1000 ans de mésentente cordiale

De Stephen Clarke. 2010. Essai historico-humoristique. Très bonne lecture.
Titre original : 1000 Years of Annoying the French (que je trouve carrément mieux !)
1000ansRésumé : « Anglais et Français. Une histoire d’amour contrariée entre deux nations au passé glorieux, deux mondes que tout semble séparer alors qu’ils ne le sont, en réalité, que par un bras de mer de quelques dizaines de kilomètres… Et une rivalité millénaire dont Stephen Clarke démonte un à un, dans La Mésentente cordiale, les ressorts ô combien nombreux et complexes !
Les Français ont-ils réellement remporté la bataille d’Hastings ? Jeanne d’Arc a-t-elle été condamnée à mort par les Anglais ? Pourquoi le Canada n’est-il pas demeuré français ? La guillotine est-elle une invention française… ou anglaise ? De Guillaume Le Conquérant au tunnel sous la Manche, de la guerre de Cent Ans à l’épopée napoléonienne, de Tahiti aux plages du Débarquement, l’auteur de God save la France nous propose une relecture à la fois érudite, drôle et iconoclaste de l’histoire de France. L’heure est au révisionnisme joyeux, et Stephen Clarke est son prophète ! »
Le principe même m’a tout de suite plu. La lecture en était intéressante pour son côté documenté (beaucoup de sources) et aussi parce que c’est une plutôt bonne synthèse de l’histoire anglo-française. Malgré l’épaisseur du livre, je l’ai lu quasiment comme un roman – le style est plutôt dynamique, et les nombreux traits d’humour rendent le texte vivant et plaisant. Je conseille aussi le livre pour sa marge historique (1066-2012 avec beaucoup de détails entre les deux).

Quelques points négatifs (j’en ai écrit un pâté mais en fait ça ne m’a pas trop gênée, parce que je ne les ai pas trouvés partout):
– Certes c’est à prendre au second degré. Cependant Clarke attaque (et critique) bien plus les Français que les Anglais, ce qui ne m’a pas paru très objectif (mais c’était peut-être le but du livre, aussi – et en prenant compte du titre anglais, ça fait beaucoup plus sens, en fait !! ).
– Certains détails ont été traités comme d’importance majeure (cf. chapitre sur la baguette) – personnellement j’ai parfois trouvé ça un peu lourd, autant que les commentaires parfois extrêmement répétitifs sur le modèle de « vous autres Français pensez que vous détenez des choses terriblement originales – ben c’est raté ça vient pas de chez vous » (genre à la fin de 3 chapitres de suite !!). Ben oui, le croissant a été inventé à Vienne. Je ne vais pas non plus faire profil bas à la boulangerie en demandant ma baguette juste parce que maintenant je sais qu’elle n’a peut-être pas été inventée en France. En même temps aujourd’hui la baguette et les viennoiseries font partie du mode de vie français, et je ne sais pas du tout si les pays qui les ont inventés ont également diffusé ces choses – bref quitte à me sentir agacée par les longueurs du texte visant à expliquer que limite on devrait renoncer à la baguette parce qu’elle est illégitime, j’aurais aimé en savoir plus sur le pourquoi du comment ces « produits du terroir » en sont arrivés là ! (Meilleur boulot concernant le champagne 😉 )
– Je pense que mes études ne m’ont cette fois pas aidée à apprécier la lecture (enfin, pas tout le temps), car j’ai souvent eu l’impression d’être prise de haut concernant des choses qui me paraissent, à moi en tous cas, absolument évidentes. Ben oui, les Normands en 1066 n’étaient pas « français ». Ben oui, les deux camps ont adoré torturer Jeanne d’Arc. Pareil pour certains détails de la Seconde Guerre Mondiale, même si je dois dire que j’ai absolument adoré son résumé à deux balles qui lui sert de prologue : en effet, c’est bien la version qu’on a tendance à nous servir en primaire ! (En même temps l’Histoire c’est assez compliqué à expliquer à des gamins de 8 ans) – et que certains retiennent – mais encore une fois se greffent là-dessus mythes populaires, nationalisme etc., domaines dans lesquels Clarke n’entre pas du tout (je le comprends, il en aurait eu encore pour 1000 pages).
– ah oui et puis toujours cette idée que les Françaises sont des Marie-couche-toi-là (à défaut d’un mot plus fort mais tout aussi approprié), et les Français  également des obsédés. Je ne sais pas à quel point ça se vérifie, mais à chaque fois j’espère sincèrement ne pas être traitée d’office comme telle si jamais je passe un jour outre-Manche !
En bref une très bonne lecture, parfois alourdie de commentaires qui n’ont rien de subtil, mais plutôt très bon comme vue d’ensemble.
Publicités

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s