Apocalypse sur commande

De Ken Follett. Le Livre de Poche, 1999. Thriller. Bonne lecture. [476 p.]

Titre original : The Hammer of Eden, 1998.

Follett_Ken_Apocalypse_sur_commandeRésumé : « La grande faille de Californie, point faible de l’écorce terrestre, connaît de fréquents séismes. Celui qui vient d’avoir lieu, de faible intensité, aurait pu passer inaperçu s’il n’avait été revendiqué par des terroristes. Revendication que ni le FBI ni la police ne prennent au sérieux. Seul le sismologue Michael Quercus est troublé, car tout indique que ce tremblement de terre a été provoqué artificiellement. C’est alors qu’un deuxième séisme ébranle une petite ville, tue les habitants, détruit les maisons, provoque la panique, et que de mystérieux « Soldats du Paradis » menacent d’en provoquer un troisième, apocalyptique. Aussi à l’aise dans l’anticipation scientifique que dans l’espionnage ou la fresque historique, l’auteur des Piliers de la Terre nous entraîne ici dans un scénario-catastrophe terrifiant… et parfaitement plausible.« 

En ouvrant ce livre je râle une fois de plus contre la traduction du titre qui ne se justifie pas, et encore moins après lecture du livre ! « Le Marteau d’Eden/du Paradis », ce n’était pas vendeur ?… Valait-il vraiment mieux se rabattre sur une formule racoleuse type film catastrophe à petit budget tout en se privant d’un léger trait d’humour en lien avec l’intrigue ?

Passé ce bref moment d’agacement j’ai été plutôt satisfaite de ma lecture : j’avais déjà lu cet auteur mais n’avais pas tout adoré de lui, et franchement j’avais surtout envie de lire un thriller sans temps mort, distrayant et vite avalé. En cela j’ai été largement servie.

En effet l’intrigue m’a quasiment immédiatement happée : on suit à la fois l’instigateur des actes de terrorisme, une petite frappe passée par la case hippie mais plus du type manipulateur et psychopathe que baba cool, qui va profiter du caractère naïf et plus ou moins gentiment rebelle de sa petite communauté pour en faire ses complices ; et une enquêtrice du FBI qui tente de faire son trou au milieu d’une équipe avec qui elle entretient des relations houleuses.

Si les deux personnages peuvent de prime abord paraître un peu stéréotypés je les ai trouvés plutôt bien développés au fil du livre, et employés à bon escient par rapport à l’intrigue, de même que les personnages secondaires – famille, amis – gravitant autour d’eux et qui ont des rôles plus ou moins clés. En fait si l’on exclut l’aspect scientifique du calcul de déclenchement de séismes qui est peut-être, ou non, tiré un peu par les cheveux, j’ai trouvé que tout se tenait bien – aucune incohérence ne m’a frappée en tous cas.

De plus l’écriture est tout à fait ce que je recherche dans un thriller : rythmée, elle met en place les éléments et personnages avec suffisamment de détails pour que le lecteur puisse s’immerger dans le contexte mais sans perdre de temps non plus. Ensuite les développements et péripéties s’enchaînent sans vraiment de temps mort, mais en suivant un fil conducteur cohérent.

Un seul petit bémol au niveau je pense de la traduction : j’ai repéré une ou deux expressions… très étranges : « je suis le facteur » (au lieu de « je ne suis que le messager » d’après le contexte du dialogue), et une autre du même acabit. Le résumé est aussi très « à-peu-près-esque » mais au moins il ne dévoile pas la moitié du livre contrairement à d’autres.

Un bon thriller qui distraira les amateurs du genre.

Publicités

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s