Techno Faerie

De Sara Doke. Les Moutons électriques, 2016. Recueil de textes + encyclopédie. Excellente lecture. [346 p.]

Illustration de couverture de Melchior Ascaride.

technofaerieRésumé : « Les fées existent, bien sûr, et elles sont de retour ! Les fées ont cessé de se cacher des hommes : elles sont revenues et bon an mal an l’univers de la Faerie s’est intégré à la société technologique. Depuis les premiers contacts d’enfants-fae avec la civilisation de l’automobile jusqu’aux premiers voyages spatiaux, ce livre conte l’histoire d’une évolution différente de notre monde. L’auteur, Sara Doke, vit à Bruxelles et est traductrice. La poésie puissante de son inspiration, l’originalité de sa vision d’un monde soudain enrichi des faes, sont saisissantes. Avec des documents, des fiches couleur sur les 88 principales faes et de nombreuses illustrations, par Bigot, Booth, Calvo, Cardinet, Caza, Ellyum, Fructus, Gestin, Jozelon, Larme, Malvesin, Mandy, Muylle, Nuncq, Tag, Verbooren, Zandr et Zariel.« 

Lu dans le cadre d’un partenariat

Je suis largement sortie des sentiers battus au cours de cette lecture, ai parcouru le livre un peu dans tous les sens – revenant en arrière, goûtant une citation ici, une phrase là avant de reprendre ma lecture, l’entrecoupant de coups d’œil vers l’encyclopédie en piochant des pages au hasard. Je me suis aussi assez éloignée de ce que j’ai l’habitude de lire sur les Fées/Faes, les (Daoine) Sidhe, le Peuple ou quelque soit l’appellation qu’on utilise pour les nommer, et c’était formidable.

Enfin, je parle, je parle, je divague mais bon, je suis un gars du Sidhe, défroqué et technophile, à l’affût des progrès humains. je t’ennuie, là, non ? ça t’intéresse un peu ? ~ Chapitre 1 – L’Ange de Gabriel

Sara Doke nous emmène dans un voyage à travers les terres des Sidhe en compagnie d’un enfant changelin humain, le bien nommé Arthur Passeur – les personnes bien informées savent à quel point les noms peuvent être importants lorsqu’on côtoie la magie – qui devient un peu malgré lui, mais finalement de bon gré, l’ambassadeur du peuple fae auprès des Hommes (et Femmes) ; l’univers est quant à lui axé sur une reconstruction de la Terre épuisée par l’être humain, grâce à l’intervention des Faes qui elles* aussi souffrent du mal-être global. Le dyptique évasion/immersion est tout à fait réussi et très plaisant.

*Les Faes sont traitées au genre féminin dans ce livre, que l’on ignore leur sexe ou bien que ce soit du féminin de masse lorsque les deux sont mêlés

Arthur descend sous la Colline et les mots perdent leur pouvoir de décrire, de conforter, de consoler. Arthur pleure doucement devant tant de splendeur, ému au-delà du dicible. Une licorne vient cueillir une larme sur sa joue.

Arthur se surprend lui-même. Il n’a pas peur. Il ne se sent ni impressionné ni surpris par ce que lui explique la petite Renardelle. Tout l’émerveille sans le troubler. Il ne s’est jamais senti si à l’aise, si présent. Il ne cherche même pas à se faire oublier. Il ne cherche pas davantage à attirer l’attention. Il se sent autorisé à poser des questions, à montrer sa curiosité, son enthousiasme et sa joie. ~ Chapitre 3 – L’Arbre des mots

J’ai jusqu’ici plutôt eu l’habitude de lire des contes ou des récits folkloriques traditionnels (comme Arthur dans l’histoire !), avec quelques lectures un peu plus modernes sur le sujet, mais jamais de cet acabit. Si l’auteure reprend énormément de thèmes, noms, concepts et créatures issues des Temps Anciens elle y incorpore avec brio et délicatesse toute la complexité de notre monde contemporain : technologie, pollution, matériaux, société, intriquant les deux mondes et époques, pourrait-on dire, en un canevas solide et chatoyant.

Le livre est passionnant de par sa diversité de genres autant que par son foisonnement d’informations, de descriptions, de philosophies, d’idées, de péripéties : dix textes bien distincts mais pourtant en lien les uns avec les autres, chacun avec des protagonistes, narrateurs, style littéraires ou focalisations différentes – du discours adressé à un interlocuteur invisible (j’ai imaginé l’auteure, je ne sais pas trop pourquoi), écrit en grande partie à la deuxième personne, au récit d’aventures féeriques avec point de vue interne et troisième personne plus classique, au livre d’Histoire, au journal de bord, à la correspondance épistolaire, au texte de science-fiction. En résulte une impression de fourmillement foisonnant et vivant.

Malgré des arrestations massives dans les milieux proches de l’éco-terrorisme, il fallut attendre plusieurs semaines pour connaître les revendications et les menaces des véritables auteurs des attentats, se faisant appeler « Techno-Faerie ». ~ Chapitre 4 – La Solution faerique

J’arrive sur le site en camionnette Tesla venue me chercher à l’aérodrome d’Aïn-Salah. Je suis accueilli par une délégation mixte dont les Humains, en minorité, sont accompagnés de tant d’espèces de Faes que j’en perds le fil des présentations. ~ Chapitre 5 – Projet mirage

On dirait presque un principe d’incertitude : peut-on observer le Petit Peuple sans être influencé par son charme, sans être manipulé par sa cruelle beauté et nos propres préjugés ? ~ Chapitre  5 – Projet Mirage

« Pour moi, c’est ça l’identité humaine. Ces espaces d’harmonie où l’on se sent chez soi avec l’autre. Où l’on se reconnaît dans l’autre grâce à ses différences, parce que ce sont nos identités qui le créent. Notre plus petit dénominateur commun. » ~ Chapitre 6 – Réunion de tribu

Un bon tiers de l’ouvrage est consacré à une encyclopédie illustrée des Faes, sur papier glacé et avec de magnifiques couleurs, comportant beaucoup de noms de créatures que je connais bien mais avec des interprétations révisées ou modernisées, adaptation au progrès oblige, et pas mal d’autres qui m’étaient complètement inconnues, dont un bon nombre sont des rejetons et avatars du monde moderne. Je ne connais pas la moitié des illustrateurs mais je trouve que c’est une excellente idée de faire un recueil d’illustrations du Petit Peuple vu par autant d’yeux et d’imaginaires : après tout ne dit-on pas qu’il y a là matière à une diversité saisissante ? Un visuel est disponible sur le site de l’éditeur.

Je n’ai pas parlé du style de l’auteure mais je pense que les quelques citations que j’ai partagées vous donnerons déjà une bonne idée de l’excellente maîtrise de la langue, néologismes et modernismes y compris, de Sara Doke. Je ne crois pas avoir rien lu d’elle en tant que traductrice mais au vu de ses capacités d’adaptation aux différents styles que requiert ce fix-up (ensemble de courts textes liés entre eux, je m’efforce de m’adapter moi aussi aux évolutions langagières ! – ceci dit je veux bien un équivalent français s’il en existe un), je suis curieuse d’en lire plus d’elle.

Un très bel ouvrage tant sur le fond que sur la forme, que je conseillerais plutôt à des adultes qu’à de trop jeunes enfants compte tenu du contenu et du niveau de langue – ce n’est pas précisément un livre jeunesse – et qui je pense plaira particulièrement aux lecteurs intéressés par les sujets de société (et la science-fiction d’anticipation telle qu’elle se définit ; on est parfois très proche d’Asimov ici) autant que par la mythologie féerique.

Chroniques d’ailleurs : Les Étagères de Pitiponks, Blog-O-Livre

Lu dans le cadre du challenge CRAAA

logo CRAAA bis

Publicités

8 réflexions au sujet de « Techno Faerie »

  1. Ta chronique me donne bien envie de le lire, je suis contente de l’avoir déjà acheté ^^ j’ai plusieurs livres traduits par Sara Doke, je te ferais une liste si tu veux 😛

    • Haha pourquoi pas, mais ça dépend de ce que c’est : j’ai vu qu’elle avait traduit les Mercedes Lackey entre autres, mais je n’ai pas trop envie de lire ça pour le moment.

      • Je comprends bien ^^, elle a traduit La fille automate de Paolo Bacigalupi, qui est trop cool, et Bienvenue en Otopia de Justina Robson, de la SF avec des elfes … enfin c’est spécial ^^, y a du transhumanisme aussi apparemment. C’est ce que je vois là maintenant en trad !

  2. Ping : Techno Faerie (Sara Doke) - La Magie des Mots

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s