3 fois plus loin

De Nathalie Hug et Jérôme Camut. Le Livre de poche, 2009. Thriller/Aventure. Très bonne lecture. [501 p]

3foisplusloinRésumé : « Dans les années 50, quatre scientifiques traversent la jungle vénézuélienne en quête d’une espèce de singes muets. Ce qu’ils vont découvrir va changer le cours de leur vie. /  Amazonie, de nos jours Nina Scott dirige une équipe de cueilleurs d’essences rares pour l’industrie américaine dans une région contrôlée par les braconniers et les trafiquants de drogue. / En s’éloignant du groupe, Nina découvre les vestiges d’un site magnifique, où les singes sont silencieux et les arbres recouvrent des charniers. / Alors que la mort frappe ses compagnons, elle est miraculeusement épargnée. / Des mines d’émeraudes colombiennes aux bidonvilles de Caracas, des palaces de la Côte d’Azur aux confins du désert marocain, Nina va alors s’embarquer dans une aventure qui pourrait mettre en péril sa vie et bien plus encore.« 

L’histoire se déroule en deux temps alternés, entre Robert Ravenne, scientifique de l’après-guerre, et Nina Scott, botaniste contemporaine. Je ne saurais dire celui que j’ai préféré, les deux types de récits étant assez différents dans leur style mais aussi leurs apports narratifs.

D’un côté nous découvrons les prémices des découvertes amazoniennes du temps de Ravenne et ses amis / équipe de scientifiques européens du milieu du XXe siècle, qui se lancent à la recherche d’une espèce de singes particuliers vivant sur un petit territoire, et possédant visiblement des capacités hors du commun. Ravenne en particulier est persuadé que ces animaux détiennent un « secret » naturel qui permettrait de faire un bond de géant quant à la médecine humaine. Cette quête scientifique lui sert également de prétexte pour fuir un deuxième mariage malheureux et une vie de famille bien peu passionnante.

Plus proche du lecteur Nina Scott fuit elle son père, écrivain de best-sellers et figure ultra-médiatique – milieu qu’elle n’apprécie pas, avec qui elle entretient une relation tourmentée et peu heureuse liée entre autres à la mort de sa mère alors qu’elle était tout enfant. Nina est botaniste de métier, elle travaille pour des compagnies pharmaceutiques, et son caractère baroudeur va l’amener à tomber par hasard sur le site découvert par l’équipe de Ravenne un demi-siècle plus tôt.

Bien que les deux types de récits soient comme je le disais plus haut assez différents vous remarquerez qu’ils partagent tout de même des thèmes familiaux assez forts ainsi qu’une convergence temporelle vers l’année 1968, l’année de l’événement qui a mené à l’abandon du village au cœur de la jungle dont nous apprenons l’existence dès l’introduction. Le lecteur se retrouve ainsi tiré vers le futur de Ravenne en même temps qu’il retourne dans le passé avec Nina, et si j’avais déjà lu plusieurs titres qui partageaient cette composante je l’ai particulièrement ressentie dans ce livre.

Les auteurs sont également très forts pour nous faire croire qu’on devine beaucoup tout en se jouant de nous, en renversant les convictions qu’ils ont eux-mêmes mis en place ou en dévoilant au fur et à mesure des détails qui se révèlent primordiaux pour la compréhension de l’intrigue générale. J’ai été tenue en haleine jusqu’à la fin du livre, tout en ayant la fausse impression d’avoir tout compris plusieurs fois de suite !

Comme les autres thrillers de Camus et Hug que j’ai lu il y a pas mal de détails sordides et de tension, une atmosphère malsaine qui se dégage très clairement de certains passages. Cependant même si j’apprécie ce talent qu’ils utilisent à bon escient – les histoires qu’ils choisissent de raconter sont franchement loin d’être joyeuses – j’ai moins été prise de malaise en lisant ce titre que ceux des Voies de l’ombre, qui m’avaient particulièrement marquée à ce niveau.

J’ai beaucoup aimé l’utilisation très réaliste et très pertinente des personnages primaires et secondaires, et des environnements et époquesj’ai véritablement voyagé avec ce livre, et j’ai eu l’illusion de rencontrer les différents personnages, autant peut-être que j’avais eu cette sensation avec le Vol des cigognes de Jean-Christophe Grangé, et c’est un sacré compliment que je fais là, surtout que je ne cherche pas spécialement cet élément quand j’ai envie de lire un thriller. Finalement le style littéraire des auteurs n’est peut-être pas extraordinaire (sans être médiocre non plus !) – de ce que j’ai lu – si on parle phrasé et vocabulaire, mais ils sont très forts pour poser une atmosphère, une situation, et des personnages forts. Et après tout que demande-t-on de plus lorsqu’on veut lire un bon thriller ?

J’ai juste un peu perdu la notion du temps après le choc de Nina au tout début de son histoire – cinq ans se sont écoulés et je n’ai pas vu quand ? Mais comme je m’endormais un peu sur le livre à ce moment je ne sais pas trop si j’ai raté un morceau ou si c’était vraiment confus !

Un très bon thriller frisant le roman d’aventures qui vous fera voyager plus loin que vous ne vous y attendez.

Publicités

4 réflexions au sujet de « 3 fois plus loin »

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s