Kaïken

De Jean-Christophe Grangé. 2012. Thriller. Excellente lecture.
Le dernier Grangé paru à ce jour, et un des meilleurs à mon avis.
kaiken Résumé : Exceptionnellement je ne vais pas en mettre. Comme tout Grangé, cela commence par des meurtres. Comme tout Grangé on commence à arpenter les tortuosités de l’intrigue très rapidement, dans les premières dizaines de pages.
Le kaïken est une lame courte japonaise traditionnelle. Je ne le savais pas avant de lire cet ouvrage, même si j’ai quelques notions à la fois concrètes et abstraites sur le Japon, ayant été initiée (tardivement, plutôt vers mes 20 ans qu’à 12 ans) aux mangas /anime. J’en profite pour faire une petite parenthèse pour dire que beaucoup d’œuvres japonaises que j’ai pu lire ou voir, même quand elles appartenaient sans aucun doute au domaine fantasy ou SF, contiennent des petites choses « culturelles », comme par exemple des objets de la vie quotidienne japonaise, des coutumes ou rituels sociaux… Du coup on a vite fait d’en apprendre un peu, beaucoup, sans spécialement chercher à le faire.
Je retrouve ce genre de subtilité dans le livre de Grangé. Je trouve qu’il s’est donné beaucoup de mal pour montrer les contrastes entre les cultures occidentale et orientale, française et japonaise. On a ici un couple de personnages à la fois ambigus et contradictoires ; un Français rêvant à un Japon traditionnel, symbolique, épuré, n’existant qu’à moitié – une Japonaise un peu trop consciente que tout ceci est semblable à un rêve, un concept mal maîtrisé par son compagnon ; elle qui ne jure que par l’émancipation et la modernité des mentalités et du monde européens. Pourtant il reste Européen, et elle résolument japonaise. Leurs points de vue croisés sont une des plus belles choses que Grangé a réussi dans ce livre, et à mon sens une des plus abouties de toute sa bibliographie car cela perdure à travers toute l’histoire tout en évoluant.
J’ai pas mal pensé à la « japonisation » des jeunes générations, à ces gens qui ne jurent que par le Japon parce que c’est « mode », tout comme j’ai repensé avoir déjà eu ce genre de réflexions sur mon propre intérêt pour par exemple la littérature anglaise ou américaine : on aime des choses, on est passionné, on croit tout en savoir, mais lisons-nous vraiment Naruto, Tolkien ou Bradbury comme les liraient des personnes issues de la même culture ? Je pense que la réponse est non, clairement ; même si nous aimons nous illusionner sur notre compréhension profonde de la psyché des personnages tout comme des auteurs, il nous manquera toujours ce petit quelque chose, cette immersion, ce regard interne que nous ne pouvons vraiment obtenir qu’en vivant parmi ces cultures, et encore. Manger des sushis ou aller à Londres 3 fois par semaine n’y changera rien. Nous resterons des observateurs du Japon, car nous sommes simplement trop occupés à être des acteurs en ce qui concerne la culture française, et peut-être aussi à un autre niveau européenne ou occidentale. Et la culture est un champ tellement vaste !
Comme dans la moitié des Grangé le flic est à la poursuite d’un psychopathe, etc. L’enquête n’en est pas vraiment une du point de vue du lecteur, j’ai plus été baladée de surprise en surprise comme dans le Vol des Cigognes ou l’Empire des Loups. En même temps, j’adore cette sensation. Pourtant avec du recul, je me dis que j’aurais pu deviner certains retournements de situations, car il en avait marqué les jalons, de manière discrète mais bien réelle !
Grangé est un bon romancier, son récit est très dynamique, mais également rythmé par les pensées et la psychologie des personnages, et pas seulement les scènes d’action policière, ce qui donne une profondeur intéressante à ce qu’il nous raconte.
Je ne vous en dis pas plus, sinon que la fin ne m’a pas déçue.

 

Chroniques d’ailleurs : L’Aléthiomètre
Publicités

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s