et Clara connaîtront-ils un jour le bonheur d’être ensemble ?« 
      Le très gros plus de ce livre (et des deux autres tomes parus avant) c’est sa fluidité, que ce soit dans son style ou dans ses péripéties. Je ne me suis pas ennuyée du tout dans toute la série, on passe les chapitres les uns après les autres sans s’en rendre compte et c’est vraiment très agréable.
J’aime beaucoup les personnages, même si ils ont certains côtés parfois un peu trop vertueux ou stéréotypés, mais ça va quand même. Je trouve qu’à eux seuls ils font presque toute la force de cette série : les décisions qu’ils prennent, comment ils les prennent, leur manière de faire face aux difficultés de ce monde en crise majeure. Clara a des tendances lyriques, surtout dans ses lettres à Jean (voire début du résumé), mais heureusement à côté elle est décrite comme débrouillarde, courageuse, et plutôt futée. Les personnages secondaires sont dans l’ensemble un peu plus complexes, avec des particularités physiques ou psychologiques, c’est plutôt bien pensé. L’environnement, le cadre de l’histoire (politique, économique, sociale) est suffisamment décrit et explicité pour qu’on s’y retrouve, et que l’univers de Bordage ait de la matière, mais pas trop non plus, et à intervalles suffisants pour qu’on puisse aussi profiter des aventures des héros sans se retrouver enseveli sous une tonne d’information.
Un vrai bon livre de S-F, certes en apparence plus simple que d’autres auteurs car s’adressant à un public jeune, mais qui aborde pourtant des thèmes et questions plutôt graves (la liberté, les systèmes politiques, la parité homme/femme, les gouvernements, l’embargo…), sur plusieurs centaines de pages (en comptant les autres tomes, qui ne constituent ensemble qu’une seule histoire), avec un ton juste.

Les Os du Diable

De Kathy Reichs. 350p. en grand format. 2010. Thriller / policier. Bonne lecture.

Titre original Devil Bones, 2008.

Série : Temperance Brennan, #11

osdudiableRésumé : « Magie noire et rites sataniques sont au cœur de cette onzième aventure de Temperance Brennan. À Charlotte, en Caroline du Nord, un plombier fait une étrange et macabre découverte dans la cave d’une maison en rénovation : le crâne d’une jeune femme encerclé par un poulet décapité, des os d’animaux et un chaudron contenant des perles et des plumes. Appelés sur place, Temperance Brennan, anthropologue judiciaire, et les inspecteurs Slidell et Rinaldi ne tardent pas à apprendre que la maison est louée par un sorcier de la Santería –  religion syncrétique d’origine afro-cubaine -, et à faire le lien entre cette affaire et le corps décapité d’un adolescent retrouvé sur les rives d’un lac. Ces meurtres ont-ils été commis pour accomplir des rites sataniques ? C’est en tout cas ce dont est persuadé Boyce Lingo, un ancien pasteur devenu politicien, lancé dans une véritable croisade contre les adeptes de la wicca, une religion marginale prônant le culte de la nature. Confrontée à la mort d’un collègue et troublée par ses retrouvailles avec deux de ses anciens amants, Tempe devra faire preuve de sang-froid pour contenir cette chasse aux sorcières qui interfère dangereusement avec son enquête… »

Kathy Reichs a déjà derrière elle une bonne réputation d’écrivain (succès mais aussi talent*), et j’ai suivi avec intérêt un certain nombre d’épisodes de Bones (série dérivée des livres) à la télé : deux raisons d’aller mettre mon nez dans le bouquin qui me narguait au milieu de ses copains du chariot « retour » de la médiathèque.
Je n’ai pas eu trop de surprises concernant le style : très détaillé, très scientifique, assez comparable à ce qu’on trouve dans la série TV – en gros du bon roman policier. Une petite déception concernant le scénario : ils ont mis 200 pages à découvrir un truc vraiment tout bête (que j’avais trouvé, moi :p) – je ne vous en dis pas plus ! – et à côté le dénouement de l’enquête a été un tout petit peu trop soudain pour moi – mais après tout c’est inhérent à beaucoup de romans policiers, et puis le reste du livre m’a bien plu.
Par contre pour les suiveurs de la série TV, attendez-vous à du changement : en fait d’après ce que je lis à la fin du livre, K. Reichs est une des scénaristes, et a imaginé la série comme se passant avant les livres, dans une autre ville, avec d’autres personnages donc (je crois qu’il y a tout de même des « décrochages » entre les deux – ne vous attendez pas à trouver des liens directs). Enfin, la Tempérance Brennan du livre est plus humaine que celle de la télé, elle a ses petits soucis, sa famille, etc. J’aime beaucoup ce personnage ici aussi, ainsi que les autres personnages qui gravitent autour d’elle. On retrouve toujours ce côté très imagé, humoristique, parfois décalé, venant de l’auteur.
*moi, cynique ? Meuh non ^^

Lincoln, de Steven Spielberg

lincoln1Très bon film, axé sur le personnage du président Abraham Lincoln, figure emblématique de l’histoire des Etats-Unis, au sein de la tourmente politique déclenchée par sa décision d’abolir l’esclavage en ajoutant un amendement à la Constitution.

J’espérais un peu en voir plus de sa vie en tant qu’homme de lettres, philosophe et philanthrope ; mais le film ne concernait qu’une courte période de sa vie, et en même temps ces éléments y ont été insérés assez subtilement. C’est d’ailleurs à mon sens une de ses grandes forces : si l’intrigue avait été totalement politique, je pense que j’aurais décroché avant la fin. En fait, il est assez complet et met également en scène plein de petites choses se rapportant à la société, à la famille, aux amis de Lincoln. Je ne sais pas trop à quel point le scénario ou le caractère de Lincoln sont historiquement corrects ; mais le film donne un très bon sens d’authenticité, et je parierais que puisque Spielberg est américain et que Lincoln reste aujourd’hui une figure assez mythique dans l’histoire des Etats-Unis, le réalisateur a pris soin de ne pas trop s’écarter d’une certaine réalité, au moins d’un point de vue américain. (Qui a dit que l’Histoire était une question de perception autant que de faits réels ?)
De manière générale, la qualité de ce film est excellente tant au niveau technique que concernant le choix et le jeu des acteurs.
Je m’étonne toujours de la diversité de sujets et de qualité chez Spielberg. spielberg