Butcher Bird

De Richard Kadrey. 2012. Fantasy urbaine. Très bonne lecture.
Titre original : idem*, 2007.
butcherbirdRésumé : « Tout juste largué par sa copine, Spyder se rend dans le seul bar tibétain de San Francisco pour s’y saouler. Alors qu’il se demande quelle est la pire façon de mourir, il rencontre une aveugle fort désirable, Pie-grièche. En sortant du bar, le jeune tatoueur féru d’occultisme est agressé par un démon. Au moment où il va recevoir le coup de grâce, Pie-grièche intervient et décapite le monstre avec sa canne-épée. Le lendemain, perclus de douleurs, Spyder découvre une Californie hantée par des démons aztèques, tibétains, des créatures fabuleuses qu’il est le seul à voir. Une personne peut lui expliquer ce qui lui arrive : Pie-grièche. Mais on ne se mêle pas impunément des affaires de la belle tueuse de démons.
     Butcher Bird, mélange d’action débridée, de dialogues tarantiniens et de démonologie érudite, véritable concentré de fantasy urbaine, marque le grand retour en France de Richard Kadrey. »
Mon deuxième Richard Kadrey ! J’avais adoré Sandman Slim pour son style à la fois enjoué et familier, le rythme de l’histoire, et le cadre relativement original – de mon point de vue, je rappelle que je ne suis pas trop familière du genre fantasy urbaine adulte.
J’aime vraiment beaucoup l’environnement magico-démoniaque à mi-chemin entre faux sérieux et carrément comique, les références tant à la Divine Comédie / aux références de sorcellerie, de rituels et de mythologie qu’à des choses nettement moins académiques (dont quantité de films que je ne connais pas par cœur voire que je n’ai jamais vus). Beaucoup plus que dans Sandman Slim je me suis attachée aux personnages, et cette fois-ci je n’ai pas eu de mal à entrer dans l’histoire ; au contraire je considère le début du livre comme particulièrement bien amenée ! Le fond de l’histoire est assez intéressant, hésitant également entre tragique et comique, toutefois de manière un peu moins subtile et poignante que des auteurs comme Pratchett.
Quelque part j’ai trouvé que c’était écrit comme un conte, plus que comme un roman de fantasy, avec un (des) problème(s), des rencontres d’alliés/ennemis assez simples, des péripéties et un dénouement qui équivaut à la résolution des problèmes. Pourtant c’est très efficace : j’ai dévoré le livre, je ne me suis pas du tout ennuyée.
Un livre distrayant, mais qui pourrait également vous tenir en haleine de bout en bout si vous appréciez le style particulier !
* je viens de me faire avoir : en cherchant une image de la couverture, j’ai commis l’erreur de simplement taper « butcher bird », trouvant par là même une magnifique galerie de… pies grièches !

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Butcher Bird »

  1. Je ne suis pas une habituée de le fantasy urbaine non plus mais celui là à l’air bien sympathique ! (et j’aime bien quand il y a plein de références ;p )

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s