La Tortue d’Eschyle et autres morts stupides de l’Histoire

Co-écrit à douze mains : David Alliot, Philippe Charlier et alii. 2012. Histoire / humoristique. Très bonne lecture.
tortuedeschyleRésumé : « Tué par une tortue tombée des serres d’un rapace, le tragédien grec Eschyle est l’une des plus anciennes personnalités victimes d’une mort stupide. après lui, le Romain Pline l’Ancien meurt d’avoir voulu observer de trop près l’éruption du Vésuve, l’empereur Frédéric Barberousse disparaît pour s’être baigné en armure, le roi de France Louis III se fracasse le crâne en poursuivant une femme et Adolphe-Frédéric de Suède expire en prenant pour la quatorzième fois du dessert…
Plus près de nous, Félix Faure, Lawrence d’Arabie, Durruti, le colonel Fabien, le général Patton et beaucoup d’autres ont payé de leur vie leurs appétits, leurs maladresses ou leurs marottes. De l’antiquité à nos jours, la grande et la petite histoire s’entremêlent, invitant à méditer sur la fragilité du destin. La plupart de ces personnages disparus prématurément, pour des causes stupides, auraient peut-être modifié la marche du monde s’ils avaient vécu plus longtemps.
On parle souvent de l’ironie de l’Histoire : ce livre montre que, dans le genre grinçant, elle n’a pas de limites. »
120 biographies de personnages célèbres et moins célèbres, tous morts dans des conditions cocasses, étranges ou ironiques.

Les biographies sont classées par « type » de mort, puis chronologiquement à l’intérieur de chacune des catégories. J’ai beaucoup aimé le style du livre ; j’ai aussi remarqué qu’un des auteurs écrivait particulièrement bien, avec du vocabulaire un peu plus châtié que celui des autres, et des phrases particulièrement bien construites ! Dans l’ensemble non seulement ça se lit bien et c’est effectivement comique, mais de plus les auteurs s’efforcent de redonner à chacun une réelle biographie, pas seulement focalisée sur la fin du personnages mais également sur sa vie et ses accomplissements, ce qui fait de l’ouvrage une espèce de réunion de fiches de synthèse, dans des circonstances assez spéciales.
Les « moins » – mais ce sont des petits moins : Le mélange des époques et des domaines de chacun ne m’a pas trop aidé à retenir beaucoup plus que ce que je ne savais déjà, sabordant donc un peu le côté pédagogique. Néanmoins l’Histoire n’a jamais été une de mes spécialités, et j’ai de grosses lacunes sur certaines époques, donc peut-être que d’autres lecteurs sauront plus tirer avantage des nombreuses informations. La deuxième chose, à laquelle je m’attendais, c’est que ce livre comme tant d’autres dans ce genre de catégorie a tendance à lasser dans ses dernières pages. Heureusement il n’en fait que 250.
Publicités

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s