L’Enfant des cimetières

De Sire Cédric. Le Pré au Clercs, 2009. Thriller gothique. Bof. [525 p.]

Enfant_des_cimetieres_Ed_FLRésumé : « Lorsque sa collègue Aurore l’appelle en pleine nuit pour couvrir avec elle un meurtre atroce, David, photographe de presse, se rend sur les lieux du drame. Un fossoyeur pris d’une folie hallucinatoire vient de massacrer sa femme et ses enfants avec un fusil à pompe, avant de se donner la mort. 
Le lendemain, un adolescent, se croyant poursuivi par des ombres, menace de son arme les patients d’un hôpital et tue Kristel, la compagne de David. Mais qui est à l’origine de cette épidémie meurtrière? 
Est-ce un homme ou un démon? Le journaliste, qui n’a plus rien à perdre, va se lancer à la poursuite de Nathaniel, l’enfant des cimetières, jusqu’aux confins de l’inimaginable… « 

Quand j’ai vu ce livre je ne sais plus où en occasion j’ai sauté dessus : chouette, du Sire Cédric, auteur largement vanté parmi les fans de thrillers, et chouette un résumé qui en promet !

Malheureusement mon allégresse n’a pas duré autant que je l’espérais.

En fait j’avais déjà lu un Sire Cédric, mais je ne me souvenais plus de ce que j’en avais pensé ; en relisant ma chronique précédente je vois que ça n’avait déjà pas été l’extase, mais celui-ci n’est pas passé loin du « raté ».

En effet j’ai trouvé cet opus en même temps trop gore, sanglant, etc. pour être horrible (oui ça peut paraître paradoxal), et en même temps trop vide.

Pourtant ça ne commençait pas si mal : une scène d’ouverture tout en… sensualité est un terme beaucoup trop faible [pour nécrophilie], disons que c’est carrément trash et cru mais j’ai trouvé ce passage plutôt bon en termes d’écriture et je me suis dit que ce n’était pas plus mal d’annoncer immédiatement la couleur au lecteur. J’ai donc continué ma lecture (qui après est plus soft, hein, quand même) jusqu’à arriver aux prémices de l’enquête et là déjà, premier écueil : je n’aime pas la paire d’enquêteurs. Ni le « héros », qui n’en est pas un et que je ne trouve ni intéressant ni sympathique, ni son allumeuse et cruelle collègue. Bon.

Ensuite, je l’avais déjà dit dans ma première chronique, on sait dès le début quasiment tous les tenants et aboutissants du criminel : qui il est, comment il tue ses victimes, y compris le côté surnaturel. Pas de surprise, pas de tension (j’ai trouvé), tout ce qu’on attend c’est de voir comment les « gentils » vont s’en sortir. Re-bon.

Enfin je trouve que le style d’écriture est un peu bancal : parfois je trouve ça bon et parfois je trouve ça très moyen voire pas bon, et la tension dans les scènes en est également affectée.

J’ai même un peu crisé là :

-[Parlant du Necronomicon] Il a été écrit par Lovecraft, un célèbre écrivain.

– Son nom aussi m’est familier.

– Ce n’est pas étonnant, on a tiré des films de presque toutes ses histoires. Mais il n’y a rien de vrai dans ce livre, contrairement à ce que de nombreuses personnes s’imaginent. (…) Ce type a influencé la littérature au niveau mondial.

  1. « Célèbre » ? Je trouve qu’il s’avance un peu, les lecteurs de littérature blanche n’ont pas forcément entendu parler de lui.
  2. « On a tiré des films de presque toutes ses histoires » => FAUX. Juste faux. Allez creuser dans Wiki/Google si vous voulez. De plus la plupart des adaptations ne portent pas le nom de l’oeuvre de Lovecraft (coucou The Thing), et franchement la plupart des spectateurs ne savent pas que les films qu’ils regardent sont adaptés de bouquins (coucou Crichton qui lui a vraiment eu beaucoup d’adaptations de ses œuvres « matures » avec les bons titres). En plus j’avais lu que la grande majorité des adaptations de Lovecraft sont d’affreux nanars que même les plus grands fans du Maître de Providence n’osent pas forcément exhumer. Donc bien peu de chances que la journaliste (qui n’est pas férue de films d’horreur ni de série B d’après sa fiche de perso) ait entendu parler de Lovecraft par ce biais.
  3. « Mais il n’y a rien de vrai…contrairement à ce que de nombreuses personnes s’imaginent » Heu il prend les lecteurs de HPL pour des crétins finis, ou alors on vient de glisser de la réalité à sa fiction ? J’ai pas suivi, je comprends pas.
  4. « A influencé la littérature au niveau mondial » – soit on parle de la « culture pop » et là je dis d’accord, soit comme le 1. je trouve qu’il s’avance un peu beaucoup.

Après le héros, sa copine a aussi eu le droit à son heure de gloire :

« Les flics sont capables de nous mettre en garde à vue pour introduction avec effraction dans une maison sous scellés. » ~ p. 260

Les vilains flics, rhô dis donc, ils iraient jusqu’à empêcher notre duo journalistique de choc d’enquêter illégalement. (soupir)

En fait les bons points que j’ai trouvé à ce thriller sont les personnages secondaires (flics, témoins) qui sont à mon avis plus creusés, plus humains et intéressants que les héros, et qu ont aussi je trouve des réactions plus normales face à ce qu’ils rencontrent ; et le démon « mère » que j’ai trouvé infiniment mieux utilisé que son fils dans tout le roman – ce qui est un peu un comble, et très dommage, puisqu’on devine très vite que c’est lui qui va servir d’antagoniste principal. (Je ne dévoile pas grand’chose, vous verrez tout ça très vite dans le livre)

Donc voilà, je ne me suis pas vraiment ennuyée sur ce livre parce que le rythme est trépidant et qu’il se passe pas mal de choses, mais je l’ai refermé avec pas mal de déceptions et points d’agacement, et bien peu de satisfaction.

Un genre qui aurait pu me convenir mais un auteur dont les écrits ne semblent pas à la hauteur de mes attentes – je devrais peut-être arrêter là.

Chroniques d’ailleurs : Lynnae

 

Publicités

7 réflexions au sujet de « L’Enfant des cimetières »

  1. Je n’ai toujours pas franchi les portes de l’univers de Sire Cédric ! Je pensais commencer d’abord par son recueil de nouvelles : Dreamworld, histoire de voir si j’adhère ou pas ^_^
    Merci pour cette chronique fort éclairante 🙂

    • L’avis de Lynnae que j’ai mis en lien est nettement plus positif. ^^ Il semblerait que l’on soit largement partagé concernant cet auteur, j’ai même l’impression d’être dans la minorité qui ne l’apprécie pas beaucoup, car des points me gênent que d’autres ne remarquent même pas.

  2. J’avais lu De fièvre et de sang qui m’avait plutôt déçue… Je m’étais mal renseigné sur ce roman et j’ai été complètement déstabilisé par la partie fantastique. En tout cas, je me suis aperçue grâce à cette lecture que j’aime les policiers vraiment ancrés dans le réel !

    • Ah moi le surnaturel ne me dérange pas du tout, mais ça dépend comment c’est amené. Je déteste particulièrement par exemple quand tout un thriller semble réaliste et que l’auteur bascule dans le fantastique dans les 15 dernières pages. C’est pour a que je pensais que les Sire Cédric allaient me plaire, puisque la couleur est tout de suite annoncée. Mais il y a d’autres points qui me gênent.

  3. Je ressens la même chose : du policier-thriller avec du fantastique-horreur, ça aurait dû me plaire… Mais l’auteur ne passe pas avec moi non plus.
    J’ai lu « Le premier sang » (révélation finale clichée, fantastique mal intégré (je pensais en voir plus, et quand ça y était, je n’y croyais pas trop)) et « Le jeu de l’ombre » (pas mauvais, mais pas super non plus, rien de spécial) et je pense que je vais m’arrêter là. C’est dommage, parce que j’aurais aimé aimer cet auteur :/

    • Ah au vu de ton avis je pense que les deux titres que tu cites ne vont pas m’aller non plus. Comme je disais en conclusion je vais peut-être arrêter de m’acharner (et donc de sortir des mauvais avis) et aller plutôt lire autre chose. Parfois on n’aime pas !

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s