Galette des rois

La galette telle qu’on la mange de façon traditionnelle, à la frangipane. Et si comme moi vous n’aimez pas plus que ça la frangipane industrielle parce que vous trouvez que ça étouffe un peu et que c’est pas si bon, je vous garantis que fait maison ça sent surtout les amandes, les vraies. 🙂

galette 15

Ingrédients :
  • – deux pâtes feuilletées
  • – 120-140 g de poudre d’amandes
  • – 75 g de beurre
  • – 100 g de sucre
  • – 3 œufs + 1 jaune

Lire la suite

Publicités

Tarte au thon

tarte thon 01.15Un classique rapide et simple à faire, avec des ingrédients que vous avez peut-être déjà dans vos placards.
Ingrédients :
  • – une pâte feuilletée
  • – 3 petites boites de thon au naturel
  • – 2 tomates
  • – quelques cuillères à soupe de moutarde (forte)
  • – quelques cuillères de crème fraîche
  • – un peu de gruyère râpé

Lire la suite

« Chocisson »

Après avoir grignoté quelques petits beurres à peine périmés avec mon thé hier j’ai décidé que je n’avais pas spécialement envie de manger le reste du paquet (après tout je ne fais que finir un paquet qui ne m’était pas destiné au départ, parce que je n’aime pas gâcher – je n’ai jamais été une grande fan de petits beurres).
Solution : transformer les tristounets petits biscuits en saucisson au chocolat, ou « chocisson ».
chocisson

Il était deux fois plus long hier, bizarre.

Pour cette recette sans cuisson qui peut tout à fait être réalisée avec des enfants, il vous faudra :
  • les ¾ d’un paquet de petits beurres, soit 18 biscuits
  • 180 g de chocolat noir à dessert, soit les 9/10e d’une tablette standard
  • environ 50 g de beurre
  • environ 50 g de sucre
  • 1 œuf entier
  • un peu de sucre glace pour décorer (optionnel)

Lire la suite

Gâteau coco

gateau_coco

Ingrédients :
  • 120 g de beurre
  • 180 g de farine
  • 1 sachet de levure
  • 80 g de sucre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 3 œufs
  • 1 sachet de levure
  • 100 g de noix de coco râpée
  • du lait (environ un grand verre)
Préparation :
  1. Séparer les blancs des jaunes d’œufs. Faites blanchir les jaunes d’œufs avec le sucre. Ajoutez le beurre fondu au mélange, puis la farine + levure.
  2. Homogénéisez avec un peu de lait, puis invitez la noix de coco.
  3. Incorporez enfin les blancs d’œufs montés en neige. La pâte doit être assez liquide, au final, pour que le gâteau soit plus moelleux que friable (comme sur la photo ; ce n’est pas mauvais mais plus compliqué à manger et un peu moins bon quand même)
  4. Versez doucement dans un moule beurré. Faites cuire entre 30 et 45 minutes (suivant le taux d’humidité de la pâte) à thermostat 6 (180 °).
Normalement la pâte lève pas mal, et fait un joli gâteau bombé tout moelleux. La lame du couteau doit ressortir sèche du cœur du gâteau.

Compote poire-coing

Petite envie du jour alimentée par un choix de fruits sympa au marché !
En fait il y a un maraîcher qui fait des fruits et légumes à 1€ le kilo lorsqu’ils sont un peu moches, talés, abîmés, pas parfaits, trop mûrs, non politiquement corrects… Du coup le choix change tous les jours ou presque, et j’aime beaucoup fouiner dedans à la recherche de la perle rare, du fruit inconnu, du truc dont je ne me souviens plus du goût, ou des associations bienvenues. C’est comme chez un bouquiniste sauf que les produits sont comestibles.
compotecoingpoire

Citation : « ça a une drôle de couleur ton truc » (Réponse : « c’est le coing c’est normal ») En parlant de coin les Bleach ne sont pas à moi – partage d’espace oblige livres partout autour de la pièce – mais j’ai lu une grosse partie de la série et je conseille même si ça traîne en longueur sur la fin

La trouvaille du jour c’était un kilo de poires qui avaient l’air sympa, de deux sortes d’après ce que j’ai vu (des rondes jaune/brun, et des longues gris/vert), et un ENORME coing.
Ingrédients :
– 1 kilo de poires
– 500 g de coing (environ)(n’en mettez pas trop non plus le goût est très prononcé et ça peut cacher les autres fruits)
-1 sachet de sucre vanillé
– 1 cc d’extrait de vanille
– un peu de 4 épices
– un peu de gingembre moulu
1. Épluchez et coupez le coing, et mettez-le à cuire avant car il lui faut une bonne vingtaine de minutes pour devenir un tantinet mou. (J’ai compté 45 minutes de cuisson en tout , y compris une fois les poires ajoutées). Avertissement : le coing c’est très dur (même si celui-ci en particulier était peut-être pire que d’autres), très chiant à éplucher, et le mien était si résistant que j’ai fini par couper des bouts autour du trognon au lieu de l’enlever comme pour une pomme, car impossible de couper le machin en deux avec mon petit couteau.
2. Pelez et coupez les poires en morceaux pendant que le coing cuit.
3. Quand le coing commence à devenir rosé, à sentir bon le coing, et à avoir une texture à peu près correcte (pour le manger), ajoutez les poires. Là c’est l’inverse si les poires sont bien mûres ça peut cuire très vite, en 15 minutes maximum.
4. Ajoutez le sucre (à votre convenance, j’ai mis du sucre vanillé et un peu de vanille car je trouvais que ça ajoutais un petit goût sympa), les épices que vous voulez (il y a déjà du gingembre dans les quatre épices, j’ai fait ce choix d’assaisonnement aujourd’hui mais je pense qu’avec plus de cannelle que de gingembre ça peut être bien aussi, et la muscade ou la girofle sont certainement des options aussi), écrasez ou pas.

 

Clafoutis aux cerises

Dans la famille des desserts dits inratables (je ne sais pas vous, mais moi j’ai quand même toujours un doute !). Mon premier essai.

clafoutis

Ingrédients :
  • 600/700 g de cerises
  • 40 g de beurre
  • 3 ou 4 oeufs
  • 1/4 de litre de lait
  • 100 g de farine
  • 80 g de sucre
Préparation :
Mélangez le sucre avec les œufs. Ajoutez la farine puis le lait puis le beurre fondu. Versez le mélange sur votre tas de cerises que vous aurez placées dans un moule beurré (sauf s’il est en silicone). Cuisez au four 10 minutes à T.7 (210°) + 30 minutes à 180°.
Remarques : Je n’ai pas mesuré mes cerises, j’ai juste rempli le moule, ce qui devait faire à peu près la quantité notée. Je les ai dénoyautées car je trouve ça assez peu pratique de devoir cracher des noyaux toutes les deux secondes, même si je sais que c’est Mal Agir Envers la Recette Traditionnelle. J’ai mis un sachet de sucre vanillé. J’ai ajouté 20 minutes de cuisson car mon clafoutis paraissait très liquide (il parait que dénoyauter les fruits ça peut ne pas aider à ce niveau).

Cake fondant à la banane

C’est l’histoire de trois bananes qui traînaient dans le frigo depuis assez longtemps pour que tout le monde boude leur teint mat de manière systématique…
Ne voulant pas gâcher de nourriture encore tout à fait comestible, je suis allée traîner sur le Net à la recherche de « que faire avec de vieilles bananes » ? S’est ensuivi une séance de pâtisserie menée avec des pincettes et beaucoup de doutes, mon homme étant le spécialiste d’habitude (mais il est en stage là donc si je veux faire le gâteau en pleine journée il faut que je me débrouille).
Finalement comme le résultat n’est pas raté j’accepte de partager l’expérience !
cake_banane(1)
Ingrédients :
– 3 bananes (plutôt petites)
– 150 g de farine
– 100 g de sucre
– 100 g de beurre
– 3 œufs
– 1/2 sachet de levure
– 1 citron
– 1 sachet de sucre vanillé / de l’extrait de vanille liquide

 

  1. Mélangez le beurre mou avec le sucre, puis ajoutez les œufs.
  2. Écrasez les bananes avec une fourchette, et ajoutez-leur le jus du citron*
  3. Mélangez les bananes avec le 1.
  4. Ajoutez la farine + levure au tout.
  5. Cuire au moins 45 min au four thermostat 6 (180°)
*c’est à ce moment que j’ai mis l’extrait de vanille, l’équivalent d’une cuillère à soupe rase à peu près.
 
J’ai adapté cette recette à partir d’une recette publiée sur Internet et de ses commentaires, comme souvent : la recette originale prévoit 200 g de sucre et de farine, donnant paraît-il un truc assez épais et trop sucré. Vu que mon gâteau est déjà loin d’être léger et aéré et sent très fort la banane, je n’ose imaginer ! Par contre je pense que j’aurais pu mettre un peu moins de beurre : 80 g, ou peut-être même moins.
J’ai aussi eu des doutes sur la cuisson : à 45 minutes le cake avait l’air très mou sous sa croûte bien dorée, du coup je l’ai laissé 30 minutes de plus. Au bout de ce temps il semblait toujours assez « mou » (et le couteau ne ressortait pas sec), mais finalement après repos et refroidissement c’est très bien, il est effectivement fondant mais cuit !

Pancakes

Aujourd’hui c’est la Chandeleur, mais comme on a déjà fait des crêpes la semaine dernière, on a décidé de varier un peu. 🙂
pancakes -2014Désolée, la lumière est un peu cradouille
Ingrédients :
– 2 oeufs
– 250 g de farine
– 1 sachet de levure
– 30 g de sucre (dont 1 sachet de sucre vanillé si vous le souhaitez)
– 65 g de beurre
– 30 cl de lait*
* Je cite : « Bon en fait, le lait c’est un peu à l’arrache ».
Préparation :
Mélangez les œufs avec le sucre, battez bien. Ajoutez le beurre fondu, puis la farine + levure, progressivement, et sans cesser de bien mélanger. Le mélange doit rester bien lisse, bien homogène. Ajoutez le lait en dernier (avant d’incorporer la fin de la farine si vraiment c’est trop dur à battre). Vous devez obtenir une pâte assez semblable à la pâte à crêpes ou à beignets, juste un peu plus élastique, un peu plus « lourde ». Au pire vous pouvez toujours ajouter un peu de lait, avant ou après repos de la pâte !
Laisser reposer la pâte au moins une heure.
Faire cuire les pancakes dans une crêpière ou une poêle, graissée au préalable. Mettez des petits tas de pâte (moi j’en mets trois), attendez que des petites « bulles » se forment sur le dessus pour les retourner, attention ça cuit très vite ! Si c’est vaguement noirci comme sur la photo le goût n’en est pas trop altéré, heureusement 🙂
Dégustez avec sirop d’érable, Nutella, autre (encore que vu que la recette est sucrée personnellement je ne testerais pas le gruyère dessus), ou nature.

 

Si vous aussi vous voulez pimenter votre Chandeleur, on m’a récemment proposé une autre recette :

crepes_whisky

Noba teppi !

Tarte poireaux / chèvre / PdT

tte_poir_cte1Ingrédients :
– 3 gros poireaux
– 1 oignon
– herbes de Provence, huile d’olive
– 5 pommes de terre moyennes
– une bûche de fromage de chèvre
– 2 oeufs
– 2 cuillères à soupe de crème fraîche
– un peu de poivre
– 1 pâte feuilletée
Préparer les poireaux : les éplucher, les émincer, et les faire fondre à feu moyen avec un fond d’huile d’olive, les herbes de Provence, et l’oignon, jusqu’à ce qu’ils deviennent translucides et « rétrécissent ». Goûter au besoin : ils doivent être au moins à moitié cuits. Cela me prend à peu près une demi-heure (la cuisson uniquement).
Faire cuire les pommes de terre pour qu’elles soient encore fermes. Les éplucher (avant ou après, à votre convenance).
Installer la pâte dans un moule à tarte.
Déposer une première couche de pommes de terre (les couper en tranches fines), puis de poireaux (bien les répartir en une couche fine aussi), et recommencer une fois. On peut finir soir par des poireaux soit par des pommes de terre (testé les deux). Seule incidence : goût plus prononcé de pommes de terre s’il y en a 3 couches contre 2 de poireaux.
Mélanger les œufs, la crème et le poivre. On peut y ajouter un petit peu de lait, mais parfois les poireaux rendent encore de l’eau, donc c’est à voir. Verser le mélange sur la tarte.
Répartir des rondelles de fromage de chèvre au-dessus de la tarte.
Cuire au four Th.7 pendant une bonne demi-heure.