La Forêt de Miyori

De Nizô Yamamoto, 2007. 1h47
foretmiyori2
Synopsis : « Abandonnée par ses parents, Miyori quitte Tokyo pour emménager à la campagne. Elle découvre qu’elle a le pouvoir de communiquer avec les créatures fantastiques qui peuplent la forêt. Sa grand-mère lui apprend alors qu’elle va en devenir la reine. Malheureusement, ce monde invisible aux yeux des autres humains est menacé par la construction d’un barrage. Miyori va tout mettre en oeuvre pour sauver ses nouveaux amis…« 
        Ce n’est pas faux dans l’ensemble, mais ce résumé m’a donné des idées fausses sur le film, juste parce que les phrases sont assez mal ficelées syntaxiquement parlant.

En gros, c’est effectivement une fable écologique, sauf que (ce qui n’est pas précisé dans le résumé) Miyori est une jeune fille grincheuse pas très sympathique, ce qui donne tout de suite un ton très différent de celui par exemple de Princesse Mononoké (même directeur artistique, qui se lance ici dans la production).
        J’ai emprunté ce film à la médiathèque car ça avait l’air facile à regarder, avec des petites créatures et tout, et je n’ai pas été déçue sur un point : il est très beau. On retrouve la souplesse, les détails, les textures des meilleurs Ghibli. Un des points noirs de mon visionnage a cependant été le manque de cohérence dans certaines scènes et certains dialogues.
Le film dans l’ensemble est bon (près de 2h tout de même), mais il y a des moments où, emportée par le flux de l’histoire, je me heurte à de véritables écueils. Tel personnage a une réaction que je ne comprends pas, ou sort une phrase absurde dans le contexte. Une fois seulement je suis sûre d’avoir relevé une « simple » erreur de sous-titrage : mon japonais consiste en très peu de vocabulaire, mais je pense que d’autres encore moins doués que moi se rendront compte qu’à un moment donné une question s’adresse à un personnage en particulier, nommé très distinctement au début de ladite question, qui se retrouve je ne sais comment traduite par « Est-ce que quelqu’un… ? » d’où s’ensuit un flou peut-être artistique mais en tous cas très dérangeant. Si ça se trouve, les autres incohérences sont du même acabit… Ou alors c’est peut-être aussi du à l’adaptation de la série manga de Hideji Oda [titre original : Miyori no mori], qui est peut-être plus longue ?
En conclusion je recommande tout de même ce film, surtout aux plus jeunes qui seront certainement moins sensibles aux incohérences ou à certaines scènes un peu « pataudes » (et à la déesse statuesque qui flotte dans une étrange position figée bien qu’elle soit gentille ^^), parce que dans l’ensemble il n’est pas mauvais, que ça se regarde bien, et qu’il y a quelques très bonnes choses.
Publicités

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s