Techno Faerie

De Sara Doke. Les Moutons électriques, 2016. Recueil de textes + encyclopédie. Excellente lecture. [346 p.]

Illustration de couverture de Melchior Ascaride.

technofaerieRésumé : « Les fées existent, bien sûr, et elles sont de retour ! Les fées ont cessé de se cacher des hommes : elles sont revenues et bon an mal an l’univers de la Faerie s’est intégré à la société technologique. Depuis les premiers contacts d’enfants-fae avec la civilisation de l’automobile jusqu’aux premiers voyages spatiaux, ce livre conte l’histoire d’une évolution différente de notre monde. L’auteur, Sara Doke, vit à Bruxelles et est traductrice. La poésie puissante de son inspiration, l’originalité de sa vision d’un monde soudain enrichi des faes, sont saisissantes. Avec des documents, des fiches couleur sur les 88 principales faes et de nombreuses illustrations, par Bigot, Booth, Calvo, Cardinet, Caza, Ellyum, Fructus, Gestin, Jozelon, Larme, Malvesin, Mandy, Muylle, Nuncq, Tag, Verbooren, Zandr et Zariel.« 

Lu dans le cadre d’un partenariat

Je suis largement sortie des sentiers battus au cours de cette lecture, ai parcouru le livre un peu dans tous les sens – revenant en arrière, goûtant une citation ici, une phrase là avant de reprendre ma lecture, l’entrecoupant de coups d’œil vers l’encyclopédie en piochant des pages au hasard. Je me suis aussi assez éloignée de ce que j’ai l’habitude de lire sur les Fées/Faes, les (Daoine) Sidhe, le Peuple ou quelque soit l’appellation qu’on utilise pour les nommer, et c’était formidable.

Lire la suite

Publicités

Georges Cuvier, naissance d’un génie

De Philippe Taquet. 2006. Biographie. Pas ce que je cherchais, mais bonne lecture.
cuvier
J’ai fait une recherche informatique sur je ne sais plus quoi l’autre jour, et de fil en aiguille, une idée en amenant une autre, j’ai fini par taper « Cuvier » dans le catalogue de la médiathèque. J’avais deux excellents motifs de m’intéresser à ce livre, précisément.
Cuvier, que je ne connais en fait que fort peu, surtout comparé à la fois à la complexité du personnage et également à ses (très) nombreuses recherches et publications : un nom qui ressort assez vite lorsqu’on s’intéresse au monde préhistorique. Je me rappelle particulièrement une série de vignettes (« BD ») issue une fois de plus de mon encyclopédie « Dinosaures », qui place Cuvier comme étant l’homme qui a décrit le Mosasaure. Dans quelle mesure cela est-il vrai ou important pour la science, je n’en sais trop rien – mais je m’attendais à en avoir la réponse dans cet ouvrage.
Finalement j’ai eu deux déceptions : d’abord, ce tome est le premier d’une biographie pensée en trois volumes : un premier sur la jeunesse du personnage, le deuxième sur sa carrière scientifique, et un troisième sur ses qualités et carrières administratives. La deuxième déception est que le deuxième tome (celui qui m’intéresse en priorité, donc) n’est pas à la bibliothèque, et pour cause : il n’a pas encore été publié, ni même peut-être écrit, car la bibliographie du professeur Taquet s’est encore allongée ces dernières années. Je ne peux cependant pas le blâmer de continuer ses recherches, après tout dans son cas cela parait plus être une vocation qu’un métier.

Lire la suite