Le Post-apocalyptique

[Collectif]. ActuSF, 2013. Essai. Très bonne lecture. [90 p.]

Collection(s) : La Maison d’Ailleurs

43777Résumé : « Le post-apocalyptique est un genre relativement connu, principalement grâce aux innombrables productions cinématographiques hollywoodiennes qui sont apparues sur nos écrans cette dernière décennie. Or, il serait terriblement réducteur d’imaginer que seuls Le Jour d’après, La Route, 2012 et autre After Earth sont représentatifs d’une tradition aussi ancienne que diversifiée. Afin de mieux saisir la spécificité et la richesse de cette esthétique, la Maison d’Ailleurs a confié à quatre spécialistes le soin de proposer des points de vue inédits sur ces récits faisant la part belle aux zones et, surtout, à la manière dont les humains tentent de reconstruire une société digne de ce nom après la catastrophe. Quatre essais, une sélection iconographique exceptionnelle : le post-apocalyptique dévoile ses secrets.« 

Récemment j’ai réalisé que ça n’allait pas faire très loin d’un an que j’avais reçu ce livre de la Faquinade à l’issue de la session 2014 de Août, Nouvelles coûte que coûte. Étant en plus plutôt dans des lectures SF en ce moment, je me suis dit que c’était un bon moment pour le sortir de ma PàL.

Lire la suite

State of Fear

De Michael Crichton. 2004. Science-fiction / Thriller scientifique*. Bonne lecture.
Titre fr :  Etat d’urgence (bien moins percutant voire pertinent que le titre original à mon sens ! 😦 )
Summary : « In Paris, a physicist dies after performing a laboratory experiment for a beautiful visitor.
In the jungles of Malaysia, a mysterious buyer purchases deadly cavitation technology, built to his specifications.
In Vancouver, a small research submarine is leased for use in the waters of New Guinea.
And in Tokyo, an intelligence agent tries to understand what it all means.« 
stateoffear
Résumé : « A San Francisco, le milliardaire George Morton s’écrase du haut d’une falaise à bord de sa Ferrari quelques minutes seulement après avoir annoncé qu’il retirait son soutien à un mouvement écologiste international… Avant de disparaître, George avait laissé un message énigmatique. Peter, son avocat, et Sarah, son assistante, le décryptent… et se trouvent emportés dans une course-poursuite qui va les précipiter des glaces de l’Antarctique aux forêts vierges de Mélanésie. Face à eux, un ennemi insaisissable prêt à détruire la planète pour prouver qu’elle est en danger. Tremblement de terre, tsunami, cyclone : si les idéalistes fous ne sont pas neutralisés, des milliers de gens vont mourir dans une série de catastrophes naturelles d’une ampleur sans précédent…« 
J’ai commencé ce livre sur une mauvaise impression : 150 pages d’énigmes faiblement lancées, à coup de paragraphes séparés (on comprend bien qu’il s’agit d’évènements liés, ainsi que le thème général du livre, mais on reste sur notre faim parce que ce n’est pas plus développé, et qu’il n’y a qu’un fil conducteur thématique), puis des histoires de firmes, de sous, de contrats, avec des avocats et des secrétaires en tête de liste concernant les personnages, plutôt que des scientifiques ! Pas vraiment ce à quoi Crichton m’a habituée dans ses meilleurs romans. J’ai donc mis plus de 10 jours (il y a plus d’un mois) à arriver là, et finalement j’ai lu quelques autres livres entre, parce que Crichton ou pas, je n’étais pas vraiment « dedans » à ce moment-là !
Finalement j’ai repris ma lecture il y a quelques jours, pour me rendre compte avec soulagement que ma patience était arrivée au bout juste au moment où les choses commençaient à bouger dans le roman ! Enfin, des aventures, des attentats, des mystères, des personnages intéressants ou les anciens qui commencent à se bouger les fesses !! En même temps j’ai pu entrer dans le vif de l’intrigue, qui soit dit en passant m’a beaucoup faire rire (cyniquement – comme c’est souvent le cas avec Crichton d’ailleurs, et c’est en grande partie pour ça que je l’aime <3). J’aime énormément comme il mêle réalité et fiction, tout en posant des questions intéressantes et dérangeantes.
Toutefois j’ai trouvé que ce livre n’était pas un de ses meilleurs ouvrages : trop de temps morts, personnages assez peu développés, « gros » sujet en opposition avec ces qualités littéraires plus faiblardes que dans d’autres ouvrages (ex : Jurassic Park – désolée de le citer encore, mais pour moi de tout ce que j’ai lu de C. ça reste son chef-d’oeuvre).
*NB : le sujet est assez polémique, et je suis à peu près certaine que la manière dont Crichton le traite dans le roman peut choquer, inquiéter voire énerver certaines personnes engagées d’une manière ou d’une autre. Si ce n’est  pas le cas, les notes de fin, qui se posent parfois en vis-à-vis de la fiction, peuvent également le faire. Pour ma part, je lis Crichton avant tout pour ses qualités de romancier, pas pour m’informer sur tout et n’importe quoi de manière scientifique et forcément vraie (même s’il a tendance à intégrer de « vraies » données dans ses œuvres au milieu de la fiction), ni prendre parti de son côté de manière automatique. 
Voir aussi l’article de la Wikipedia, qui parle pas mal des détracteurs du roman, et qui ne spoile pas tellement plus l’intrigue que le résumé français : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tat_d%27urgence_%28roman%29

La Forêt de Miyori

De Nizô Yamamoto, 2007. 1h47
foretmiyori2
Synopsis : « Abandonnée par ses parents, Miyori quitte Tokyo pour emménager à la campagne. Elle découvre qu’elle a le pouvoir de communiquer avec les créatures fantastiques qui peuplent la forêt. Sa grand-mère lui apprend alors qu’elle va en devenir la reine. Malheureusement, ce monde invisible aux yeux des autres humains est menacé par la construction d’un barrage. Miyori va tout mettre en oeuvre pour sauver ses nouveaux amis…« 
        Ce n’est pas faux dans l’ensemble, mais ce résumé m’a donné des idées fausses sur le film, juste parce que les phrases sont assez mal ficelées syntaxiquement parlant.

Lire la suite