« On a sûrement mieux à regarder que ce qu’il y a à la télé ce soir » (Hahaha)

Hier soir, faute de programme nous convenant à la télé, nous nous sommes rabattus sur quelques dessins animés, que nous n’avions pas encore vus.
D’habitude, j’aime les dessins animés. Lilo et Stitch faisait partie des « classiques » Disney que je ne connaissais pas encore (sauf de nom, et quelques images évoquant Hawaï et une drôle de bestiole) ; quant à Excalibur, l’épée magique, on m’en avait dit du bien… une fois, en tous cas. De même, je n’avais dessus aucun a priori ; de visu il aurait tout à fait pu être mon genre de dessin animé.
Hélas…

Lilo et Stitch

lilo_stitchRésumé : « Stitch, un extraterrestre au potentiel dévastateur, échoue sur l’île d’Hawaii. Recueilli par Lilo, une adorable fillette, il tente de dissimuler sa véritable nature, mais ceux de son monde sont déjà sur ses traces, prêts à tout pour l’éliminer.« 
Très vite, je me rends compte que les dialogues sont assez semblables à pas mal de conneries programmes qu’on trouve facilement le matin en zappant sur les chaînes enfant : à tendance fade, parfois incohérents ou très répétitifs, et légèrement surjoués.  Bon. Quelque part, je m’y attendais : après tout l’héroïne est très jeune, donc l’histoire vise sans doute un public débile. Si, si. Je trouve que beaucoup de concepteurs de dessins animés confondent pédagogie et abêtissement. Bref, j’essaie d’intégrer le principe, et je rigole à quelques gags pas si mal trouvés, ou à visée finalement plutôt adulte ! Notons au passage le choix très net de l’audience… (ironie)

Hormis le stéréotype hawaïen, il y a deux autres éléments dominants dans ce fichu film : les extra-terrestres, qui occupent tout de même un sacré bon quart d’heure du début, et Elvis Presley, qui semble être une obsession étrange chez cette petite fille – limite pathologique ! Je n’ai pas eu d’explication sur un possible lien entre ces trois éléments ; j’en viens à supposer que le type qui a créé ce film a conçu un scénario avec ce qui l’intéressait dans la vie. J’espère qu’ils ne lui laisseront pas de trop gros budget la prochaine fois, il pourrait avoir une super carrière de réalisateur de série B, ou Z, avec des idées pareilles. (Si ça se trouve c’est déjà le cas et on n’est pas au courant ! 🙂 )
J’ai passé une grande partie de ces plus de 100 minutes à me demander pourquoi tous les personnages avaient des jambons à la place des jambes, quand ce n’était pas des troncs d’arbres. Je veux bien qu’on arrête avec le mythe des personnes parfaitement calibrées, mais là ça va pas non plus !!
Si on passe sur les stéréotypes multiples et les absurdités inhérentes à toute œuvre télévisuelle assumée « jeunesse », c’est tout de même plutôt rigolo, et un peu flippant aussi – moi à la place de sa sœur j’aurais envoyé Lilo chez un psy, elle a de sérieux problèmes cette gamine.
En gros c’est un méga patchwork, que je conseillerais vraiment à des jeunes enfants, ou à des gens qui n’ont vraiment, mais alors vraiment pas envie de se prendre la tête.
Ceci dit, pour un film Disney sorti au cinéma, c’est très, très mauvais. L’animation est fluide, sans plus ; les arrière-plans sont bâclés, et encore une fois le scénario est franchement trop tiré par les cheveux. La première chose que j’attends d’un Disney, c’est la qualité artistique, et là je ne l’ai pas trouvée.
Déçus par ce visionnage tout juste divertissant, nous sommes passés à autre chose, qui à mon avis ne pouvait être que mieux !

 

Excalibur l’épée magique

Excalibur-l-epee-magiqueRésumé : « Quand le maléfique sir Ruber et son acolyte Griffin s’emparent d’Excalibur, l’épée magique des chevaliers de la Table ronde, la jeune et courageuse Kayley, qui rêve d’appartenir à cette noble confrérie, s’embarque sans hésiter dans une longue et dangereuse quête pour retrouver l’épée magique et sauver Camelot. Garrett, un jeune ermite aveugle réfugié au cœur de la ténébreuse forêt interdite, devient son fidèle allié, ainsi qu’un gentil dragon bicéphale, Devon & Cornouailles. Entourée de ses nouveaux amis, Kayley parviendra-t-elle à réaliser son rêve ?« 
Oubliez ma conclusion précédente ; finalement Lilo et Stitch n’était pas si mal.
Que puis-je dire de bon sur ce film ?
Ça n’a pas commencé si mal : le cadre était sympa (même si je dessinerais moi-même mieux Camelot qui ressemble à un château de sable, épais et sans texture fine !), avec les idées de chevaliers, et tout, et même un méchant bien méchant qui n’hésite pas à tuer des gens (si, si !!) dès le début du film.
Finissons-en là pour ce personnage : hormis sa méchanceté diaboliquement méchante qui se voit sur chaque trait dont il est formé, il ne sert en fait à rien d’autre qu’à poursuivre les gentils ; sa plus brillante idée étant de kidnapper la veuve d’un chevalier qu’il a tué pour qu’elle l’épouse… heu on sait pas trop pourquoi en fait, elle est même pas riche ! Passé le début du film on ne le voit quasiment plus, et que dans des scénettes parfaitement inutiles. Bref, c’est le méchant principal, mais il sert un peu à rien.
Ceux qu’on a vraiment envie de tuer au bout d’un moment, ce sont les héros.
D’abord ils sont une fois de plus incohérents une fois sur deux, prennent décision stupide sur décision stupide (quand c’est pas l’un, c’est l’autre), et changent également d’avis toutes les 2 minutes. Pourtant les séquences de dialogues ne sont ni longues ni nombreuses. En effet, on assiste ici à un meublement systématique de l’œuvre par des morceaux chantés. Pour moi ça a été LE point noir du film. J’ai vu une quantité impressionnante de Disney, une bonne partie des BO sur mon ordi, ai apprécié Sweeney Todd, et aime encore chantonner Anastasia quand personne ne m’entend, mais là j’ai juste détesté parce que c’était super mal fichu.
  • ils chantent TOUT LE TEMPS. Sérieux, c’est presque une comédie musicale.
  • j’ai espéré qu’au moins le dragon n’allait pas chanter. Raté.
  • ils chantent pour ne rien dire. Les paroles sont creuses, ultra répétitives, et parfois ça n’a même pas de sens. J’ai trouvé ça tellement nul que je me suis dit que cette fois la VO n’avait probablement pas grand’chose à rattraper.
  • la mélodie est mal construite : on a fréquemment des notes hautes tout d’un coup, ce qui me fait hérisser ma colonne vertébrale, et n’amène rien d’autre qu’un renforcement du point suivant :
  • ils chantent mal, et à moitié faux. C’est juste horrible. On a l’impression qu’ils n’ont même pas eu de cours de chant, et qu’ils essaient très fort de faire un maximum d’effets vocaux, ce qui est une très mauvaise idée.
J’ai eu tout le loisir de remarquer les gestes exagérés de tous les personnages – ce n’est pas compliqué, c’est quasiment du mime ! Bon d’accord les dessins animés exagèrent souvent un peu la gestuelle, mais là c’est pas juste « un peu ». J’applaudis également au passage le concepteur du mouvements des chevaux dans le film : bravo, tu t’es bien amusé, c’est très bien, mais maintenant j’aimerais aussi voir d’autres choses, tu comprends ? Merci. A chaque fois qu’il y a une séquence avec un bourrin dedans, c’est interminable !! (surtout les mouvements de pattes). Par contre je suppose que l’équipe ou le gars qui était chargé de l’arrière-plan et des décors (plantes, rochers) a dû se faire remplacer, ou était malade. On dirait de la gouache à l’eau collée vite fait, ça ne va pas avec le reste du dessin qui m’a fait penser à du Don Bluth ou du Disney des années 80/90 (ce qui revient un peu au même, et que j’apprécie), c’est pas ou si peu animé, et encore une fois, les textures et détails, il vaut mieux les oublier !
Je vais passer sur les détails comme les stéréotypes, les mauvais dialogues, les répétitions, le décor ou les pseudo-éléments qui ne servent en fait à rien d’autre qu’à t’attrister un peu plus. Par exemple la forêt dans laquelle ils errent pendant la moitié du film ne semble être peuplée que de 3 types de créatures. Oui, 3, très exactement : les neunœils plutôt inoffensifs, les souches gloutonnes et les fleurs-punching-balls d’entraînement qu’on finit par plaindre tellement qu’elles s’en prennent dans la tronche sans même pouvoir goûter de petit bout de fesse d’humain…
Avant de m’endormir tout à fait, sur la fin, j’ai remarqué que… non, en fait la fin est tout à fait à l’image du reste du film. Sans surprise ni gloire.
Ah, et, dernier détail : c’est pas drôle. Le peu d’humour qu’il y a dedans est, une fois de plus, à l’image du reste : raté.

 

 

 

Publicités

7 réflexions au sujet de « « On a sûrement mieux à regarder que ce qu’il y a à la télé ce soir » (Hahaha) »

  1. Arf, je ne les connais pas, et je ne suis décidément pas tentée après ce post ^^. Je vais me rabattre sur le classiques, ils marchent a tous les coups eux: la belle et la bête, Anastasia, et probablement un myasaki!
    Et ce soir, la reine des neiges :D. J ai autant hâte qu une gamine!

  2. Oui, je pense bien que certains ont bien aimé l’un comme l’autre… Moi c’est pas du tout passé, c’est tout ^^. C’est drôle quand même comme parfois les défauts de certaines œuvres nous sautent aux yeux dès les premières lignes / minutes, alors qu’on en regarde d’autres sans souci 😀 Je crois que je suis un peu moins critique sur les films grand public, par exemple.

  3. Je ne garde pas un très bon souvenir de Lilo et Stitch et vu ce que tu dis d’Excalibur, je n’ai pas trop envie de le regarder (j’ai bien rigolé en lisant que le dragon chantait. Ça doit être affreux avec ses deux têtes !)

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s