Velvet

De Mary Hooper. 2012 . Jeunesse plus ou moins historique. Très bonne lecture.
velvetRésumé : « Orpheline dans le Londres des années 1900, Velvet survit tant bien que mal en travaillant dans l’enfer d’une blanchisserie. Lorsque l’occasion lui est donnée de s’occuper du linge de clients fortunés, la jeune fille saisit sa chance et attire l’attention de l’intrigante Madame Savoya, l’un des médiums les plus courus de la capitale.
Emménageant à la villa Darkling aux côtés de Madame et de George, son séduisant assistant, Velvet ne va pas tarder à découvrir les usages et secrets de cet univers fascinant qu’est celui du spiritisme. Elle est pourtant loin de se douter que le danger qui la guette ne vient pas du royaume des morts…« 
      Ce n’est pas mon premier Mary Hooper (Waterloo Necropolis, la Maison du Magicien, et un autre dont j’ai oublié le nom) et dans l’ensemble je retrouve toujours le même style, un peu les mêmes personnages, la même ambiance historiquement bien ancrée, et aussi un peu glauque en même temps qu’assez romancée. Cela me convient tout à fait, je continuerai donc probablement à rechercher ses livres dans les rayons de ma bibliothèque.
Bémol général sur Mary Hooper: je sais que ce que je considère comme des qualités ou des points de distraction chez Mary Hopper peuvent aussi être vus comme des points négatifs : personnages pour la plupart assez lisses (méchants ou gentils), « traîtres » repérables à des kilomètres, retournements de situation souvent très prévisibles, aspect plutôt moralisateur : les méchants sont punis, les justes récompensés. Si ça vous tente, essayez ; je pense que vous verrez vite si ça vous plaît ou non.
      Je trouve que les livres de Mary Hooper sont plus ou moins dans la lignée du Jardin Secret et autres auteurs du même acabit. Personnellement je trouve ça très relaxant, ces histoires très faciles à lire mais néanmoins assez rythmées. Ici on suit une jeune fille (encore !) dans l’avancement de sa connaissance du monde, sa maturité, son regard sur les autres. Elle se retrouve dans une situation bizarre, voire délicate, pour ne pas dire carrément malsaine ; on le voit venir de loin, et tout ce qu’on attend c’est de voir comment elle va s’en tirer. Simple, efficace. Ajoutez à cela quelques mystères autour de sa vie, quelques incertitudes concernant d’autres choses que son employeuse, et voilà un roman jeunesse axé mystère/aventure tout à fait sympathique !
J’ai aussi beaucoup aimé les autres personnages, même si j’aurais quelque part bien aimé voir plus Lizzie – mais après tout la situation énoncée dans le livre ne le permet pas, c’est tout. L’univers des médiums tous plus ou moins escrocs et tous en rude concurrence est je trouve très bien rendu, et le Londres du XIXe permet à l’auteur de s’en donner à coeur joie dans les descriptions, entre l’eau du canal ignominieusement polluée, les restes du troupeau de dindes sur la chaussée… 😉

 

Chroniques d’ailleurs : L’Aléthiomètre
Publicités

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s