Jean-Christophe Grangé

Je commence ma catégorie par un des rares auteurs français « littérature adulte » que j’apprécie vraiment beaucoup…
jcgrange
C’est un auteur de polars, exclusivement, à ma connaissance.
En fait j’ai entamé un de ses romans que je n’avais pas encore lu ce matin, je n’en suis qu’à la page 35 et je suis déjà « dans » l’histoire. C’est assez habituel pour moi avec les Grangé.
J’ai découvert cet auteur par la médiathèque locale, en Seconde si je me rappelle bien.
J’ai commencé par le Vol des Cigognes, son premier roman et à mon avis le meilleur de ceux que j’ai lu à ce jour.

Une des bibliothécaires m’avait prévenue que c’était violent et sanglant, et j’avais eu moi-même un aperçu en 4e  quand la prof de français nous avait fait visionner « les Rivières pourpres » à je ne sais plus quelle occasion (de ne pas avoir cours) – le deuxième roman de l’auteur, qui possède une intrigue à rebondissements plus multiples encore que dans le film. Je précise en passant que « les Rivières pourpres 2 » sont une invention cinématographique, même si Grangé a me semble-t-il participé au scénario (ou proposé le scénario au départ).
Le Vol des Cigognes m’a frappé (et continue encore à chaque relecture) par plusieurs points plus ou moins caractéristiques de tous les livres de Grangé :
– oui, c’est sanglant. Gore, horrible, trop plein de détails dégoûtants. Il y a plusieurs meurtres, c’est laid, et ça participe déjà en soi à l’atmosphère de la narration.
– l’intrigue est complexe, et débouche en général sur une explication, un dénouement horrible en soi. Grangé aime mêler des faits connus, des choses que l’on sait possible et même déjà vues rien qu’aux infos du soir, et des éléments que je garde délibérément dans la case « fiction » de ma tête, même si ça peut apparaitre comme matériellement possible. Grangé a beaucoup voyagé et s’est visiblement très bien documenté sur les sujets qu’il aborde, mais puisqu’il a choisi d’écrire des romans policiers et pas des documentaires je choisis de lire ses livres pour le divertissement, et pas pour me monter le bourrichon à propos des possibles conspirations mondiales, des tarés qui sont effectivement en liberté, etc. (toutes façons c’est pas mon genre) 🙂
– sur ce point : voyages et documentation, je me souviens avoir lu quelque part qu’il avait travaillé comme reporter pour un titre de magazine grand public sur les questions de société dans le monde, et dont le titre m’échappe pour le moment. Cela se ressent dans le choix de ses environnements, qui sont multiples dans la plupart de ses livres (au moins 2 ou 3, voire une petite dizaine), et vont de la banlieue parisienne au fin fond des endroits les plus sauvages de certains pays en guerre civile. La psychologie et les interactions entre personnages de différentes origines me paraissent en général assez cohérents, relativement réalistes. Le discours [les informations du domaine] socio-politique se pose[nt] en toile de fond, comme une justification à chaque type d’intrigue, chaque détail, chaque déroulement de l’histoire. Pas de longs paragraphes pédants sur tel ou tel contexte, plutôt des informations jetées ça et là, des détails utiles au lecteur pour mieux se représenter le fil de pensée de
Le_vol_des_cigognes-Jean_Christophe_Grange– l’investigateur, car il y en a toujours un : plutôt « normal » au début, presque un stéréotype de parisien ou parisienne pour beaucoup, des hommes et des femmes non pas tous inspecteurs de police à la Crim’ (bien que plusieurs le soient) mais toujours des êtres humains un peu lambda brutalement projetés hors de leur train-train quotidien dans quelque chose qui les dépasse très vite, trop vite.  Il y a presque quelque chose de Lovecraftien, de fantastique*, dans le lent processus qui amène lentement mais irrémédiablement le(s) protagoniste(s) (en général un héros et éventuellement un partenaire ou ami) tout au bord de l’abîme qui borde leur raison.
– le style est fluide et dynamique, le suspense maîtrisé, les informations données au compte-gouttes, le déroulement de l’intrigue progressif.
Après avoir lu la Forêt des Mânes, je me rends compte que le thème de la recherche d’identité est très cher à Grangé. Il se retrouve, en filigrane ou comme intrigue principale, dans tous ses livres. Le héros finit toujours par une introspection, par découvrir des choses sur lui-même, par se trouver ou  se perdre suivant les dénouements.
Bibliographie (voir aussi http://www.jc-grange.com/html/biblio1_vol.html) :
– Le Vol des Cigognes (1994)
– Les Rivières Pourpres (1998)
– Le Concile de Pierre (2000)
– L’Empire des Loups (2003)
– La Ligne noire (2004), Le Serment des Limbes (2007), La Forêt des Mânes (2009) [trilogie**]
– Miserere (2008)
– Le Passager (2011)
Kaïken (2012)
Pour le moment j’ai tout lu sauf le Passager.
misere10
Globalement j’ai adoré les deux premiers livres, décroché un peu avec le Concile que je trouvais abusé vers la fin, de nouveau
beaucoup aimé l’Empire des Loups, pas trop aimé la Ligne noire, été très déçue du Serment des Limbes (parce que j’avais deviné l’identité du tueur à la moitié du livre ! :(), et me suis rattrapée avec Miserere, qui collait de nouveau avec ce à quoi j’avais été habituée 🙂 La Forêt des Mânes m’a plu, mais je suis un peu insatisfaite du dénouement. Kaïken est super.
Un conseil : NE LISEZ PAS LA 4e DE MISERERE (ni les résumés officiels, ni même aucun résumé pendant que vous y êtes). En 6 lignes ils spoilent un élément essentiel de l’intrigue >
21/01/13 : je viens de lire dans 20 Minutes qu’il y a eu une adaptation cinématographique du Vol de Cigognes, qui sera bientôt diffusé sur Canal +. Il s’agit d’un téléfilm en deux parties, réalisé par un néerlandais, tourné en anglais, qui va introduire des notions d’hypnose dedans, pour « raccourcir » l’enquête d’après ce que j’ai compris :/ (il n’y a pas d’hypnose dans le livre) Bref, je n’ai pas envie de le voir après cette lecture, en tous cas pas à moins d’avoir des retours positifs sur ledit film.
* du genre fantastique
** au sens strict du terme : 3 ouvrages qui ne se suivent pas et peuvent être lus séparément, mais qui abordent tous trois le même thème, ici « le mal sous toutes ses formes »
Publicités

Déposer un petit caillou blanc

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s