La Bible des couleurs

De Réjane Masini-Frydig. Editions Jouvence, 2009. Manuel. Lecture abandonnée [158 p.]
la_bible_des_couleurRésumé : « Plus qu’un livre de chromo- ou de colorthérapie, cette Bible des couleurs nous révèle le langage, les pouvoirs et les vertus secrètes des couleurs. Chaque couleur de l’arc-en-ciel, plus le noir et le blanc sont présentés de façon très pédagogique, par rubriques. Le lecteur est d’abord invité à identifier et à visualiser les différentes nuances de chacune des couleurs du cercle chromatique, puis à pratiquer un exercice de rêve éveillé où domine celle qui est analysée afin de s’imprégner de son énergie. L’auteur dresse ensuite une liste des aspects positifs puis négatifs de la couleur au niveau de l’action, des émotions, des sentiments et des pensées. Elle met aussi en lumière son utilisation dans la publicité, en pharmacologie, et évoque ses effets au niveau  » déco  » de la maison. Réjane Masini-Frydig traite également des propriétés, des indications et des contre-indications thérapeutiques de la couleur – la chromothérapie étant sa spécialité. Saviez-vous par exemple que le jaune est la couleur-clé du système nerveux ou que l’orange est un stimulant respiratoire, que le pourpre induit fortement la relaxation et le sommeil ? Elle explique à quel chakra la couleur correspond et décrit sa résonance au sein du cercle chromatique. Puis elle indique sa couleur complémentaire – la complémentaire du rouge est par exemple le cyan, celle du pourpre, le jaune citron – avant d’en évoquer la signification psychologique, symbolique, traditionnelle, spirituelle et artistique et de nous donner quelques conseils sur les associations des différentes couleurs !« 
Un livre que j’ai pris, manipulé, reposé, repris finalement en me disant que d’aller contre ses préjugés ça pouvait avoir de bonnes conséquences. Pas toujours, en fait !

La première chose qui m’a dérangée hormis la préface que j’ai trouvée hilarante – quand il s’agit de médecine, même alternative, c’est toujours très mauvais signe (je veux dire hilarante comme dans « qui m’a bien fait rire », pas comme dans « destinée à provoquer l’humour du lecteur ») – c’est que le texte est parsemé d’un vocabulaire pour le moins spirituel : « Quand faire appel à [telle couleur] ?« , « le jaune ne dure pas, c’est un passage, on va vers quelque chose d’autre » et d’informations pour le moins étranges, voire discutables : « une personne ne vivant que dans les couleurs très chaudes peut être très remuante et changeante, voire superficielle« , « avec cette couleur [jaune] on aurait du mal à se prendre au sérieux : c’est l’antisévérité » ; je suis donc d’autant plus surprise, pour ne pas dire mortifiée, de trouver au détour d’une page une petite recommandation en gras rouge : « attention aux croyances populaires« . (LOL : les croyances, ça va, mais si elles sont populaires, c’est la cata !) Comme je le dis souvent le style c’est quelque chose d’assez important pour moi, et ce livre n’a pas dérogé à la règle : la chromothérapie et la psychologie des couleurs sont peut-être véritablement des sciences efficaces et sérieuses, mais ce livre ne m’en aura pas du tout convaincue, à cause du ton employé et de la présentation générale.
J’ai repéré quelques fautes de syntaxe et de style, des maladresses et tournures de phrases qui font très, si vous me passez le mot, charlatan. Je pense qu’il y aurait eu moyen de donner une impression plus scientifique, plus universelle, à certaines parties, mais il semblerait que cela n’ait pas été un souci pour l’auteur ni l’éditeur. Au contraire des considérations sur les chakras ou d’autres méthodes de médecines / spiritualités alternatives (c’est quoi un « méridien » ?) sont régulièrement parachutés au fil du texte sans aucun contexte ni explication pour le profane, renforçant mon impression que ce livre s’adresse aux Initiés. Au hasard des pages : « [le orange] permettrait le libération des énergies subtiles en fin de vie, lorsque les enveloppes corporelles se détachent. » (paragraphe isolé)
Tant qu’à avoir des listes de nuances de couleurs j’attendais des exemples visuels. La couleur nèfles, par exemple, ne me dit strictement rien même après la lecture de cet ouvrage.
Dans les « bons »… heu, disons « moins mauvais » points, la mise en page est agréable, c’est illustré  (….d’images Google semble-t-il, plutôt petites, thèmes qu’on trouve partout, et sans forcément de couleurs rares ni une excellente qualité…), et on aborde effectivement des sujets aussi divers que la spiritualité, la psychologie colorée [fondée par le Dr Max Lüscher semble-t-il], l’habillement, le divin, la mythologie, l’emballage des médicaments la décoration, la chromothérapie ou la publicité.
En bref j’aurais pu apprécier certaines parties de ce livre, mais j’ai malheureusement trouvé le fourre-tout mêlant spirituel, médecines plus ou moins traditionnelles, mythologies et autres que j’avais un peu peur d’emprunter… J’aurais pu passer sur certains détails mais franchement là ça ne va juste pas du tout, ça ne me convient pas, et arrivée à la troisième couleur j’ai finalement laissé tomber, lassée de lire une partie avec un peu d’intérêt qui se transforme rapidement en frustration quand je tombe sur les histoires de spiritualité auxquelles je ne connais rien, qui ne m’intéressent pas et qu’on ne m’explique même pas, alternées avec des choses qui me semblent incongrues (les emballages de médicaments, dans un ouvrage qui traite aussi des symboles mythologiques et de la façon de peindre votre maison ?)
Un livre hautement symbolique et spirituel, plus que pratique, destiné à un public particulier, et qui m’a simplement énervée (la faute au rouge, probablement).
Publicités

6 réflexions au sujet de « La Bible des couleurs »

  1. Cette conclusion hahaha, j’adore !
    Je suis toujours curieux de ce qu’on peut trouver dans ce genre de livre, mais cette fois, je vais simplement me contenter de suivre tes recommandations et éviter de me fâcher avec les couleurs.

  2. Des nèfles ! Mahahaha pardon ^^, bon ben désolée d’avoir demandé ton avis vu le résultat ^^, J’avoue que je suis toujours intéressée pour le côté symbolique, publicitaire, etc. mais l’aspect médical .. hum, pas trop.
    Après j’avoue que rien que le nom de la maison d’édition (oui, préjugé quand tu nous tiens!) m’aurait fait tiquer …

    • Bah de toutes façons je l’avais dans ma PàL ! ^^ Je pense que l’aspect médical aurait pu m’intéresser (au moins de manière abstraite) si l’auteur s’y était tenu, tant thématiquement que stylistiquement, mais comme je le disais je ne sais toujours pas trop à qui ce livre était censé s’adresser.

  3. A reblogué ceci sur La juste cause de la santé mentaleet a ajouté:
    L’ambiance des couleurs qui nous entoure. A-t-il vraiment une impact sur notre santé mentale ? Un livre pour peut-être voir en couleur au lieu du gris de la dépression ou le noir des personnalités limites ou le blanc des délires spirituels des anges…

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s