La Divine comédie

De Dante Alighieri. 13** (début du siècle). Récit allégorique en vers. Lecture très instructive, mais difficile.
Titre original : La Divina Commedia
DC_titreJ’ai beaucoup à dire sur cette lecture, que je voulais faire depuis longtemps tout en me doutant qu’elle ne serait pas simple. Je vais parler un minimum de la structure du livre, mais dans ce cas précis il me semble que c’est primordial.
Un petit résumé à ma sauce : Dante, poète florentin, rencontre Virgile (poète romain, donc, auteur de l’Enéide), qui l’invite à aller dans l’au-delà, en passant par les Enfers et jusqu’au Paradis. Ça tombe « bien », Dante a justement perdu sa fiancée, la belle Béatrice, morte 11 ans plus tôt ; c’est l’occasion de la retrouver.
Ce sera tout pour le côté « actif ».
DC_pages (2)De là découlent trois livres, sans surprise : Enfer, Purgatoire, Paradis, composés chacun de 33 chants – comme les chants homériques. Pour les amoureux de la poésie : Dante utilise dans sa langue l’hendécasyllabe (vers de 11 pieds), ce qui est plutôt original. Oui, parce que ces 500 pages (grand format !) sont écrites intégralement en vers. Le terme « comédie » est utilisé car l’auteur l’a écrit en langue vulgaire, commune, car l’œuvre est adressée à un grand public. Le mot a aujourd’hui un autre sens qui n’est pas approprié ici. Bien qu’écrit avant le début de la période, la Divine Comédie est souvent retenu comme une préface au style et aux idées de la Renaissance.
Un souci technique s’est imposé à moi dès le départ : je n’aime pas (trop) lire de la poésie, or ce livre n’existe qu’en traduction en vers, du moins dans mon entourage immédiat. Je n’avais pas (je n’ai toujours pas) envie de l’acheter, ne sachant pas à quel point il allait me plaire ou m’être utile. En effet, ma principale raison de me lancer dans une lecture aussi ardue est essentiellement la frustration de voir des citations et références à cet auteur un peu partout, sans en connaître la source originale ; il fallait donc que je trouve une version la plus « lisible » possible, pour pouvoir avoir accès au texte, sans simplement aller chercher un résumé sur la Wiki*, ce qui donne forcément une version épurée, synthétisée. Or, l’essentiel du livre repose sur des références, des symboles, des métaphores : rien qui ne puisse réellement être transmis par un résumé ! Après avoir trouvé une version poche à la typographie dégueulasse (l’encre bavait de partout –‘) et traduit de façon vieillotte – voire pompeuse – à la médiathèque où je vais d’habitude, j’ai fini par trouver mon bonheur à la bibliothèque municipale, qui contient un fonds plus classique mais aussi plus ancien, et des beaux livres.
* Ledit résumé est ironiquement beaucoup moins détaillé quand il s’agit d’expliquer les histoires politiques et théologiques du Paradis que pour décrire les scènes de torture des Enfers.

Voilà la bête 😀

divinecomedie

DC

DC_pages
Un beau bébé de cinq kilos environ, 34 x 25,5 x 6 cm à la louche, relié en tissu, avec de belles pages cartonnées, une typographie très lisible, et une traduction moderne d’une spécialiste de l’œuvre :  Jacqueline Risset, sur deux colonnes très claires, s’il vous plaît ! Ajoutez à cela une préface, des annexes, des notes de bas de page ET de fin de livre – bref tout ce qu’il faut pour attaquer la lecture la plus ardue. Et encore, je ne vous ai pas mentionné les dessins de Sandro Botticelli :).
Pour ceux qui ne voudraient pas fatiguer leur petits bras (j’ai souffert… et je dois encore le ramener !), il existe en plein d’éditions moins lourdes, souvent en trois volumes.

Alors, ça a donné quoi ?

Tout d’abord j’ai été extrêmement contente d’avoir une préface, une vraie, qui nous met dans le bain et nous explique les grandes lignes du texte. Ensuite je suis arrivée au bout de l’Enfer sans trop de souci. Je n’ai presque rien retenu du Purgatoire, et j’ai fini le Paradis avec plus de peine, à cause des grandes lignes de la philosophie et théologie néo-platonicienne, que j’avais un peu de mal à suivre et qui ne m’intéressait guère.
Suite à la lecture de la préface j’avais fait quelques recherches vite fait sur certains termes que j’y avais trouvés : néo-platonisme, Boccace, Quattro Centto, et d’autres dont je ne me rappelle plus exactement, et ça m’a été assez utile, ça m’a aidée à me plonger dans le contexte. Botticelli n’est pas contemporain de Dante, il a vécu à peu près un siècle après, mais le contexte politique était d’après ce que j’ai compris un peu semblable. Cette histoire de contexte historique constitue une part énorme du livre et des références : en effet, sous couvert d’un récit théologique, l’auteur décrit et critique la société de son époque, particulièrement les nobles et la papauté, qui étaient tous plus ou moins (plutôt plus que moins !) impliqués dans des querelles intestines, des affaires de corruption, de trahison, de mauvaise vie, etc. Autrement dit, moi, en tant que non-italianiste (pour reprendre le terme universitaire), j’étais assez perdue dès qu’il s’agissait du duc machin ou du pape bidule, qui avait fait telle chose au détriment de… (aha.) Les notes m’ont tout de même fourni énormément d’explications en cours de lecture, même si, n’ayant pas les bases nécessaires pour greffer des détails dessus en ce qui concerne l’Italie du XIVe siècle, je n’en ai quasiment rien retenu ! Et je ne vous parle même pas des histoires d’affaires étrangères (guerre avec la France, principalement, mais toujours en détail).
Ensuite, le deuxième point intéressant mais ardu, ce sont les références religieuses. Je suis allée au catéchisme, ok, mais c’était il y a longtemps. On sent à la lecture que les gens lettrés de l’époque devaient connaître la Bible presque par cœur, ce qui n’est aujourd’hui plus le cas de grand monde, car l’éducation n’est plus la même, ni la société. Du coup encore une fois, merci les notes !!
Néanmoins, la trame du livre est assez facile à suivre. Dante et Virgile (puis Béatrice) ont quelques moments d' »action », font plein de rencontres liées à [politique, histoire, religion, mythologie grecque et romaine], et même si on ne se souvient plus qui est la personne, à défaut d’avoir toutes les références on arrive quand même à la partie suivante du chant, où peut-être on comprendra mieux ce qu’il se passe.
Autrement je n’ai pas lu le livre en italien, ne voulant pas me rajouter une difficulté supplémentaire (surtout que mon italien est très loin d’être aussi fluide que mon anglais !) – je suppose qu’il y a aussi des choses à dire sur le style de l’auteur, rendu de façon très riche (énormément de vocabulaire) Renaissanmais très lisible par la traductrice.
Critique générale :
La grosse difficulté de cette lecture est que l’ouvrage a été écrit à destination des lecteurs de l’époque, autant dire des gens qui n’avaient pas du tout la même culture que nous, avec un contexte historique bien précis qui nous est à présent lointain ; et tout ceci donne à l’ensemble un aspect très étranger de notre point de vue de lecteurs du XXIe siècle, car le livre est truffé de références à des choses, personnes et évènements très connus à l’époque, mais qui se sont plus ou moins perdus au fil des siècles. En transposant, on pourrait imaginer des références aux grandes affaires et personnages politiques, économiques et médiatiques français de ces 30 dernières années, avec en plus des références à la culture/pensée occidentale de la fin du XXe siècle : ce serait probablement déjà assez dur à lire pour quelqu’un vivant aujourd’hui de l’autre côté de la planète, mais encore plus dans un siècle ou deux, quand les personnages les plus « secondaires » seront certainement tombés un peu dans l’oubli.
Publicités

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s